Starligue – J17

Stéphane Imbratta veut injecter du “positivisme” à Tremblay


Avant-dernier au classement de Starligue, avec quatre points de retard sur les premiers non-relégables Ivry et Istres, Tremblay aura un nouvel entraineur demain soir, pour la réception de Chambéry. Stéphane Imbratta revient sur le banc de touche pour une mission commando avec un seul but : le maintien dans l’élite.

Plus de six ans qu’on ne l’avait plus vu sur un banc de touche en première division, et c’était déjà à Tremblay. S’il était revenu dans l’Hexagone en 2017 après une expérience en Tunisie, il avait abandonné toute ambition de haut niveau, de son propre aveu “pour des raisons personnelles”. Mais la situation du club séquanodionysien n’a pas laissé insensible Stéphane Imbratta, qui a fini par accepter la mission qui lui a été confiée en fin de semaine dernière : sauver Tremblay de la relégation en Proligue. “Je le fais par amour du club, par respect pour les dirigeants et du travail accompli par la base, la formation. Je suis plus un homme de projet qu’un homme de sauvetage, si on peut dire. Mais le club fait un excellent travail, on a en ce moment de nombreux joueurs formés chez nous dans différentes sélections, et je ne voulais pas que tout ça soit mis en péril” explique celui qui était à la tête de la structure de formation depuis 2017. Alors il a remis le bleu de chauffe, animant sa première séance dès vendredi, après que ses hommes aient concédé une défaite cinglante à Toulouse (36:27). En refusant le costume d’homme providentiel. “Je leur ai dit que je n’étais pas magicien et que chacun devait y mettre du sien. On doit retrouver les valeurs du club, la solidarité, le combat, l’émotion partagée. De la confiance, aussi, alors que l’équipe est un peu malade” continue celui qui gardera à ses côtés Mirza Saric, adjoint de Rastko Stefanovic depuis le début de saison.

“Chaque match sera capital”

Il reste dix matchs, pas un de plus, à Stéphane Imbratta pour réaliser ce que certains pourraient appeler un miracle. Il y a certainement la place pour maintenir Tremblay en première division, mais il n’y a plus de temps à perdre. La mission commence dès demain, avec la réception de Chambéry. “Pour l’instant, je ne veux qu’on ne pense qu’à ce match. Qu’on ne parle pas de descente, de calculs. On n’a plus notre sort entre nos mains, il faut donc se center sur nous, nos performances et nos résultats” détaille-t-il, alors que le calendrier des cinq prochaines journées réserve à Tremblay des rencontres face à Chartres, Créteil et Ivry, d’autres concurrents au maintien. “Chaque match sera capital” tonne Imbratta. Qui ne compte pas tout révolutionner au sein d’un effectif où les noms qui composent l’effectif ne semblent pas rimer avec lutte pour le maintien. Et pourtant, il va bien falloir créer un électrochoc. “Je vais essayer d’apporter ma touche, mais on n’a pas le temps de tout changer. C’est en ça que les joueurs doivent comprendre qu’ils sont les principaux acteurs de leur maintien” continue-t-il, avant d’en appeler à l’union sacrée du côté de Tremblay : “Il faut fédérer tout le monde autour du projet, joueurs, staff, supporters, il faut du positivisme à tous les étages.” Sa mission ne durera, quoi qu’il arrive, que quatre mois, avant qu’il ne retourne travailler dans l’ombre, au centre de formation, peut-être là où il se sent le plus à l’aise désormais. Mais en attendant, Stéphane Imbratta est sur le devant de la scène et compte bien sauver son club de coeur.

Nantes – Paris, “presque la finale du championnat”

Les autres candidats au maintien seront également sous pression, puisque Créteil recevra Istres, dans un véritable match à six points. A l’heure qu’il est, les Provençaux comptent quatre points d’avance sur les Val de Marnais. Ivry et Chartres auront, quant à eux, des missions un peu plus compliquées du côté d’Aix (qui récupère un à un tous ses absents) et de Toulouse, respectivement. Le choc entre Nantes et Paris, “presque la finale du championnat” comme le disait Luka Karabatic la semaine passée, sera évidemment l’attraction de la journée, alors que derrière Nîmes pourrait faire la bonne affaire de la semaine. Si Nantes venait à s’incliner contre le leader parisien, Nîmes pourrait recoller à la seconde place en cas de victoire contre Dunkerque. Montpellier, désormais cinquième, n’a plus trop le choix. Les Héraultais restent sur quatre défaites de suite en championnat, une première dans l’histoire, et ne peuvent plus se permettre de laisser des points en route, lors de la réception de Saint-Raphaël.

Le programme de la dix-septième journée

Mercredi 26.02
Aix – Ivry à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 4)
Créteil – Istres à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 5)
Nîmes – Dunkerque à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 6)
Toulouse – Chartres à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 7)
Tremblay – Chambéry à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 8)
Montpellier – Saint-Raphaël à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Jeudi 27.02
Nantes – Paris à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. max - le 25 février 2020 à 16h14

    Le MHB va t-il écrire une nouvelle page de son Histoire en championnat ?

    • leFnake - le 25 février 2020 à 16h35

      MAHB s'il te plait

      • souchi - le 25 février 2020 à 16h40

        PCHB (patrice canayer HB)

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).