Proligue – J2

Besançon, Sélestat, Nancy et Saran mènent la danse

Adrien Claire (Besançon)

Quatre équipes se partagent la tête du championnat : deux attendus, Nancy et Saran, un outsider, Sélestat, et Besançon, qui s’est facilement imposé contre Sarrebourg. Dijon remporte son premier match de la saison, tandis que Nice et Strasbourg n’ont pu se départager.

La saison dernière, Besançon l’a vécue dans le bas du classement, la faute à une première partie de saison où le jeune effectif de Dragan Zovko était dépassé par le niveau de ses adversaires, plus aguerris en Proligue. Cette saison, avec un peu plus de bouteille, ce pourrait bien être différent. Les Bisontins ont d’ores et déjà battu leur bilan de la trêve hivernale de la saison dernière (3 points) en deux matchs. Après son succès sur le gong à Billère la semaine dernière, le GBDH a enchaîné face au promu Sarrebourg ce vendredi. Les Sarrebourgeois ont pourtant opposé une belle opposition dans une première période équilibrée. Malmené (12-13, 26’), Besançon parvient à reprendre l’avantage avant la pause (16-14, 30’), avant d’assommer son adversaire au retour des vestiaires (20-14, 34’). Sûrs de leur handball, les partenaires de Brice Aillaud (10 buts) ont enfoncé le clou dans les minutes suivantes (27-18, 43’). Les Bisontins n’ont alors plus qu’à gérer leur avantage. Sarrebourg ne revient qu’à cinq buts, et s’incline au final assez lourdement (36-28). Les hommes de Christophe Bondant connaissent un apprentissage difficile du haut niveau, avec une deuxième lourde défaite. Pour Besançon, il faudra confirmer ce très bon début de saison à Massy la semaine prochaine.

Nancy et Saran se placent

Danijel Vukicevic (Grand Nancy Métropole HB)

Besançon partage la tête avec deux équipes qui devraient lutter pour la montée jusqu’au bout. Nancy, le grand favori, a fait honneur à son statut pour sa première à domicile ce vendredi contre Billère. Les Nancéiens ont attendu le début de la deuxième période pour faire la différence, après un premier acte plutôt équilibré (16-14, 30’). Les Béarnais ont perdu le fil en deuxième période, la faute en particulier à un nombre de pertes de balle important (14 ballons rendus, contre 7 pour Nancy). Les partenaires de Daniel Vukicevic, meilleur buteur du match (7 buts), n’en demandaient pas tant pour creuser l’écart et filer petit à petit vers un succès confortable. Revenu à trois buts à un peu moins d’un quart d’heure du terme (24-21, 48’), Billère craque en fin de rencontre et s’incline de sept buts (31-24). Toujours à la recherche de sa première victoire, le BHB jouera gros la semaine prochaine contre Valence.

Saran, large vainqueur à Sarrebourg la semaine dernière, faisait face ce vendredi à Cherbourg, qui a aussi gagné son premier match. Les Septors cueillent à froid leurs invités (4-0, 3’), qui parviennent néanmoins à réagir (6-5, 9’), sans jamais pour autant parvenir à égaliser. Saran parvient à reprendre quatre buts d’avance avant la pause (16-12, 30’), et, malgré une belle partie de Dan Tepper dans les buts cherbourgeois (13 arrêts, 39%), les hommes de Fabien Courtial parviennent à conserver un matelas d’au moins trois buts d’avance jusqu’à la fin de la rencontre. Après avoir eu jusqu’à six buts d’avance (28-22, 56’), Saran s’impose de quatre buts (28-24). Ils devront enchaîner la semaine prochaine à Angers, qui est resté en pause forcée ce week-end après l’annulation de sa rencontre contre Pontault-Combault.

Sélestat gagne à nouveau, Dijon débloque son compteur

Nicolas Minne (Sélestat Alsace HB)

Sélestat est la quatrième équipe à partager la tête du championnat. Vainqueurs du derby contre Strasbourg la semaine dernière, les Sélestadiens retrouvaient leur public pour la première fois en match officiel depuis mars face à Massy. Dans un début de rencontre où les gardiens ne sont pas à la fête et où Sélestat perd beaucoup de ballons, c’est Massy qui fait la course en tête, prenant jusqu’à trois buts d’avance (9-12, 23’). Mais Sélestat, aidé par la bonne entrée d’un Hugo Kriszt particulièrement efficace sur penalty (3 jets de 7 mètres repoussés sur 4), refont leur retard avant la pause (14-14, 30’). Au retour des vestiaires, les locaux prennent l’ascendant, et font pour la première fois le break sur une réalisation d’Antoine Gutfreund (20-18, 40’). Massy, privé d’Alexandre Aguilar après son exclusion définitive (36’), bataille pour rester au contact, notamment grâce à un efficace Edson Imare (7 buts). Revenus à un but (24-23, 52’), les Franciliens voient leurs espoirs douchés en fin de rencontre par les coéquipiers de Nicolas Minne (8 buts) qui dominent la fin de rencontre pour s’offrir un succès confortable (30-25). Décidément, ce début de championnat est difficile pour Massy, troisième la saison dernière et actuellement parmi les équipes à zéro point. La réception de Besançon vendredi prochain sera déjà capitale.

Comme Massy, Dijon a été battu à domicile la semaine dernière, contre Pontault. Mais contrairement à Massy, les Bourguignons ont corrigé le tir en allant s’imposer à Valence ce week-end. Les Valentinois, vainqueurs de leur premier match à Angers, ont pourtant failli faire vaciller un des favoris du championnat. Le DMH a certes pris les commandes de la partie peu après le premier quart d’heure (8-12, 18’ ; 12-17, 30’), mais les Drômois ont renversé la partie en début de deuxième période avec un 9-1 (12-18, 32’ ; 21-19, 44’). Après cet énorme passage à vide, les Dijonnais parviennent néanmoins à reprendre des couleurs. Alors que rien n’est encore joué à un peu moins de dix minutes du terme (24-24, 52’), tout se décide finalement dans les trois dernières minutes de la partie, où Maxime Diot ferme la boutique avec trois arrêts décisifs (10 au total, à 40%) et où Steeven Bois, très efficace (9 buts) est décisif pour permettre à Dijon de s’imposer pour la première fois de la saison (27-31).

Strasbourg arrache le nul à Nice

Joffrey Bonnemberger (Strasbourg)

Malgré cette défaite, Valence reste devant Strasbourg et Nice au classement. Les deux équipes ont été battues lors de leur premier match d’un petit but, et se retrouvaient sur la Côte d’Azur pour tenter chacune de décrocher leur premier succès. Les Alsaciens ont l’avantage dans une première période qu’ils passent l’essentiel du temps en tête (12-14, 30’), bien aidés par la solide performance de Romain Mathias dans les buts (9 arrêts en première période, 14 au total). Mais le Cavigal renverse la tendance au milieu de la deuxième période, Sébastien Rossi donnant pour la première fois deux buts d’avance aux Aiglons (21-19, 45’). Bien aidés par un très bon Joan Amigo Boada (9 buts), les Azuréens dominent les dix dernières minutes et semblent bien partis pour s’imposer (29-26, 55’). Mais le SEHB n’abandonne pas et l’expérimenté Ondrej Mika égalise à une minute du terme (29-29, 59’). Alexis Bon redonne l’avantage à Nice, mais à la dernière seconde, Joffrey Bonnemberger offre le point du nul à Strasbourg (30-30). Rageant pour Nice qui a finalement mal géré son money-time, tandis que Strasbourg peut rentrer en Alsace avec le sentiment du devoir accompli, tant il est difficile de décrocher des points à Nice.

Retrouvez le classement et les rencontres à venir à l’onglet Résultats.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Proligue

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. drauglin09 - le 11 octobre 2020 à 11h16

    Pour info, Nancy ne joue plus à Vandoeuvre mais au palais des sports de Gentilly, à cause du virus…. il partage la salle avec le basket, et la taille de la salle (8000 personnes, je crois) leur permet d’accueillir plus de personnes avec la distanciation sociale. Donc la première à Vandoeuvre se déroulait à Nancy 🙂

    • Lanfillo - le 12 octobre 2020 à 08h45

      L'information m'avait échappée, merci pour la remarque c'est corrigé !

      • drauglin09 - le 12 octobre 2020 à 16h20

        Mea culpa aussi, la capacité du palais des sports de Nancy est de 6000 personnes. Le basket qui normalement fait le plein, a du se contenter de 3000 personnes.
        Pour le hand, ils ont rassemblé 1500 personnes, ce qui correspond à la capacité du palais des sports de Vandoeuvre où ils jouent traditionnellement. Donc pour Nancy, pas de perte de public à cause du virus. Peut être que le cout d'organisation du match est supérieur, il faut tout démonter/remonter pour passer en mode basket/handball.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).