Amicaux

Nantes et Paris qualifiés pour la finale de l’Eurotournoi

Jannick Green (Paris Saint-Germain)

Paris et Nantes se sont imposés ce samedi à l’Eurotournoi, le tournoi amical réputé de présaison, à Sélestat. Les deux premiers du dernier championnat de France se retrouveront en finale demain.

Après deux années sans, l’Eurotournoi est de retour et avec un très beau plateau. Et alors que Montpellier avait remporté la dernière édition en 2019, le trophée de ce tournoi amical prestigieux restera en France, puisque les deux participants français à l’édition 2022 se retrouveront en finale ce dimanche. Le Paris Saint-Germain et le HBC Nantes ont en effet disposé de leurs adversaires étrangers respectifs, le FC Porto pour les Parisiens, le MT Melsungen pour les Nantais. Demain, les deux équipes offriront donc au public alsacien une répétition grandeur nature avant le Trophée des champions au Futuroscope le week-end prochain.

Paris serein contre Porto, Steins déjà en forme

Luc Steins (Paris Saint-Germain)

Le Paris Saint-Germain a, pour le match d’ouverture, disposé d’un futur rival de son groupe de Ligue des champions, le FC Porto. Après près de 25 minutes où les deux équipes ont été à peu près à la même hauteur, les Parisiens ont accéléré en fin de première période, inscrivant un 6-1 sous l’impulsion d’un Luc Steins déjà très en jambes. Le Néerlandais conclut deux belles montées de balle, puis c’est Elohim Prandi qui donne cinq longueurs d’avance à son équipe avant la pause (18-13, 30’). Porto tente de revenir en début de deuxième période, avec en particulier un Rui Silva qui enchaîne les buts (8 buts, dont 6 en deuxième période), mais le PSG prend de nouveau le large avant la quarantième minute (19-17, 34’ ; 24-17, 39’). La fin de rencontre est contrôlée, le rythme baisse logiquement en fin de rencontre et Paris assure tranquillement un succès logique (31-28).

Malgré les absences de Luka Karabatic et de Yoann Gibelin (qui n’a participé qu’à l’échauffement), les Parisiens ont déjà montré de bonnes choses dans cette première rencontre. Outre la solide performance de Luc Steins (7 buts), le public du CSI a pu apprécier la bonne partie de David Balaguer, auteur de 6 buts, ou encore la bonne entrée de Gautier Loredon au poste de pivot (2 buts). Les nouveaux gardiens Andreas Palicka et Jannik Green ont également montré toute leur solidité. À confirmer demain face à Nantes.

Nantes a rapidement plié les débats contre Melsungen

Valero Rivera (HBC Nantes)

Les Nantais ont, comme le PSG, réglé le sort de leur affrontement contre Melsungen assez rapidement dans la rencontre, même plus tôt que les Parisiens. Melsungen, qui année après année essaie d’être à la hauteur de ses objectifs, déçus avec régularité ces dernières années, a lâché dès le premier quart d’heure face à une équipe nantaise qui semble bien rodée. Grâce aussi au bon début de partie de son nouveau gardien Ivan Pesic (5 arrêts dans le premier quart d’heure), le H a pris l’avantage en enchaînant les contres terminés proprement (10-5, 14’). Melsungen n’est pas revenu à moins de trois buts en première période ; la défense allemande a trop souvent laissé Adam Morawski, le nouveau gardien du MT, à son triste sort. Nantes, clairement au-dessus, lui a passé 21 buts dans le premier acte (21-14, 30’).

Jeremy Toto (HBC Nantes)

Nantes, qui avait comme absents Viktor Hallgrimsson et Théo Monar, a continué de maîtriser son adversaire en début deuxième période. Hormis par Rogerio Moraes (à trois reprises), le MT n’arrive pas à marquer, tandis que Nantes continue d’enchaîner les buts et arrive rapidement aux dix buts d’avance (26-16, 39’). Melsungen réagit dans les 20 dernières minutes, et lance un baroud d’honneur qui remet presque en cause le destin de la rencontre. Nantes ne parvient pas à maintenir son adversaire à distance ; la défense plus agressive du MT porte ses fruits et les Allemands recollent à deux buts seulement dans le money-time (32-30, 57’). Les Ligériens gardent néanmoins la tête froide dans les dernières secondes pour s’assurer la victoire (34-31).

Les feuilles de match

Paris Saint-Germain HB – FC Porto : 31-28 (18-13).
Arbitres : MM. Carmaux et Munsch.
Paris : Palicka 7 arrêts dont 0/1 pen., Green 4 arrêts dont 1/1 pen., Villain – Steins 7 buts, Ntanzi 4, Keïta 1, Kristopans 4, Solé, Toft Hansen, Balaguer 6, Grébille, Syprzak 4 dont 1/1 pen., N. Karabatic 2, Prandi 1, Loredon 2. Entraîneur : Raul Gonzalez. Exclusions : Steins (9’), N. Karabatic (46’).
Porto : Frandsen 11 arrêts dont 0/1 pen., Mitrevski 3 arrêts – Valdés 1 but, André, Iturriza, Mikkelsen 1, P. Cruz, D. Oliveira, Læsø 5, Rui Silva 8, Salina 3, Plaza, Thurin 1, L. Fernandes 4, Branquinho 1, A. Areia 3, D. Alves 0/1 pen., Magalhães 1. Entraîneur : Magnus Andersson. Exclusions : Iturriza (5’), Salina (8’), Valdés (15’).

HBC Nantes – MT Melsungen : 34-31 (21-14).
Arbitres : MM. Christmann et Iltis.
Nantes : Pesic 7 arrêts, Hofmann – Marchan 3 buts, Briet 2, Minne 4, De la Brétèche 1, Persson 5, Rivera 4 dont 2/2 pen., Cavalcanti 2, Shkurinskiy, Ovnicek 1, Damatrin, Portela 1, Maqueda 4, Toto 5, Odriozola 2, Handjou. Entraîneur : Grégory Cojean. Exclusions : Minne (10’), Toto (22’, 37’), Briet (40’).
Melsungen : Morawski 3 arrêts dont 0/1 pen., Simic 6 arrêts dont 0/1 pen., Ullrich – Kühn, Malasinskas 1 but, Casado 3, Ignatow 3, Moraes 4, Beekmann, Ohl, Drosten, Arnarsson 3, Gomes 5, Kalarash, Häfner 6, Fuchs 1, Martinovic 2, Mandic 3. Entraîneur : Roberto Garcia Parrondo. Exclusions : Kalarash (19’, 39’), Moraes (41’), Malasinskas (55’).

Le programme de dimanche

15h : MT Melsungen – FC Porto
17h : Paris Saint-Germain – HBC Nantes

Mickaël Georgeault, à Sélestat

14 CommentairesPoster un commentaire

  1. Gaston - le 28 août 2022 à 09h33

    bonjour, la finale est visible quelque part?

    • stephane_44 - le 28 août 2022 à 09h52

      Et non … Même pas un simple live score … La France est vraiment à la traîne sur la diffusion du hand (et bien d'autres sport) ! La semaine dernière le H était en tournoi au Portugal, tous les matchs était diffusés sur Internet 😉

  2. Pierredon - le 28 août 2022 à 12h55

    C’est évident que la télé préfère diffuser du foot niveau D2 ou pire du foot féminin ( niveau N3 masculin). Le hand est trop compliqué à comprendre pour les “sans neurones”du foot.Combien faudra t il d’étoiles sur le maillot national?

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).