Suède (F)

Le H65 Höör se lance dans un “combat pour sa survie”

Tout juste assuré de terminer premier du championnat suédois après l’arrêt définitif du championnat, le H65 Höör a lancé un appel à l’aide pour sa survie. La crise du coronavirus pourrait tuer le club économiquement.

Avec l’arrêt des compétitions, le bureau directeur du club suédois a chiffré ses pertes à plus de 500 000 couronnes suédoises, soit 46 000 euros environ.

“Nous voulons être entièrement transparents à ce sujet et montrer la réalité de la situation à tout le monde”, a expliqué Åsa Berling, la présidente du club. Hier, il a remis un courrier à la municipalité afin de faire l’état de la situation. “Les promesses et les prêts ne suffiront pas. Nous avons vraiment besoin d’aide. Soit nous baissons la tête et nous nous laissons mourir, notre équipe fanion avec nous. Soit nous décidons de nous battre pour que notre club soit prêt à repartir en septembre.”

Depuis l’arrêt des compétitions, le club a mis ses joueuses et son staff en chômage partiel, et d’ores et déjà demandé de l’aide auprès du gouvernement suédois. Ce dernier a promis une enveloppe de 500 millions de couronnes (près de 46 millions d’euros) à son ministère des sports afin d’aider les clubs de sport à surmonter la crise économique à venir.

Le H65 Höör a également décidé de communiquer son RIB à tous les particuliers souhaitant aider le club à se relever.

“Le miracle Höör”

L’histoire du H65 Höör, c’est un peu celle du petit poucet devenu grand en Suède. Crée en 1965, rien ne prédestinait ce club d’une bourgade de 7500 âmes à devenir le meilleur du pays.

Après avoir végété dans les divisions inférieures, le H65 Höör est à deux doigts de la faillite dans les années 90. Son sauveur : Jan Hansson, très riche industriel du pays, encore président d’honneur du club aujourd’hui.

A l’occasion de la finale de Challenge Cup 2013/2014, Handnews avait rencontré l’homme fort du H65 Höör. Il nous racontait : “en 1999, ma femme et moi étions très impliqués dans le club, puisque tous nos enfants y jouaient. Du fait de mon expérience dans l’économie internationale et mon passé à la tête de multinationales suédoises, j’ai décidé de prendre la tête du club. Nous avons décidé dès le départ de miser sur la section féminine, principalement parce qu’il est plus facile d’accéder à l’élite chez les femmes, surtout quand on a des moyens limités comme les nôtres.”

Après avoir financé lui-même la construction d’une nouvelle salle (600 places), le club se stabilise en première division suédoise en 2011. “Notre politique était simple : essayer de recruter les meilleurs entraineurs et utiliser le reste de l’argent intelligemment pour récupérer des joueuses.” Aujourd’hui encore, le club ne cesse de donner leur chance aux jeunes espoirs du pays, l’équipe étant d’ailleurs 100% suédoise. Ses deux joueuses les plus âgées sont la paire de gardiennes Jannike Wiberg (33 ans ; en photo) et Gry Bergdhal (26 ans) tandis que le reste du groupe oscille entre 19 et 23 ans.

Il y a six ans, Jan Hansson nous expliquait : “Nous sommes donc toujours sur ce chemin, et tout le monde dans les médias parle du “miracle de Höor”. Le terme de miracle vient surtout du fait que la municipalité ne verse pas un centime au budget du club et que dans une ville où il n’y a que peu d’industrie, les ressources en sponsor sont rares”. En mai 2017, Jan Hansson dévoilait à nos confrères d’Aftonbladet, en Suède, avoir investi personnellement près d’un million d’euros dans le club.

Après leur victoire en Challenge Cup, les Suédoises avaient atteint les quarts de finale de Coupe EHF puis avaient disputé leur premier tournoi de qualification à la Ligue des Champions lors de la saison 2017/2018. Avec son titre de champion de Suède – le deuxième depuis sa création, le H65 Höör devrait normalement disputer la première phase de poule de Ligue des Champions de son Histoire à la rentrée. Mais aujourd’hui, cette belle histoire suédoise est en grand danger.

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 1 avril 2020 à 21h55

    Hoor a gagné deux fois la coupe d'Europe Challenge et malgré ca, ce club n'arrive pas à attirer les bon sponsors ???
    On dirait Larvik !

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).