Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

Esp

Benidorm, la surprise du chef

, par Lövgren

Benidorm

Alors que l'on vient de passer le cap de la mi-saison en Asobal, une anomalie attire l'oeil lorsque l'on se penche sur le classement. Accroché à la quatrième place, après le trio Barcelone-La Rioja-Granollers, le club de Benidorm fait figure de point d'interrogation. Promu cette saison, comment et pourquoi ce club s'est il retrouvé si vite dans le top 5 de la Liga Asobal ?

Plus connue pour être une destination très prisée en été, la ville de Benidorm, dans la banlieue d'Alicante, a également un club de handball qui a fêté ses 20 ans d'existence la saison dernière. Promu en Liga Asobal pour la première fois de son histoire en mai dernier après une victoire 26-25 contre Alcobendas (ancien pensionnaire d'Asobal) en finale des play offs, Benidorm avait déjà fait sensation de l'autre côté des Pyrénées puisqu'il s'agissait également de sa première saison en Division Honor Plata (2ème division espagnole).

L'homme qui se cache derrière ces succès est un jeune entraîneur de 42 ans du nom de Fernando Latorre. Demi centre emblématique de Puerto Sagunto, il a pris sa retraite sportive en 2013 afin de se consacrer au coaching, et force est de constater que les résultats ne se sont pas fait attendre. Composé à 90% de joueurs de la région de Valence lors de sa saison en Division Honor Plata, une des clés de la réussite du BM Benidorm cette saison a été de garder ce noyau dur tout en recrutant très intelligemment.

Un recrutement aux petits oignons

La première signature du club valencian fut Carlos Grau, l'enfant du pays, qui évoluait depuis deux saisons à Puerto Sagunto et qui s'y était affirmé comme l'un des meilleurs arrières gauches de Liga Asobal. Toujours dans une volonté de recruter des joueurs du cru, Benidorm a ensuite recruté trois joueurs expérimentés, les ailiers David Cuartero (29 ans) et Emilio Esteban (28 ans) et le demi centre Jorge Sanchez (31 ans), tous trois originaires des environs d'Alicante et évoluant respectivement à Huesca, Villa de Aranda et Angel Ximenez, trois clubs de Liga Asobal.

Toujours en recherche d'expérience pour assurer son maintien, Benidorm n'a pas fait dans la demi mesure puisque le club s'est adjugé les services du gardien Diego Moyano, véritable globe trotter du handball espagnol qui réalisé actuellement sa 18ème saison en Liga Asobal, et pour cause, à 43 ans il détient le record du gardien le plus âgé ayant jamais évolué en Liga Asobal devant un certain Tomas Svensson. Et évidemment, il est lui aussi originaire des environs d'Alicante.

Gonzalo Porras et Javier Abínzano, le président de Benidorm.
Gonzalo Porras et Javier Abínzano, le président de Benidorm.

Ayant fini le rapatriement de tous les joueurs locaux, le BM Benidorm s'est mis en quête de bonnes affaires pour consolider l'équipe. Et bien souvent dans ces cas là, c'est le malheur des uns qui fait le bonheur des autres. Valladolid venant de mettre la clé sous la porte, le jeune et talentueux pivot Gonzalo Porras, élu meilleur espoir de Liga Asobal en 2013, se retrouvait sur le carreau. Ni une, ni deux, Benidorm a sauté sur l'opportunité, grillant la priorité à d'autres clubs plus huppés, notamment en offrant une belle garantie de temps de jeu.

Et pour clôturer le tout, le club Benidorm a voulu être raccord avec la spécificité de la ville qui compte 30% d'étrangers puisqu'il a été chercher le défenseur russe Danil Chernov qui évoluait à Benfica au Portugal. Passé par Leon pendant quatre saisons, il apporte toute son expérience défensive du haut de ses 33 ans.

Une mayonnaise qui a pris

Alors oui, le projet de recrutement semble réfléchi et prometteur mais ça ne serait pas la première fois qu'on observerait un fossé entre la théorie et la pratique, Tremblay et Sélestat en sont les meilleurs exemples en LNH.

Mais Fernando Latorre, réputé pour ses qualités de vision du jeu lorsqu'il était encore joueur, semble avoir brillamment utilisé ses connaissances de joueur pour devenir un coach accompli. Malgré une attaque loin d'être performante (12e sur 16), Benidorm compense en ayant la meilleure défense de Liga Asobal. En début de saison, Latorre avait prévenu que son équipe allait mettre l'accent sur la défense, tout en exploitant au maximum les contre attaques et en limitant les pertes de balle en attaque placée.

Le sept de base composé de Moyano (gardien) - Esteban (ailier gauche) - Carlos Grau (arrière gauche) - Didac Villar (demi centre) - David Jimenez (arrière droit) - David Cuartero (ailier droit) - Gonzalo Porras (pivot) compte donc six joueurs nés dans les environ d'Alicante. Par conséquent fortement impliqués dans le projet du club, ils sont l'une des clés de la réussite fulgurante de Benidorm. Une autre des raisons expliquant ces performances est l'expérience de ce sept de base. Avec une moyenne d'âge frôlant les 29 ans, la grande majorité des joueurs a déjà un gros passif en Asobal et cela se ressent sur le terrain puisque Benidorm gère plutôt bien ses fins de matchs, avec 8 de ses 10 succès remportés avec 3 buts d'écart ou moins.

Javier Abínzano: "Le secret de Benidorm est que le groupe est fondamental, pas les individualités"
Javier Abínzano: "Le secret de Benidorm est que le groupe est fondamental, pas les individualités"

Une seconde partie de saison épineuse

Le maintien quasiment acquis, Benidorm va désormais tenter de conserver sa place qualificative pour l'Europe lors de cette seconde partie de saison. Mais avec déjà trois joueurs du banc blessés pour plusieurs mois, Fernando Latorre voit la qualité des ses rotations décroître dangereusement tout comme l'effet de surprise du début de saison. Alors, Benidorm révélation de la saison ? Réponse fin mai au soir de la 30ème journée.

Prochain match TV

Pologne

14:30

Mar. 16 Juil.

France

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
vince
vince
9 années il y a

Très bonne petite histoire.
En revanche il manque une piste possible, les équipes du bas de tableau d'Asobal sont moins performantes que celles de LNH. D'où une meilleure possibilité de gagner des matchs qu'en LNH (après faut quand même le faire).
On verra en Europe l'année prochaine si c'est une très grande performance.

Nos derniers articles

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x