Challenge Cup (F) – 1/2

Le Havre foudroyé par l’UMB-B

Une semaine après s’être imposé en Gironde (28-21), le Havre a vécu un véritable cauchemar hier soir sur ses terres. Dépassées dans tous les secteurs de jeu par une UMB-B transfigurée, les Havraises se sont lourdement inclinées (26-38). En finale, les filles de Manu Mayonnade affronteront les Polonaises de Szezcin. Alors que les deux formations devront se rencontrer deux fois en play-downs prochainement, ce match pourrait être un tournant dans la saison des deux équipes…

L'UMB-B est revenue de très loin pour décrocher une qualification en finale de coupe d'Europe. Crédit photo : Bruno Belbouche

L’UMB-B est revenue de très loin pour décrocher une qualification en finale de coupe d’Europe.
Crédit photo : Bruno Belbouche

Un retard comblé rapidement par l’Union

Ils n’ont pas été nombreux, cette année, les matchs où les joueuses de l’UMB-B auront pu danser pour célébrer leur succès. Mais hier, à Gonfreville l’Orcher, aucune joueuse ne boudait son plaisir après avoir réalisé un exploit que beaucoup d’observateurs croyaient quasi-impossible à réaliser après leur match raté de la semaine passée. Un retard de sept buts qu’elles auront mis trente-cinq minutes à combler. A Bordeaux, le Havre avait terminé sa première mi-temps en inscrivant un 7-0, décisif pour la victoire finale. Hier, en Normandie, ce sont les Unionnaises qui ont marqué sept buts d’affilée sans que les Havraises ne puissent répondre, et ce au retour des vestiaires (15-26, 40′). Comme un symbole.

On avait analysé ce retard d’un point de vue mathématique, explique Manu Mayonnade. Il fallait remonter un but toutes les minutes. Après dix (4-5) puis vingt minutes (10-12), nous étions dans les temps. J’avais dit aux filles de ne pas s’affoler et de ne pas se dissiper. Elles ont livré une prestation remarquable.” La barre symbolique des 7 buts atteinte et dépassée pour la première fois (15-22, 35′), jamais l’écart ne sera redescendu en dessous des huit unités jusqu’à la fin de la rencontre (22-35, 55′).

Le Havre était pourtant prévenu… mais devra se relever

Amandine Tissier accrochée par la défense de l'UMB-B. Crédit photo : B.Belbouche.

Amandine Tissier accrochée par la défense de l’UMB-B.
Crédit photo : B.Belbouche.

Avec une Chloé Bulleux intenable en défenseur avancé et une Alice Leveque de retour sur la base arrière, l’UMB-B aura également affiché une volonté de fer pour l’emporter hier soir. Une volonté qui aura probablement manqué aux Havraises pour s’éviter un tel scénario. “Il y a eu un manque d’envie, on n’a pas assez couru, on a raté un nombre incalculable de passes, lâche un Sandor Rac dépité. Cette défaite est impardonnable…” C’est lui-même qui, il y a une semaine, nous confiait l’importance des contre-attaques lors des confrontations entre son équipe et celle de Manu Mayonnade. A Bordeaux, le Havre en avait marqué une dizaine avec comme figure de proue Marine Desgrolard (11 buts). Hier soir, c’est bien l’UMB-B qui a pris le dessus dans ce secteur de jeu également. “Avec nos sept buts d’avance, on a peut-être pensé que le plus dur avait été fait mais en Coupe d’Europe, rien n’est jamais joué, constate Jessica Alonso. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé… C’est un match catastrophe.” Sans Laurisa Landre, le Havre ne sera pas parvenu, non plus, à se remettre en selle en défense aux moments les plus critiques (17-30, 47′). “Là, je ne sais pas ce que je vais dire aux joueuses pour repartir de l’avant, lâche Sandor Rac. Mais si on ne met pas plus d’envie que ça lors de nos prochains matchs...”

Une Union à deux visages

Bulleux UMBB (1)

Chloé Bulleux, élément majeur de la qualification de l’UMB-B en finale. Crédit photo : B.Belbouche.

A côté de leurs baskets il y a une semaine, Manu Mayonnade avait même regretté le fait “d’avoir perdu le match tout seul” lors de la manche aller. Manquant de rythme et de précision en attaque sept jours auparavant, ces vilains défauts ont soudainement disparu hier soir dans le camp bordelais. Et même si le retour d’Alice Leveque est une raison évidente à la réussite de l’UMB-B, c’est bien tout le collectif girondin qui était transformé hier soir. “Il arrive un moment où il faut arrêter de douter et de se prendre la tête, note l’arrière internationale tricolore. Ce soir, nous nous sommes fait plaisir et ça fait énormément de bien. Nous avons eu une saison galère où nous avons toujours du jouer à huit, neuf joueuses avec parfois une blessée. Là, nous étions au complet et toutes à 100%. Clairement, ça change la donne…” L’effectif, c’est aussi le point principal souligné par Manu Mayonnade. “C’est la deuxième fois de la saison, après la Coupe de la Ligue (ndlr : finale perdue contre Fleury 31-32) que nous sommes au complet ! Forcément, ça change beaucoup de choses pour nous…

Mais derrière cette qualification reste tout de même une grande question pour l’UMB-B. Pourquoi cette formation est-elle capable du pire comme du meilleur? “Depuis le début de saison, nous sommes meilleurs lors des matchs où nous jouons sans pression, explique l’entraîneur bordelais. Malheureusement, en play-offs, nous allons être obligés de jouer des matchs à enjeux tous les week-ends donc j’espère que nous n’avons pas de problème vis-à-vis de ça. En Coupe de la Ligue, nous n’avions pas de pression non plus face à Fleury. J’espère que nous pourrons surfer sur ce succès car, après la Coupe de la Ligue, nous avions lourdement perdu à Nice (22-35). Ce soir, j’ai vu de vraies femmes qui ont réalisé un excellent match donc je suis content mais, au vu de ce qui nous attend et de notre parcours en championnat, je ne peux pas non plus être trop expansif.

Un constat partagé par Noémie Lachaud, la pivot unnionaise. “Il faut s’appuyer sur ce match-là pour jouer les play-downs, explique l’intéressée. Aujourd’hui, notre pire ennemi c’est nous. On a montré qu’on avait du caractère, qu’on était capables de réaliser un très bon match. Ce qu’on a fait ce soir, c’est incroyable, tout de même ! Il faut croire davantage en nous, il faut qu’on se parle. On ne peut plus se prendre la tête.” Rendez-vous au début du mois de mai face à Toulon pour voir si ces bonnes résolutions auront été tenues…

UMB-B : Durand 6/7, Andreassen 1/5, Sagna, Borg 0/1, Bulleux 7/11, Leveque 5/6, Lachaud 8/8, Maubon 5/8, Lorrillard, Alberto 4/6, Gonzalez 2/8. Gardiennes : Foggea 12/37, Lavaud.

Le Havre : Tissier 1/3, Da Silva 4/7, Dazet, Alonso 3/6, Corkovic 4/6, Sow 2/4, Pekarskyte 0/2, Frecon, Cissé 5/12, De Sousa 6/9, Desgrolard 0/4. Gardiennes : Pradel 2/11, Castellanos 6/35 et 1 but.

Clément Domas à Gonfreville

En finale, l’UMB-B affrontera les Polonaises du Pogon Baltica Szczecin. En effet, elles ont éliminé les Ukrainiennes du Galytchanka Lviv après leur succès en Ukraine (25-21). A l’aller, elles s’étaient imposées d’une courte tête (29-28). La formation polonaise s’est notamment appuyé sur un jeu de transition rapide mais également sur une circulation de balle efficace et sans fioriture en attaque pour s’imposer à l’extérieur.

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. Sasori - le 11 avril 2015 à 23h59

    Au match aller, Mios est complétement absent parce que la leader, Lévêque, est blessée. Sans elle, Mios est fragile. Avec elle, Mios est solide.

    le HAC, ce que je reproche c'est le président et Cie, ils change une grosse partie de l'effectif tous les ans depuis le titre européen, il y a la folie de grandeur. QUand on voit Jovana Stoiljkovic, la meilleure joueuse du HAC pdt 2 ans et elle fait partie les 7 meilleuses joueuses 2014 et le président ne l'a pas voulu la garder…. pathétique !

    Mios mérite sa victoire parce que ce club est allé jusqu'au bout !

    • Mi-moyen - le 12 avril 2015 à 00h28

      Au Hac il n'y a pas de folie des grandeurs et concernant Jovana c'est elle qui est partie alors que le club voulait la garder. Sur ce match il y avait une équipe pleine d'envie et un Hac paniqué et perdu. Félicitations à Mios pour cette victoire.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).