Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

N1 élite

La COC exclut Vénissieux du championnat

, par Zorman

Yanis Dury, Vénissieux (crédits : Guillaume Boitiaux, Martigues Handball)

Vénissieux n'était pas au bout de ses surprises. Après la décision de la CNCG retirant 7 points et le statut VAP pour cause d'impayés de salaires, la Commission d'Organisation des Compétitions a sanctionné le club de 5 matchs par forfait. La cause ? Plus de 5 000€ d'impayés en frais d'arbitrage. La conséquence ? Un forfait général pour l'ensemble de la saison.

On savait les joueurs de Vénissieux dans la tourmente ces derniers mois  et après la décision de la CNCG, et la décision de la Commission d'Organisation des Compétitions (COC) tombe comme un coup de massue. Comme nous l'écrivions ce lundi, les conditions de déplacement sont loin d'être idéales, et les impayés de salaires, de frais et de loyers ont poussé plusieurs salariés à saisir les prud'hommes. Deux ont d'ailleurs eu leurs premières auditions cette semaine, et attendront environ 3 semaines pour la décision. Mais, pour le club, la décision de la COC vient rebattre les cartes.

Plus de 5 000€ de frais d'arbitrage non réglés

Au même titre que le versement des salaires ou prestations extérieures, à partir du mois de novembre, le club n'a plus réglé ses frais d'arbitrage lors des matchs à domicile pour un montant de 5 125,90€. Sont donc concernées 5 rencontres, face à Cournon d'Auvergne, l'Élite Val d'Oise, Annecy, Pau Nousty et Lanester. Dans ces conditions, la Commission Nationale de l'Arbitrage écrit ce 27 février au club, signalant la situation et les risques encourus. Mis en demeure pour procéder à la régularisation de ces règlements, le club ne s'est pas exécuté dans le délai imparti de 8 jours, et se voit sanctionné. Résultat : les cinq rencontres sont perdues par forfait. Le règlement général stipulant que toute équipe perdant à deux reprises par forfait se voit éliminée de la compétition, le VHB se voit considéré en forfait général pour le reste de la compétition.

Kalim Zahaf, Vénissieux Handball (crédits : Sébastien TORCHIO, Annecy CSAV Handball)

Aussi, une question est dans toutes les têtes : les joueurs ont-ils joué leur dernier match sous les couleurs Rouge et Blanches ce dimanche à Mulhouse ? Il se pourrait bien que se soit le cas, même si le club et l'association ont la possibilité de faire appel d'ici à vendredi prochain. Pour les joueurs et le staff, la décision est brutale. Non informés du courrier du 27 février, les salariés du club apprennent la nouvelle ce jeudi soir, par des messages leur venant d'autres clubs, également destinataires de la décision. Des sms leur arrivent, leur souhaitant un bon courage face à cette décision forte. "Quelle décision ?" se demandent les joueurs, qui ne recevront les explications par leur club que le lendemain matin, ce vendredi.

La semaine prochaine sera déterminante

La semaine prochaine, l'association fera connaître sa position sur la décision et l'appel ce mardi. Toutefois, l'association comme la société devront signer l'appel. Et si la société avait sollicité l'association pour faire appel à la décision de la CNCG il y a quelques semaines, un doute subsiste sur la volonté de l'entité professionnelle à continuer à se battre. Les dirigeants ne se sont pas encore prononcés, et restent injoignables pour les salariés. "Tout était sur le point d'être réglé", annonçait l'investisseur Jean-Pierre Casas dans les colonnes du Progrès hier, avec une formule au passé qui n'est pas pour rassurer les supporter vénissians. Contacté par Handnews ce lundi, Casas assurait effectivement l'envoi d'un virement entre la fin de semaine et le milieu de semaine prochaine. Après d'importantes difficultés économiques en Bolivie, où il réside et entreprend ses activités d'exploitation minières, l'actionnaire principal du VHB avait du opérer un choix entre le financement de sa fondation venant en aide aux jeunes filles victimes de violences et le club. Il assurait toutefois que la situation était réglée et que les fonds arrivaient prochainement. Déclaration qui ne convainc toutefois pas les salariés du club, qui se voient promettre une régularisation de leur situation depuis de nombreuses semaines.

Et si le mardi donnera plus d'informations concernant la décision de la COC, le mercredi sera l'occasion pour la société de défendre son appel de la décision de la CNCG en visio. Un autre rendez-vous décisif, qui restera dépendant du même facteur qui anime les débats depuis maintenant 4 mois : le versement des sommes annoncées par l'investisseur principal au club.

Florent Joli, Vénissieux (crédits : Guillaume Boitiaux, Martigues Handball)

Un classement chamboulé

Sur le classement, la décision de la COC a un impact plus fort encore que celle de la CNCG. La CNCG avait retiré 7 points au club Rhôdanien ainsi que son statut VAP, le faisant dégringoler au classement et réouvrant la course pour le second ticket pour la Proligue. Mais ce jeudi, le forfait de 5 rencontres, face à des formations contre qui Vénissieux n'avait pas perdu (hormis Annecy), a une incidence directe sur le classement. Lanester notamment ne se plaindra pas de sa remontée surprise hors de la zone rouge, tandis que Cournon d'Auvergne récupère les 2 points qui lui manquaient encore pour rattraper Muhouse-Rixheim, et se retrouve donc second du classement VAP. On notera toutefois d'autres chamboulements à venir, le forfait général du VHB impliquant le retrait de tous les résultats impliquant l'équipe.

Pour Vénissieux, si le sort s'acharne en les faisant chuter à la 11ème place, on retiendra surtout qu'en connaissant l'échéance de l'appel de la CNCG à mercredi prochain, les joueurs et le staff s'étaient mis en tête que leur réception de Gonfreville, ce weekend, pourrait-être leur dernière sortie. Mais la rencontre n'aura pas lieu, et tous resteront comme nous suspendus aux prochaines déclarations, pour savoir s'ils fouleront à nouveau les parquets de Nationale 1 cette saison...

Retrouvez le classement et les résultats de la N1 élite sur l'espace Résultats.

Antoine Piollat

Prochain match TV

Orlen Wisla Plock

20:45

Mer. 21 Fév.

Montpellier HB

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ymo34
Ymo34
11 mois il y a

Waowww !
C’est la face noire du sport bizness.
Quand tout va bien, les spectateurs sont contents avec leur pop-corn, tant pis si les forçats des parquets s’abiment prématurément.
Mais quand tout va mal, tout s’écroule. Tout ? Non, les emplois des personnels (sportifs et encadrement) s’envolent. Bonjour chômage. Mais les investisseurs volatiles ils plongent avec ? Les dirigeants douteux ils perdent leur emploi eux ? Ben non.
C’est la loi : quand un investisseur ou un président sont douteux, ce sont les gens qui perdent leur poste et leur travail.
Mais bon, le jour où on demandera aux patrons d’être responsables de leurs actes, ce jour n’est pas prêt de se lever…

Sasori9
Sasori9
11 mois il y a
Répondre à  Ymo34

La direction du club est responsable de tout, elle choisi les présidents douteux….. parce qu'ils se connaissent…..
le copinage est un danger pour le club.

bdid
bdid
11 mois il y a
Répondre à  Ymo34

Bravo pour ton post plein de courage et de bon sens !

"C'est la face noire du sport bizness." –> c'est vrai qu'en nationale 1 de handball, ça brasse des millions !!!

"Quand tout va bien, les spectateurs sont contents avec leur pop-corn, tant pis si les forçats des parquets s'abiment prématurément." –> Tu insinues que c'est la faute des spectateurs si les joueurs se blessent ? ou que les spectateurs n'ont que faire de l'état de santé des joueurs ?

"Mais quand tout va mal, tout s'écroule. Tout ? Non, les emplois des personnels (sportifs et encadrement) s'envolent. Bonjour chômage. Mais les investisseurs volatiles ils plongent avec ? Les dirigeants douteux ils perdent leur emploi eux ? Ben non." –> Les dirigeants d'un club qui tombe, ils dirigent quoi après ? Les investisseurs qui ne peuvent plus investir, on fait quoi ? on les mets en prison ? on les force à investir ?

"C'est la loi : quand un investisseur ou un président sont douteux, ce sont les gens qui perdent leur poste et leur travail. " –> Mais quelle idée aussi de choisir un investisseur ou un président douteux. Les gens ne sont pas au courant de cette loi ou quoi ?

"Mais bon, le jour où on demandera aux patrons d'être responsables de leurs actes, ce jour n'est pas prêt de se lever… " Les patrons sont en général responsable de leurs actes. Tu veux qu'on les mette en prison si leur boîte coule ? Tu as une autre proposition ?
Moi j'ai envi de dire : " le jour où on demandera aux commentateurs d'être responsables de leurs écrits, ce jour n'est pas prêt de se lever… "

Je connais un patron qui a 2 employés, qui fait tout pour que sa boîte marche, qui travaille jour et nuit pour pas grand chose. Malgré toute sa bonne volonté, il est en difficulté, alors le discours " à bas le patronat " ; " tous des pourris ", je trouve ça un peu faible et irrespectueux pour tous ceux qui galèrent.
Dans le cas présent, rien n'est dis que les dirigeants sont malhonnêtes. Tous les jours, des entreprises meurent, et c'est en général pas de gaité de cœur.

Imladrik
Imladrik
11 mois il y a

L’avenir du handball passait par des investissements privés, pourtant, ai-je lu sur ce site :p

Nos derniers articles

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x