Proligue – J18

Succès précieux pour Saran, Cherbourg retrouve le sourire

Crédit photo : Panoramic / K. Domas

Au courage, Saran est allé chercher deux points à Dijon, tandis que Cherbourg a retrouvé le goût de la victoire en battant Sélestat (33-26). Nice a giflé Strasbourg, tandis que Besançon a remporté une rencontre importante pour le maintien à Sarrebourg.

Touché par le Covid-19, Saran aurait aimé que sa rencontre contre Dijon vendredi soit reporté. Une requête qui se comprend : l’effectif a été placé en quatorzaine pendant dix jours, une période durant laquelle les entraînements ont logiquement été suspendus. Mais la LNH n’a pas accepté la demande saranaise, et le match s’est déroulé vendredi, comme prévu. L’équipe de Fabien Courtial, en manque de rythme et sans certains cadres (Quentin Eymann, Tom Robyns et Uelington Ferreira da Silva n’ont pas fait le déplacement), a dû se mettre directement dans le bain face à une équipe ambitieuse et qui a battu Cherbourg et Nancy cette saison. Les Septors attaquent donc fort la rencontre, avec une grosse défense 5-1 qui gêne les Dijonnais et un Nicolas Gauthier efficace (1-4, 6’). Dijon perd trop de ballons dans le premier quart d’heure pour pouvoir recoller (7-10, 19’). Mais les changements opérés par Ulrich Chaduteaud apportent de la vitesse et de la justesse. Saran connaît un temps faible en attaque, et sur un contre, Dijon prend deux buts d’avance (12-10, 26’). Les Bourguignons ont alors l’ascendant, mais ne parviennent pas à faire le trou (14-14, 30’).

Le money-time favorable à Saran

Kevin Taufond (Saran). Crédit photo : Kevin Domas / Panoramic

Pendant un quart d’heure en deuxième période, Dijon tient l’avantage au score, mais sans se détacher à plus de deux longueurs d’avance. Saran tient notamment grâce aux bonnes entrées de Macira Sakho en attaque (6 buts), et à une défense qui continue de gêner les attaques dijonnaises. Dijon a tout de même le dessus, et profite en particulier d’un bon Wassim Helal à sept mètres (4/7 dans l’exercice pour le gardien). Saran parvient néanmoins à revenir, et sa défense 5-1 continue de poser beaucoup de problèmes aux Dijonnais. Après une balle récupérée en défense, Théo Avelange-Demouge, meilleur buteur de la rencontre (8 buts), redonne l’avantage aux Septors (22-23, 48’). Les dix dernières minutes sont très serrées. Dans les trois dernières minutes, Steeven Bois s’engage bien et redonne l’avantage aux Dijonnais (27-26, 57’). Mais le money-time tourne à l’avantage de Saran. La défense tient, et Nicolas Gauthier, peu en réussite après sa bonne entame, est décisif face à Lilian Pasquet. Dans la dernière minute, Wassim Helal est surpris par un tir de Kevin Taufond, avant que la perte de balle à l’engagement condamne Dijon (27-29). Le DMH peut regretter de ne pas avoir réussi à enfoncer son adversaire quand il en avait l’occasion, tandis que Saran, vu les conditions, a livré un match globalement solide. Cette victoire lui permet de recoller sur la tête du championnat, avec deux matchs de retard, alors que Pontault-Combault n’a pas joué à Angers ce week-end.

Cherbourg se reprend contre Sélestat

Hakon Ekren (JS Cherbourg Manche)

« Tout n’a pas été parfait sur la reprise, mais Limoges a démarré le début de la phase retour l’année dernière par trois défaites, et est quand même monté. » Frédéric Bougeant, à la fin du live réalisé par le club de Cherbourg pour la rencontre contre Sélestat, a calmé une situation qui s’était un peu emballée médiatiquement autour du club du Cotentin. Alors que la JSC sortait de trois défaites, une interrogation sur l’ambiance dans le groupe avait émergé, interrogation alimentée par l’interprétation des sorties médiatiques du coach sur ses gardiens notamment. Mais Bougeant a souligné que ces sorties étaient maîtrisées, calculées, que l’entente avec son groupe lors des entraînements était bonne (« Ici, ce n’est pas le goulag »), et il a pointé le fait que ses joueurs avaient besoin de redescendre sur terre après s’être installés au sommet de la Proligue. « Mentalement, on n’était pas naturels depuis la reprise, a-t-il ajouté. Mais j’ai retrouvé les mecs depuis quinze jours. »

Antoine Gutfreund (Selestat Alsace HB)

Dont acte ce dimanche contre Sélestat. Après un premier quart d’heure délicat (4-7, 15’), les Cherbourgeois sont progressivement montés en puissance grâce aux arrêts de Dan Tepper, de nouveau en confiance (13 arrêts à 36 %), un Hakon Ekren excellent (10 buts) et la bonne entrée de Chérubin Tabanguet (12-8, 27’). Sélestat, mené de trois buts à la pause (13-10, 30’), a néanmoins de la ressource. Porté par son jeune arrière Hugo Pimenta, intenable (7/7 au tir), et par un bon début de deuxième période d’Antoine Gutfreund décalé à l’aile droite (4 buts en neuf minutes), les Alsaciens restent au contact (18-18, 41’). La situation se débloque seulement dans le dernier quart d’heure, en faveur de la JSC, qui prend clairement le dessus dans tous les aspects du jeu. Avec un bon Lucas Vanègue en fin de rencontre, les Mauves récupèrent des ballons en défense et creusent de nouveau l’écart (26-20, 54’). Sélestat n’aura pas réussi à tenir sur la longueur, et s’incline logiquement (33-26), face à une équipe de Cherbourg retrouvée. « Défensivement, mis à part le début de deuxième mi-temps où on prend 8 buts en 11 minutes, on fait un match intéressant. On a un potentiel offensif très intéressant avec de la variété, on est encore à 33 buts ce soir », analyse encore Frédéric Bougeant, satisfait que son équipe ait retrouvé ses valeurs.

Nancy enchaîne, Massy gagne à nouveau

Grand Nancy Métropole Handball

Comme quoi, toutes les équipes connaissent un passage à vide en Proligue. Pour Nancy, après les cinq défaites à suivre dans l’hiver, la proximité du printemps a redonné des couleurs au groupe de Benjamin Braux, qui enchaîne une troisième victoire consécutive. Rien n’a été simple à Valence, équipe qui lutte pour le maintien mais qui a pris ses distances avec la zone rouge. Chacune des deux équipes a ses hauts et ses bas en première période : les Drômois démarrent mieux la rencontre (3-0, 5’), puis les Nancéiens inversent la tendance (5-8, 14’), avant que Valence se reprenne et arrive en tête à la pause (15-12, 30’). Sur sept mètres, Sylvain Kieffer, meilleur buteur du match (8 buts dont 4 pen.), donne quatre buts d’avance aux siens (18-14, 38’), mais progressivement, la machine valentinoise se grippe. Avec notamment un solide Louis Prévost (12 arrêts), Nancy refait son retard, puis passe devant et arrive même à cinq minutes de la fin avec quatre buts d’avance (21-25, 55’). Valence revient à un but à une minute de la fin, mais un dernier but de Théo Muller sécurise le succès lorrain dans la dernière minute (25-26). Ce succès est important pour Nancy, non seulement pour rester proche des équipes de tête, mais surtout pour creuser l’écart sur les équipes de derrière.

Junior Réault (Massy Essonne HB)

En effet, Dijon a perdu et est désormais à trois points du GNMHB. Les Bourguignons voient aussi revenir Massy à leur hauteur. Les Franciliens étaient en déplacement à Billère, tombeur de Cherbourg plus tôt dans la semaine. Le MEHB arrive devant au score après une première période très serrée (11-12, 30’), avant de pérenniser son avantage au score en début de deuxième période. Genèse Bouity donne trois buts d’avance aux visiteurs (16-19, 45’). Billère, qui peut compter sur un bon Joris Labro dans les cages (13 arrêts), reste au contact et revient à un but, mais la défense massicoise reste solide et, en attaque, Junior Réault est d’une efficacité clinique (8/8 au tir). Edson Imare scelle la victoire massicoise à trois minutes de la fin (22-26) et Massy, qui n’avait pas gagné depuis trois matchs, retrouve le goût de la victoire dans le Béarn (24-27).

Nice en mode rouleau compresseur à Strasbourg

Jérémi Pirani (Nice)

Battu à Sélestat en milieu de semaine, le Cavigal Nice voulait éviter de rentrer de sa semaine alsacienne sans le moindre point. Face à Strasbourg, les Azuréens ne s’attendaient probablement pas néanmoins à décrocher une victoire si facile et si large (18-35). Strasbourg, très affaibli sur sa base arrière (Xavier Moreau est absent, Robin Paris a joué avec une douleur à la cheville), a fait tout le match derrière au score, et n’est resté au contact que dans les dix premières minutes (4-6, 10’). Les Alsaciens prennent un éclat rédhibitoire en milieu de première période (4-11, 17’), avant de stabiliser l’écart dans le reste de la première période à sept buts (10-17, 30’). C’est à la reprise que Strasbourg décroche totalement. En total échec sur la défense niçoise et sur les gardiens du Cavi’ (la paire Gudjonnson-Quatrevaux avoisine les 50 % d’arrêts), Strasbourg prend l’eau en contre et sur jeu placé. Les ailiers Jérémi Pirani (10 buts, dont 5/5 pen.) et Jurgen Rooba (8 buts) se régalent, et les Aiglons s’envolent irrémédiablement (12-24, 39’ ; 15-31, 50’). Après avoir remporté quatre matchs de suite, Strasbourg est ramené brutalement sur terre par Nice, qui reste très bien placé pour participer aux play-offs.

En battant Sarrebourg, Besançon se donne de l’air

Thibaud Arteaga (Besançon). Crédit photo : Martin Remigy

L’opposition entre Sarrebourg et Besançon était extrêmement importante dans la course au maintien. Deux points seulement écartaient les Sarrebourgeois, relégables, des Bisontins, premiers non relégables. Comme on pouvait s’y attendre, la rencontre a été très serrée. Après un bon début de match (7-4, 9’), Sarrebourg a mené presque toute la première période au score, sans distancer son adversaire qui prend l’avantage juste avant la pause (17-18, 30’). Sarrebourg reprend l’avantage en début de deuxième période (23-20, 39’), mais là encore, Besançon revient au score, mais surtout, passe devant en marquant quatre buts de suite (25-28, 53’). Bien aidé par un Thibaud Arteaga efficace dans les dix dernières minutes (6 buts au total), Besançon parvient à conserver son avantage jusqu’au bout et s’impose de deux buts (30-32). Malgré les sept buts d’Antonin D’Hondt et de Lucas Hubert, Sarrebourg s’incline chez lui et compte désormais quatre points de retard sur Besançon. La trêve permettra à Sarrebourg de souffler un peu pour préparer une reprise musclée avec deux déplacements contre des équipes du haut du classement, Saran et Nancy, puis un autre plus important, contre Angers, l’autre relégable.

Retrouvez le classement et le calendrier à venir à l’onglet Résultats.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Proligue

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. GONZALEZ - le 8 mars 2021 à 05h30

    fin mars la montée direct se dessinera entre les quatre prétendants, une saison palpitante dans les conditions sanitaires difficiles, la FFHB n’a pas reporté le match DIJON- SARAN alors qu’il n n’y avait aucune rencontre la semaine suivante…

  2. Chantereyne - le 8 mars 2021 à 07h36

    Pour info le joueur de la JSC en photo n est pas Hakon EKREN mais GUNKO parti depuis a pontault combaut et qui d ailleurs fait une belle seconde partie de saison . Pour EKREN j ai du mal a comprendre que la JSC ne le garde pas a la fin de saison , peut-être que financierement ça ne passe pas mais quand même . Il a été énorme hier avec ses 10 buts et a ete un des seul depuis la reprise et malgré les 3 défaites à tenir son rôle de joueur cadre . Il va nous manquer et faire le bonheur de son futur club …😥

    • Lanfillo - le 8 mars 2021 à 08h43

      Oups, la photo était mal marquée ! Je viens de la modifier, désolé pour l'erreur

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).