EHF Cup

Chambéry face au défi Göppingen

Timothey N'Guessan (Chambéry)

Pour la première demi-finale européenne de son histoire, Chambéry affrontera les Allemands de Göppingen. Un club avec une grande tradition européenne.

Quand on demande à Michael Kraus, le demi-centre fétiche de Frisch Auf! Göppingen, quel joueur de Chambéry il prendrait dans son équipe si l’occasion lui était donnée, il répond en deux dixièmes de seconde : “N’Guessan ! C’est un bon joueur, fort en défense, je pense que son jeu s’adapterait très bien à celui de Göppingen”. C’est dire, si depuis, son arrivée à Chambéry à 2011, l’arrière gauche natif de Massy a pris du galon et est désormais reconnu au niveau international. C’est d’ailleurs pour cela que le FC Barcelone l’a attiré dans ses filets, mais avant, il y a une coupe EHF à aller gagner avec le club savoyard : “C’est sûr que le fait que ce soit ma dernière saison rend les choses un peu spéciales, mais tout le groupe est motivé pour aller plus loin que cette demi-finale”. Et pour y arriver, la vague de confiance qui porte Chambé ne sera pas de trop : “En ce moment, on est en confiance, les dernières victoires en championnat et le fait de renverser la situation face à Saint-Raphaël en quarts de finale nous ont fait du bien” avance pourtant l’arrière gauche chambérien, avant d’analyser l’adversaire de demain :Göppingen, comme tous les Allemands, c’est une équipe qui joue avec une grosse intensité. Ils ont une défense dure avec de l’impact. Donc on sait que ça va être un rude combat.” Un club avec du lourd dans l’armoire à trophées (notamment deux coupes EHF en 2011 et 2012) mais aussi sur le terrain, où elle est une des équipes les plus physiques du championnat allemand.

Jouer sans pression

N'GUESSAN Thimotey-Chambéry-200416-4738Il faut dire qu’avec des gabarits comme Lars Kaufmann, Zarko Sesum, Adrian Pfahl ou Christian Schöne dans l’équipe d’en face, on sait qu’on va passer une heure à la machine à laver, style Bundesliga. “Cela ne va pas être facile” confirme N’Guessan, qui ne sera certainement pas le dernier à peser sur la défense d’une équipe qui a retrouvé Primoz Prost et Kevynn Nyokas ces dernières semaines. Mais pas question de se prendre la tête. “C’est ma première expérience donc j’ai d’autant plus envie de prendre du plaisir et de jouer pour gagner. On va essayer de ne pas trop se mettre la pression, de jouer libérés, on n’a pas grand chose à perdre de toute façon” explique-t-il, qualifiant de “rêve” la présence de son équipe à ce weekend nantais. Après Hlohovec, Berlin, Bucuresti, Ystad, Pampelune et Saint-Raphaël, ce sont donc les actuels septièmes de Bundesliga qui vont devoir affronter la muraille Yann Genty, la révélation Melvyn Richardson ou encore la rage de Grégoire Detrez. Mais aussi, ça ils le savent bien, le défi physique Timothey N’Guessan.

Andersson GöppingenMagnus Andersson : “On aura nos chances, à nous de les saisir”

Quel est votre sentiment à quelques heures de cette demi-finale ?

– Je pense que c’est important pour nous d’être là. Depuis deux ans, il y a beaucoup de nouveaux joueurs, un nouveau coach dans notre équipe qui ont dû s’adapter au club de tradition qu’est Göppingen. Le club a remporté la coupe EHF en 2011 et 2012 et il est important pour tout le monde de revenir à un haut niveau européen. On a une chance de montrer ce que nous savons faire, de bien jouer, et si nous avons un peu de réussite, de remporter le titre.

Vous parlez des nouveaux joueurs, de votre arrivée il y a deux ans, votre présence à ce Final Four valide-t-elle les changements que votre club a connus ?

– Pendant dix ans, le club a été assez stable avec Velimir Petkovic sur le banc qui a fait énormément pour Göppingen. Dire que ces changements nous ont permis d’être ici, je n’irai pas jusque là. Mais encore une fois, il était important d’honorer la tradition, d’être ici et de continuer la belle histoire européenne du club. Ce final four va être compliqué, on va avoir à faire à quatre équipes de très bon niveau, les détails vont faire la différence et il va falloir se défoncer pour arriver à quelque chose.

Vous parliez de chance, voyez-vous Göppingen comme un outsider ce weekend ?

– Quand tu viens d’un championnat comme la Bundesliga, tu es forcément un des favoris. Mais on va avoir deux clubs français en face, deux très bonnes équipes. On a joué Nantes deux fois cette saison, la première fois on a eu de la réussite et on les a battus avant de nous incliner ici. On sort d’une saison difficile, avec beaucoup de joueurs blessés, mais tout le monde est revenu le mois dernier. On joue de mieux en mieux et si cela me donne de l’espoir pour jouer Chambéry. J’ai beaucoup de respect pour eux, une équipe très dangereuse avec de l’expérience en Champions League, cela va être compliqué.

A quel genre de match vous attendez-vous ?

– C’est toujours compliqué de le dire à 24 heures du coup d’envoi. On les a vus beaucoup jouer, on a préparé deux, trois trucs tactiquement et on verra si cela fonctionne. Il va falloir qu’on joue bien défensivement, c’est toujours la clé et je suppose qu’ils ont dû vous dire exactement la même chose ! (rires) De la défense, des contre-attaques, des arrêts, c’est comme ça que le handball fonctionne. Mais on sait qu’on a nos chances, à nous de les saisir quand elles se présenteront.

Chambéry Savoie HB – Frisch Auf! Göppingen, Samedi 14.05, 17h30

A Rezé, Kevin Domas (avec E.F.)

Elisez les meilleurs joueurs de la saison en LNH 

7HandNews

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. korogho - le 14 mai 2016 à 00h53

    Amis chambériens, les Nantais vont vous soutenir (il nous restera bien un peu de voix pour la deuxième demie).

  2. Nounours - le 14 mai 2016 à 11h15

    Sur SFR c’est quel chaîne Ma chaîne sport ?

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).