All – J31

Rhein-Neckar Löwen en route vers le titre

AS Sportfoto / Soerli Binder, www. as-sportfoto.de

Dans ce qu’on voyait comme la finale du championnat, Rhein-Neckar Löwen s’est montré plus fort en allant battre Flensburg chez lui (21-23). Wetzlar bat ses records, Hanovre sombre toujours, et Bergischer a réalisé la très bonne opération en bas de classement.

Le match de la semaine : Flensburg – Rhein-Neckar Löwen

Cela faisait déjà plusieurs mois qu’on attendait cette rencontre. Les deux équipes au coude à coude à la tête du classement, Flensburg et Rhein-Neckar Löwen, se retrouvaient enfin face à face ce dimanche. Les Lions avaient l’avantage au classement au coup d’envoi, avec un point d’avance sur leur adversaire confirmé mercredi dernier lors d’une victoire sur Stuttgart en match en retard (30-21). Mais à l’extérieur, il fallait avoir les nerfs solides, surtout que le public flensbourgeois a répondu présent. La Hölle Nord était déjà bien remplie une heure avant le coup d’envoi…

Les Löwen, battus à deux reprises cette saison par Flensburg (championnat et coupe), ne se laissent pas impressionner. Ils font une bonne entame de partie, avec leur efficace défense en 5-1 très agressive qui force Flensburg à construire ses attaques loin des 9 mètres, et à prendre plus de temps pour aller au tir. Rhein-Neckar mène logiquement (1-3, 7′), mais Flensburg parvient à trouver des solutions, sa défense à plat faisant également bonne figure. Entré sur la base arrière, Kentin Mahé donne l’avantage aux locaux (5-4, 12′). Mais sur le match, on sent tout de même plus d’aisance et de justesse pour le leader. Flensburg connaît un trou en cœur de première mi-temps, matérialisé par un 7m d’Anders Eggert envoyé en tribunes (17′), et juste après un temps-mort pris par Ljubomir Vranjes, Patrick Groetzki récupère un ballon et part marquer en contre pour les Lions (6-9, 20′). Flensburg réagit (10-10, 25′), manque de repasser devant en perdant des ballons en attaque, et Rhein-Neckar reprend les devants à la pause. Toujours au rendez-vous, Alexander Petersson arrive à marquer avec trois joueurs devant lui à huit secondes de la sirène (11-13, 30′).

Flensburg revient doucement mais sûrement après la pause. Les attaques des Mannheimer butent sur un solide Mattias Andersson (14 arrêts), et les Flensburger en profitent pour égaliser (14-14, 40′). Mais là encore, Rhein-Neckar paraît avoir moins de difficultés à marquer que son adversaire. Sans toutefois réussir à l’empêcher de marquer, puisque le score reste serré. Kentin Mahé, désormais sur l’aile gauche, livre une partie de grande qualité et égalise à nouveau sur un exploit personnel (18-18, 50′). Le Français est le meilleur buteur de la partie à égalité avec Andy Schmid et Alexander Petersson, les forces offensives des Löwen. C’est d’ailleurs le premier cité qui accélère le destin de champion de Rhein-Neckar en redonnant deux buts d’avance aux hommes de Nikolaj Jacobsen (18-20, 51′). Flensburg reste au contact, à un but, comme après le 7m de Mahé (21-22, 56′). Mahé manque la balle d’égalisation en tirant à côté du but vide depuis son camp et en déséquilibre (57′). Rhein-Neckar montre de la solidité dans les derniers instants. Cerise sur le gâteau, Andy Schmid marque un but magnifique à dix secondes de la fin pour assurer définitivement la victoire des Lions (21-23). Avec trois points d’avance à trois journées de la fin, le titre est quasiment joué. « Cela fait plus mal que d’habitude », avoue Vranjes, qui devrait à nouveau finir deuxième avec Flensburg en championnat avant de s’envoler pour Veszprém. Kentin Mahé veut rester optimiste, mais reconnaît que « trois points de retard, c’est vraiment beaucoup ». Rhein-Neckar n’a plus qu’à gérer pour s’offrir un deuxième sacre de suite.

Kiel se donne des sueurs froides

Une semaine après la correction reçue à Leipzig, Kiel recevait Coburg, le dernier de la classe, pour regagner en confiance. La victoire est au bout, mais pour la confiance, c’est un peu raté. Tout avait pourtant bien commencé pour le THW avec quatre buts d’avance tôt dans la partie (5-1, 8′). Mais Coburg résiste, joue son jeu et met en danger les Zèbres chez eux. Le score est serré à la pause (12-11), et les Bavarois prennent même l’avantage dans les dix dernières minutes (22-23, 52′), et à nouveau à moins de deux minutes du terme (25-26, 59′). Mais en supériorité numérique dans les deux dernières minutes, le THW fait finalement la différence et remporte un match qu’on aurait pu imaginer plus facile (28-26). Kiel devra être plus convaincant pour mettre en difficulté les Rhein-Neckar Löwen ce mercredi… Coburg est désormais officiellement relégué.

Berlin et Magdebourg européens

Voilà deux clubs rentrés déçus du Final Four de Coupe EHF, où ils ont été battus par Göppingen : Berlin et Magdebourg se retrouvaient mercredi en championnat pour disputer un match en retard de la journée précédente. Ce derby de l’Est est aussi crucial pour accrocher la Ligue des champions, puisque les deux équipes collent aux basques de Kiel. Le match, très serré, tourne à l’avantage du SCM en deuxième période. Les visiteurs croient même avoir fait le plus dur (22-25, 58′), mais Berlin réalise l’exploit de remonter trois buts en 90 secondes pour accrocher le point du nul avec un but de Fabian Wiede à dix secondes de la fin (25-25). « Il n’y a pas photo, c’est un point de perdu », lâchait Bennet Wiegert après la rencontre, tandis que Velimir Petkovic, le coach berlinois, était furieux contre l’arbitrage de la partie.

Magdebourg s’est consolé du point de perdu à Berlin en passant ses nerfs sur Minden deux jours plus tard. Le GWD, déjà maintenu, avait assommé le SCM à l’aller (34-24). Magdebourg lui a rendu la monnaie de sa pièce (37-25), avec une jolie performance de ses ailiers Robert Weber (10 buts) et Matthias Musche (8). Berlin a aussi gagné ce week-end, avec plus de difficultés à Stuttgart (27-29). Stuttgart, qui lutte pour sauver sa peau en Bundesliga, a offert une belle opposition aux Renards, et le score est resté serré jusqu’au bout (25-25, 55′). Kent Robin Tönnesen a assuré la victoire de Berlin à quelques secondes de la fin. Au classement, Berlin reste à deux points de Kiel et peut toujours croire en une place en Ligue des champions. Sinon, les partenaires de Hans Lindberg peuvent toujours garder le sourire en se disant que le quatrième et le cinquième seront forcément européens la saison prochaine : Berlin et Magdebourg sont désormais officiellement qualifiés en Coupe EHF.

Saison record pour Wetzlar

Accrocher son record de points sur une saison censée être de transition, c’est une très belle performance. Wetzlar a quasiment assuré sa sixième place (meilleur classement de l’histoire du club) ce week-end en battant largement Erlangen (30-20). La première période est restée serrée (14-12, 30′), mais le déluge s’est abattu sur le HCE en milieu de deuxième (16-14, 36′ ; 26-17, 54′), avec une nouvelle partie magique de Philipp Weber (8 buts, autant que son ailier Kasper Kvist, auteur d’un 7/7 à 7m) et de Benjamin Buric, toujours impeccable (14 arrêts). « Cette équipe est simplement très spéciale, et doit maintenant bien fêter [le record de points] ! », félicitait le coach Kai Wandschneider.

Hanovre : 2017, annus horribilis

Hanovre souffre en 2017. Toujours pas de victoire remportée pour les partenaires de Morten Olsen, qui comptent désormais un nul et douze défaites sur cette année civile après une nouveau match perdu à domicile contre Leipzig. Pourtant, le TSV avait débuté la partie de manière idéale avec jusqu’à huit buts d’avance (14-6, 24′). Leipzig se réveille, réduit l’écart, mais pas suffisamment pour égaliser (24-21, 52′). Mais avec un Andreas Rojewski des grands soirs (9 buts), le SC DHfK arrive à prendre l’avantage (24-25, 57′). Hanovre échoue à égaliser dans les dernières minutes et s’incline à nouveau (24-25). Il lui reste trois matchs pour redécouvrir le goût de la victoire, et passer ainsi des vacances moins désagréables.

Göppingen fête son titre européen à Balingen

Chez eux, ils n’étaient pas favoris. Et pourtant, ils l’ont fait : les joueurs de Frisch Auf ! Göppingen ont réussi à conserver la Coupe EHF lors du Final Four qu’ils recevaient le week-end dernier. Et pourtant, son maintien en championnat n’était pas totalement assuré… C’est désormais chose faite avec une victoire à Balingen, acquise en deuxième période (19-20, 34′ ; 20-26, 43′) et au final assez confortable (29-36). Göppingen a désormais six points d’avance sur la zone rouge, à trois matchs de la fin.

La zone rouge, c’est justement là où est Balingen, qui devrait rejoindre la deuxième division à la fin de la saison. Si le classement reste toujours très serré, le HBW a grillé tous ses jokers, et a disputé un match de plus que les autres. C’était mercredi dernier à Erlangen, et ça s’est aussi terminé par une défaite logique (33-25). Les deux derniers adversaires de Balingen se nomment Flensburg et Kiel. Les partenaires de Martin Strobel sont condamnés à l’exploit pour sauver leur peau en Bundesliga.

Bergischer accroche un succès crucial à Gummersbach

Le choc pour le maintien de cette semaine opposait Gummersbach à Bergischer. Mais le match n’a pas été si serré que l’on pouvait l’attendre, puisque Bergischer, très bon ces dernières semaines, a totalement dominé son sujet. Avec une défense disciplinée et une attaque précise, les Lions de Wuppertal ont vite pris les devants (9-14, 30′) et ont tenu le reste de la rencontre pour remporter un succès mérité (21-26). « Je pense que nous nous sommes trop affolés, ce qui nous a conduit à trop d’erreurs individuelles et à de médiocres conclusions d’actions », jugeait Sead Hasenefendic, qui opposait à cela le calme des joueurs du BHC. Sebastian Hinze louait de son côté le « très, très bon match » de son équipe, qui donne de l’air à Bergischer. Les Lions ont désormais 20 points, soit trois de plus que les relégables, alors que Gummersbach reste sous pression avec 19 unités.

Bergischer fait vraiment une belle opération, puisque c’est la seule équipe du bas de classement qui l’a emporté ce week-end. Gummersbach, Stuttgart, Balingen (deux fois) et Lemgo ont tous été battus. Le TBV, en déplacement à Melsungen, a subi la loi des locaux (32-27), qui ont mené tout le match sans être réellement inquiétés. Lemgo reste dans la zone rouge avec 17 points, en compagnie de Balingen.

Retrouvez le classement ici, avant la 32e journée qui aura lieu ce mercredi. En plus du choc entre Rhein-Neckar Löwen et Kiel, il faudra suivre le derby toujours animé entre Magdebourg et Leipzig. Les équipes menacées par la descente ont droit à des rencontres pas simples sur le papier : Bergischer reçoit Melsungen, Lemgo accueille Wetzlar, alors que Stuttgart a peut-être un coup à jouer à Minden. Plus compliqué pour Gummersbach qui essaiera d’accrocher quelque chose à Berlin.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves