Préview Starligue 2020-2021

Le Fénix ne doit pas se brûler les ailes

LSL Journée 18 Ivry – Toulouse le 03 mars 2020

Après un exercice 2019-2020 en demi-teinte mais conclu par une très belle 5ème place, le Fénix Toulouse, désormais européen, cherchera à confirmer avec un effectif encore rajeuni.

Résumé des transferts de l’été

  • Ils sont arrivés :  Edouard Kempf (Ailier droit – Paris Saint-Germain), Luka Sokolic (Défenseur – Pontault-Combault), Gonçalo Vieira (Arrière gauche – Sporting Lisbonne, prêt), Uros Borzas (Arrière gauche – Tatabanya).
  • Ils sont partis : Jordan Bonilauri (Pivot – ?), Arnau Garcia (Arrière gauche – Benfica), Markus Olsson (Arrière gauche – Kristianstad), Ferran Sole Sala (Ailier droit – Paris Saint-Germain).

Effectif pour la saison 2020-2021

  • Gardiens : Jef Lettens, César Almeida.
  • Ailiers gauches : Nemanja Ilic (capitaine), Gaël Tribillion.
  • Arrières gauches : Nori Benhalima, Gonçalo Vieira, Uros Borzas, Milan Jovanovic.
  • Demi-centres : Luc Steins, Maxime Gilbert.
  • Arrières droits : Ayoub Abdi, Pierre Soudry.
  • Ailiers droits : Pierrick Chelle, Edouard Kempf.
  • Pivots : Henrik Jackobsen, Rémi Leventoux.
  • Défenseur : Luka Sokolic.

Les joueurs en gras sont ceux qui devraient démarrer chaque rencontre dès le début de la saison.

Avec une première partie de saison extrêmement convaincante, le Fénix version 2019-2020 avait impressionné. Seulement 3 défaites (Tremblay, Paris et Montpellier) et 2 matchs nuls (Aix et Nîmes), ce à quoi s’ajoutent des victoires de prestige, comme le large succès à Nantes en octobre (26-34). Cependant, le retour de la trêve a été loin d’être aussi bon, avec 4 défaites en 5 matchs, notamment face à Chartres ou Ivry. Avec un budget à la baisse et une réduction des salaires (10% en moyenne), le club reste néanmoins soudé pour confirmer les bonnes choses aperçues lors du précédent exercice. Et si Luc Steins et Ayoub Abdi ont été les bonnes pioches de la saison dernière, l’effectif devra se montrer capable de retrouver son meilleur niveau de jeu pour tenir sur les deux fronts, national et européen.

Question de la saison : Les jeunes seront-ils à la hauteur ?

Comme la saison dernière, l’effectif se voit encore rajeuni, et les recrues apportent une nouvelle fois leur lot d’incertitudes, notamment sur le poste d’arrière gauche. Avec 4 joueurs nés entre 1998 et 1999, la gestion du poste sera cruciale dans la saison du Fénix. Nori Benhalima, peu utilisé cette saison, et Milan Jovanovic, qui sort de près de deux saisons blanches, seront épaulés de deux talents s’étant illustrés dans leurs sélections jeunes respectives, ainsi qu’en coupes d’Europe avec leurs clubs : Uros Brozas et Gonçalo Vieira. Les deux joueurs de 21 ans seront très attendus, tout comme l’ex-parisien Edouard Kempf, qui aura la lourde tâche de remplacer Ferran Sole. Enfin, Ayoub Abdi a montré de vrais atouts offensifs, mais pourra progresser en précision et en constance. Phillipe Gardent devrait néanmoins l’utiliser avec plus de parcimonie, avec le retour de blessure de Pierre Soudry.

Le facteur X : Luc Steins

Mais le facteur X qui aura rendu le Fénix injouable est sans aucun doute le hollandais Luc Steins. Pas mécontent d’être parvenu à conserver sa pépite, très convoitée, Phillipe Gardent gardera encore la saison prochaine une place centrale pour son meneur de jeu. A la passe comme face à la cage, la réussite du lutin toulousain n’a pas été étrangère à la réussite impressionnante de son équipe en première partie de saison. A contrario, il s’est montré plus discret en seconde, ce qui pourrait en partie expliquer les résultats bien moins convaincants de son club.

Cette saison, s’il parvient à sublimer son équipe lors des qualifications, il pourrait découvrir la Ligue Européenne. Et bien qu’épaulé par l’expérimenté Maxime Gilbert, le niveau de jeu de Luc Steins devrait être déterminant pour la saison du Fénix, qui aura également fort à faire dans un championnat national qui, malgré la situation sanitaire, continue de se renforcer.

Pronostic de la rédaction :

OSCAR: 7ÈME

ZORMAN: 6ÈME

SCHMID: 6ÈME

LANFILLO: 7ÈME

ISAKOVIC: 8ÈME

LOVGREN: 6ÈME

BALIC: 9ÈME

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. OBraonain_A - le 19 septembre 2020 à 10h08

    La vraie recrue de cette année reste le retour du pivot norvégien JAKOBSEN qui a fait une année blanche à cause d'une blessure. Un des meilleurs au poste en LNH…

  2. Marini - le 19 septembre 2020 à 13h09

    Jordan Bonilauri, le pivot, a signé à Bagnols-Sur-Cèze en N1. De même que Johan Boisedu, le vétéran de 41 ans en provenance de Dijon.

  3. rkj4 - le 19 septembre 2020 à 17h37

    J'adore le jeu de Luc Steins. Mais je m'inquiète un peu pour lui car ce n'est pas une force de la nature qui peut se permettre d'être bougé comme un Karabatic. Alors pourvu qu'il tienne. Pourvu aussi que son jeu ne devienne pas assez lisible pour être compris partout.

    Et j'ajoute que j'approuve totalement le titre de l'article. Surtout que, comme avec celui sur l'USDK (qui ne doit pas "perdre le Nord"), il a l'avantage de pouvoir resservir chaque année sans grand risque d'erreur. Joli coup ; vivement la suite.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).