Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

LMS

Tour de France (1/16) : Dijon, partis pour rester ?

, par Omeyer

Crédit photo : E. Bontemps / LNH

Vainqueur des playoffs 2023 de Proligue, Dijon a fait forte impression cette année. Pour leur montée en Starligue, les Dijonnais n'ont qu'un seul objectif : le maintien. 

"On veut montrer une aussi belle image du handball que lors du Final Four et c'est en bataillant qu'on y arrivera". Tels sont les mots d'Ulrich Chaduteaud, coach de Dijon.

Une saison historique

Après avoir réalisé une saison régulière parfaite ou presque, celle-ci a été validé par une qualification directement au Final Four. Un soulagement pour l'équipe et surtout une récompense pour le DMH, eux qui ne s'étaient pas qualifiés l'an dernier : "Le but était de jouer ces playoffs, on les avait raté l'année précédente donc réussir à s'y qualifier, c'était déjà une victoire soit". Et une qualification acquise avec la manière ! Deuxième à un petit point de Saran, les Dijonnais ont notamment rayonné à domicile, portés par un public à la ferveur contagieuse : "Il y a une osmose entre le public et les joueurs. Leur soutien, le fait de jouer le Final FOur à la maison. On avait pas de pression et dès qu'on a ressenti l'énergie des supporters, ça nous a de suite galvanisé".

Combatifs, motivés et héroïques, les coéquipiers de Wassim Helal vont ainsi disposer tour à tour de Pontault et de Saran pour finalement soulever ce trophée de champion de Proligue. Des émotions fortes et surtout une communion avec le public, voilà ce qui sera surtout retenu par l'entraineur : "Je retiens le moment où on gagne, je m'écarte un peu et je vois beaucoup de gens qui pleurent de joie, c'est très fort, c'est pour ça qu'on fait ce métier. Et derrière, on monte, on va ramener le top 3 à la maison, ça récompense aussi tout le soutien du public".

Une fois les émotions digérées, le cap a de suite été mis vers septembre. Pour tous les joueurs ou presque, l'heure est la découverte de la Starligue. La marche entre les deux championnat n'impressionne pas le jeune promu, qui continuera de prôner haut et fort les mêmes valeurs qui ont fait son succès : combativité et motivation : "On a hâte, on a une grosse motivation et une grosse envie. Même si les choses vont aller plus vite et plus fort en Starligue, le handball reste le même. On se doit d'être rigoureux et déterminés, c'est là où on fera la différence".

L'heure des départs et des arrivées

Bien que l'adage dise "on prend les mêmes et on recommence", celui-ci ne s'applique pas à un club professionnel. Amputé de trois départs de poids (Quinten Colman, Alexis Bon et Maxime Diot), le DMH a recruté cinq joueurs, avec notamment des arrivées de joueurs d'expérience et surtout des joueurs qui correspondent aux valeurs de l'équipe : "Les nouveaux correspondent à ce que l'on veut faire, ils ont la même mentalité que le reste du groupe".

C'est par exemple le cas de l'ancien istréen Messaoud Berkous : "C'est un joueur d'expérience, qui a eu l'habitude jouer le maintien, il l'a fait pendant deux saisons avec Istres. Il va nous apporter toute cette gestion de matchs difficiles".

Un mercato chargé mais pas encore totalement clos. En effet, le départ d'Alexis Bon sur le poste d'arrière droit n'a pas totalement été comblé. L'arrivée de Névo Médina est une belle signature, le jeune joueur de 18 ans possède de belles qualités et l'effectif pourra sans conteste s'appuyer mais le club est encore à la recherche de deux joueurs supplémentaires : "On cherche encore un arrière droit gaucher et un défenseur".

Enfin, si il y a bien un joueur à suivre du côté de Dijon, c'est bien le jeune demi-centre Jules Lignières. Arrivé tout droit depuis Benidorm, en Asobal, le tricolore amène avec lui tout son bagage européen et surtout espagnol : "On cherchait un demi-centre et Jules a avec lui tout ce jeu à l'espagnol, donc il complète très bien le jeu que l'on veut mettre en place. Il a énormément envie de prouver, il a de très belles qualités de jeu et il défend également très bien".

Désormais presque complet, le DMH affiche un effectif de 16 joueurs professionnels et 2 jeunes du centre de formation : "On a trois joueurs de plus que l'an dernier, tous les postes sont doublés voire triplés donc on va s'en satisfaire".

Le sept type de Dijon

Les yeux tournés vers septembre

Depuis plusieurs années, une malédiction plane sur les équipes qui remportent les Playoffs de Proligue. Il est dit que le club qui l'emporte est condamné à redescendre l'an prochain. Et pour l'instant, aucun club n'a été en mesure de faire mentir les statistiques; Dijon sera-t-il le premier ? C'est en tout cas ce qu'aimerait croire Ulrich Chaduteaud : "Je ne vois que deux possibilités : soit on fait forfait, soit on bataille jusqu'au bout. En tout cas, on va tout mettre en œuvre pour faire déjouer les statistiques". Au vu des valeurs prônées par le club et ses joueurs, il est fort possible que les Dijonnais soient les premiers à briser cette malédiction.

Et cette réussite passera par une grosse préparation avant tout. Les joueurs et le staff ont repris le travail et tout s'est accéléré pour l'équipe : "On est partis s'isoler avec le groupe pendant 3 jours à Luxeuil-les-Bains. On a bien travailler et surtout on a bien échangé sur le projet de jeu que l'on voulait mettre en place, que ce soit entre les joueurs et le staff mais surtout entre les joueurs eux-mêmes. On accélère tout doucement, on a deux matchs de préparation cette semaine et le 30 août, c'est déjà la Coupe de France".

Le mois de septembre va arriver à vitesse grand V pour toutes les équipes et les Dijonnais vont très vite enchainer les rencontres d'importance majeure. IvryNîmes, Chartres et Aix, voilà le programme de septembre pour les promus. Dans ces équipes, deux sont principalement dans le viseur du coach, du fait de leur proximité avec la zone de relégation. Il va donc falloir assurer ses arrières et ce dès le début : "On reçoit directement Ivry donc il faudra pas prendre le match à la légère. C'est une opportunité de prendre des points et surtout de s'enlever des doutes. On est conscient que le premier match est important. Le but c'est d'être bon sur les moments importants donc on va mettre des croix sur les journées et les matchs à ne pas rater".

Une chose est sûre, Dijon a toutes les armes en main pour jouer et se maintenir : un staff qui sait où il veut aller, un effectif complet et uni mais aussi un public qui saura être un atout de poids dans les moments difficiles.

 

Théo Alleaume

Prochain match TV

Montpellier HB

20:00

Sam. 13 Avr.

Dunkerque

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ymo34
Ymo34
8 mois il y a

L’année passée on ne donnait pas cher des chances de Selestat. Moi le premier. Et on a été bien surpris par le combat farouche qui a été mené.
Pour les dijonnais, prendre modèle et avancer juste une marche de plus. Bonne chance et puissiez vous refaire vibrer votre ville comme dans les années 70-80 !!!

Avec Saint Maur qui revient chez les filles, on retrouve notre belle jeunesse, saperlipopette comme dirait qui vous savez 😄

Supportmhb
Supportmhb
8 mois il y a

Creteil l a deja fait se maintenir en sortant des playoffs, il y a 3 ans.

jeanloup47
jeanloup47
8 mois il y a

Avoir de l'ambition …C'est bien; avoir les moyens de cette ambition est un autre discourt !
Le Cercle de Dijon est une terre de handball . Ce n'est pas les frères Sellenet qui diront le contraire; c'était une autre époque ou le hand n'était pas encore professionnel et ne brassait pas des millions de ''Francs''

Jack3544
Jack3544
8 mois il y a

Content et impatient de voir les premiers pas de Jules Lignières en LNH. Il a du cocher le déplacement au H sur son agenda…

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x