Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

LMS - J24

A Ivry, Antonin Mohamed "veut absolument bien finir"

, par Balic

Antonin Mohamed (US Ivry HB)

Le club d'Ivry, engagé dans la lutte pour le maintien, a annoncé mercredi le départ d'Antonin Mohamed pour Saran. L'ailier gauche s'est confié à nous, sur la fin de saison à venir avec son club formateur, l'objectif du maintien et la suite de sa carrière sous les couleurs des Septors et loin du cocon ivryen où l'a vu grandir son président François Lequeux.

Les choses bougent à Ivry. La course au maintien est lancée et le club a annoncé récemment les départs de certains de ses cadres, la saison prochain. Mate Sunjic rejoindra Cesson-Rennes, Léo Martinez et Simon Ooms iront découvrir l'air du Danemark. Cette semaine, l'US Ivry a annoncé le départ de son ailier gauche Antonin Mohamed, qui rejoindra les Septors, comme son ami de l'aile droite Lucas Petit. Nous sommes allés poser quelques questions à Antonin afin d'en savoir plus sur son ressenti à propos des mois à venir.

  Handnews : Antonin, ton actualité est chargée avec l'annonce de ton départ vers Saran ainsi que la lutte pour le maintien avec Ivry. Avant toutes choses, comment te sens-tu ?

Je vais très bien, sur tous les plans. A l'image de l'équipe, je crois. Physiquement, nous sommes en forme et mentalement, il y a un maintien à aller chercher, avec des gros matchs qui nous attendent. Je pense notamment au derby contre Créteil qui va vite arriver [NDLR : le 26 avril]. Cela va être un très gros match, où, en plus de l'aspect derby, il y aura tout l'enjeu du maintien. On a aussi pas mal de matchs à domicile où franchement, on ne se met aucune limite.

HN : Ton départ vers Saran pour la saison prochaine a été officialisé. Qu’est-ce qui t’a amené vers les Septors ?

Plein de choses. Une carrière de handballeur, ça se résume souvent à des opportunités. Il se trouve que mon contrat à Ivry se termine en 2024 et les Septors ont un projet ambitieux. Pour moi, c'est l'occasion d'aller me tester ailleurs que "chez moi", à Ivry. Parfois, si on veut passer un cap, il faut être capable de sortir de sa zone de confort. J'ai des objectifs forts sur le poste d'ailier gauche et je savais sans doute qu'à un moment il faudrait quitter Ivry.

"Je ne voulais pas rester uniquement "Antonin, le petit du club".", A. MOHAMED
HN : Le fait que beaucoup d'anciens de l'effectif (Sunjic, Martinez, Ooms, Petit) quittent le club d’Ivry t’a-t-il poussé dans cette direction ?

Non. Même si ça fait forcément bizarre de voir les copains qui s'en vont, une carrière professionnelle reste individuelle. Donc il faut penser à soi et essayer de saisir les bonnes opportunités. Lorsque j'ai prolongé, j'avais déjà en tête que 2024 marquerait la fin de mon aventure à Ivry. J'ai beaucoup donné pour le club et j'ai eu beaucoup de temps de jeu, de responsabilités. J'ai acquis de la maturité, de l'expérience ici. Maintenant, je ne voulais pas rester uniquement "Antonin, le petit du club". Il faut que j'arrive à prouver ailleurs.

HN : Tu n'as signé qu'un an à Saran. Comment cela se fait-il ?

Là encore, comme je te disais, c'est des opportunités. Je resterai peut-être plusieurs saisons, ou peut-être que je rebondirai ailleurs. On va en discuter durant la saison. De toute façon, je préfère ne pas trop parler et montrer les choses sur le terrain, je crois que je suis plus à l'aise comme ça.

HN : Derrière, tu rêves de l'étranger ? De clubs européens ?

Oui, on a le droit de rêver. L'Allemagne par exemple c'est un super championnat, avec beaucoup de ferveur et d'ambiance, c'est clair que ça fait rêver. Et forcément... (Il coupe). Mais tout ça c'est loin, avant il va falloir prouver. D'abord se maintenir avec Ivry et puis montrer de belles choses à Saran à l'aile gauche.

HN : Justement, au sujet d'Ivry, avec le départ de tous les "anciens" (Sunjic, Martinez, Ooms, Petit, toi), dans quel état d'esprit êtes-vous ?

L'état d'esprit est très clair : on veut absolument bien finir. On a envie de laisser le club en Starligue. On a vécu de vraies aventures ensemble, des choses qui nous ont soudés. On est passé par la Proligue, on est remonté. Là on se régale, on a envie de profiter des dernier matchs et de tout donner pour finir sur une belle note. Ivry c'est chez moi, j'ai des amis ici, des gens avec qui je passe presque mes journées entières : David Bernard, Aymeric Zaepfel, Lucas Petit... Il y en a que je connais depuis que j'ai 7 ans. Cela va faire bizarre de les quitter, donc c'est inenvisageable qu'on se séparersur une relégation. On a une belle équipe, je pense qu'on peut faire de plus belles choses encore. Il nous reste 7 matchs avant de tourner la page.

HN : Avec un dernier match, qui sera à Orléans face aux Septors !

Oui... (rires) Le hasard du calendrier et le fonctionnement du handball avec les contrats font que ce sera un match spécial. J'espère forcément qu'il n'y aura rien à jouer sur ce match et qu'on aura fait le travail avant. Dans tous les cas, on est des professionnels et on sait quel est notre travail !

F. LEQUEUX (président) : "Une page se tourne mais l'Histoire du club continue"

Interrogé au sujet d'Antonin Mohamed et de son départ, le président Lequeux s'est montré affable et ému : "On s'attendait au départ d'Antonin, c'était prévu. On avait même inséré des clauses dans son contrat si jamais des gros clubs européens venaient le chercher la saison dernière. Cela ne s'est pas fait et on a donc eu la chance de l'avoir une saison de plus. Anto' c'est un gamin du club, mais aussi de la ville. Avec Jean-Emmanuel Kouassi et Lucas Petit, ils étaient ensemble en CE1 et ils sont tous les trois devenus professionnels. Cela a du sens pour moi. Quand on dit qu'Ivry est un club familial, je crois que ces exemples montrent bien ce que peut faire le club dans notre ville et en lien avec les structures municipales. On a essayé de transmettre des valeurs à nos jeunes et, un peu comme dans une famille, on est content de voir quand les enfants quittent le nid et qu'ils vont prendre de l'expérience ailleurs. Une page se tourne mais l'Histoire du club continue. On a vécu beaucoup de choses ensemble : les titres en jeune, les maintiens arrachés, la colère et l'injustice de la saison covid notamment nous ont liés pour longtemps."

Lorsqu'on lui pose des questions sur la saison en cours et le maintien à aller conquérir, avec une équipe qui va fortement se renouveler, François Lequeux devient plus compétiteur : "C'est effectivement un cycle qui va se tourner. Même si je n'aime pas trop cette expression car on pourrait penser que c'est négatif. Non, c'est naturel, c'est normal que certains joueurs comme Anto', Léo, Lucas veuillent aller vivre d'autres choses loin d'Ivry. Concernant notre effectif, c'est une équipe qui a été bâtie sur les 4-5 dernières années avec un objectif de performance, avec des jeunes à qui on a laissé de la place pour éclore. Cette saison, on aurait pu espérer être un peu plus haut, peut-être 3, 4, 5 points au-dessus ? Mais quand tu perds deux fois contre Dunkerque et deux fois contre Cesson-Rennes, fatalement, tu te retrouves un peu à cette place-là qui est celle qu'on mérite. 

"C'est difficile de se séparer quand on a vécu autant de choses", F. LEQUEUX

Pour l'avenir, le président Lequeux n'est pas inquiet mais sait les défis qui attendent le club : "Forcément, on va renouveler l'effectif fortement. On a bien travaillé et il nous reste quelques détails à régler pour avoir finalisé l'effectif de l'an prochain. D'ici là, les joueurs actuels veulent bien finir. C'est ce que leur a dit Didier Dinart : de profiter de chaque minute sur le terrain, de prendre du plaisir, de communier avec Delaune pour arracher ce maintien. C'est difficile de se séparer quand on a vécu autant de choses, mais on veut que ça se finisse bien."

En tous les cas, à Ivry, même si un oiseau s'envole du nid, la famille se réjouit et lui souhaite le meilleur. François Lequeux nous avance déjà quelques noms à surveiller, qui pourraient suivre les traces de Mohamed dans les années à venir. Bien couvés par les éducateurs ivryens, les jeunes pépites savent qu'Ivry est un club historique qui peut leur faire une place au plus haut niveau... S'ils ont "la furieuse envie de ne rien lâcher" qui fait l'ADN de ce club à part.

Le programme de la 24e journée :

Vendredi :
  • Aix-Ivry (20h)
  • Chambéry-Nîmes (20h)
  • Limoges-Saran (20h)
  • PSG-Saint-Raphaël (20h, BeinSport 3)
  • Dijon-Chartres (20h30)
  • Nantes-Créteil (20h30)
Samedi : Montpellier-Dunkerque (20h, BeinSport 3)    

Tristan Paloc

Prochain match TV

PSG Handball

20:45

Ven. 31 Mai.

Pays Aix UC

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Philippemhb
Philippemhb
1 mois il y a

Position particulière car en performant avec Ivry pour maintenir le club en Liqui Moly, il va peut-être précipiter la descente en Pro Ligue de son club recruteur…
Surtout avec un certain Saran-Ivry la dernière journée…SIC!!!
Evolution? régression? curieux….

Dernière modification le 1 mois il y a par Philippemhb
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x