All – J13

Rhein-Neckar tombe à Melsungen, Berlin toujours en tête

Crédit photo : MT Melsungen

Après leur week-end de folie la semaine dernière, les champions en titre de Rhein-Neckar ont été battus à Melsungen. Berlin a gagné, tout comme ses poursuivants, hormis RNL donc. En bas, Gummersbach s’offre un bon bol d’air.

Le match de la semaine : MT Melsungen – Rhein-Neckar Löwen

Comment allait réagir Rhein-Neckar Löwen après son dernier week-end surchargé, d’ailleurs bien négocié avec une victoire à Leipzig et un nul à Barcelone ? Le contrecoup était à prévoir. Melsungen, outsider du championnat et habituellement bon face aux cadors, était sans doute la pire équipe à affronter après un tel enchaînement de matchs. Une équipe physique mais surtout talentueuse, amenée à jouer les premiers rôles cette saison. Mais dès le début du match, Rhein-Neckar impose son jeu. Avec Gedeon Guardiola finalement apte, les Lions dominent le début de la rencontre jusqu’à prendre quatre buts d’avance (3-7, 13′). Michael Roth pose alors son temps-mort, et son équipe revient au score progressivement grâce à une énorme défense. Quand Michael Allendorf ramène les Rouges à un but (8-9, 22′), Nikolaj Jacobsen pose à son tour un temps-mort. Mais trop d’erreurs, l’exclusion temporaire d’Hendrik Pekeler et les arrêts de Nebojsa Simic permettent à Melsungen d’égaliser (10-10, 24′), puis de passer devant, pour compter deux buts d’avance à la mi-temps (15-13, 30′).

Jacobsen fait jouer ses joueurs à sept sur phase offensive. Mais la tactique n’aide pas Rhein-Neckar à recoller. Melsungen, au contraire, accroît son avance : Allendorf donne cinq buts d’avance à son équipe (20-15, 38′). Rhein-Neckar parvient à revenir à deux buts, grâce notamment à l’ancien du MT Momir Rnic (23-21, 50′), mais Melsungen, excellent en défense avec un Nebojsa Simic décidément intraitable (14 arrêts au total), se reprend. Porté par Julius Kühn (9 buts), Melsungen reprend cinq buts d’avance (27-22, 55′) et s’impose finalement 29-26. Andy Schmid, le meilleur buteur de RNL sur la rencontre (8 buts), refusait de se cacher derrière le rythme des matchs et allait chercher l’explication de la défaite ailleurs : « Nous avons perdu car nous avons commis trop d’erreurs dans notre jeu en supériorité numérique. J’ai moi-même malheureusement trop souvent pris de mauvaises décisions. » A nouveau en déplacement ce week-end en Ligue des champions, RNL a également perdu contre le Vardar Skopje, leader de sa poule (30-26). C’est à Göppingen, jeudi, que les partenaires de Schmid devront relever la tête après ces deux défaites.

Sept des huit premiers ont gagné

Rhein-Neckar est la seule équipe du top 8 qui s’est inclinée cette semaine. Berlin, avec toujours un match de plus de joué que les autres, reste donc leader, et prend même de l’avance sur son dauphin avec sa victoire sans trembler à Minden (29-37). Mené d’entrée, le GWD est resté au contact des Renards jusqu’à la 35e minute (17-18) avant de prendre contre sur contre et but sur but, notamment de la part de Steffen Fäth (7 réalisations). Le dauphin de Berlin change d’ailleurs d’identité, puisque Flensburg profite de la défaite de Rhein-Neckar pour lui passer devant. Les Flensburgers se sont amusés contre Hüttenberg en infligeant une sévère correction au promu. Un 5-0 d’entrée (6′), un passage à +10 dès la première mi-temps (16-6, 24′) et une victoire de quinze buts d’avance au final pour le SG (38-23), qui soigne au passage son goal-average. Kentin Mahé a discrètement participé à la fête (1 but, 3 passes décisives), tandis que le pivot Anders Zachariassen finit meilleur buteur du match avec 11 buts.

Vous l’avez deviné, cette treizième journée n’est pas très surprenante en terme de résultats, la performance de Melsungen mise à part. Hanovre, par exemple, n’a pas eu trop de souci à battre Stuttgart (27-20). Face à une équipe fortement amoindrie par les blessures qui ne comptait que 13 joueurs sur la feuille de match, les Preux chevaliers ont fait preuve de maîtrise tout au long de la rencontre en prenant cinq buts d’avance en première mi-temps et en conservant l’avance en deuxième. Malte Semisch a fini de dégoûter les tireurs de Stuttgart en fin de rencontre (8 arrêts dont 2 pen. en 27 minutes, 57%), et Hanovre remporte une belle victoire collective. Le THW Kiel a remporté une victoire dans le même genre face à Lemgo (29-19). Avec une solide défense, un Niklas Landin encore au rendez-vous (13 arrêts, 45%) et une base arrière convaincante (6 buts chacun pour Marko Vujin et Nikola Bilyk), les Zèbres se sont rendus le match facile assez tôt (10-5, 19′), et ont maîtrisé ensuite. Neuvième, Lemgo quitte définitivement le peloton de tête auquel il s’était mêlé en début de championnat.

La surprise, on aurait pu la voir venir de Magdebourg où le SCM recevait Erlangen. Les Franconiens débutent bien la rencontre avec une bonne défense en 6-0 et des attaques qui prennent leur temps, jusqu’à ce que les bras des arbitres se lèvent, mais qui vont au bout (6-10, 20′). Mal en point depuis plusieurs semaines, Erlangen serait-il sur le point de faire un coup ? Mads Christiansen entre en jeu et marque quatre fois pour donner l’avantage à Magdebourg et calmer le HCE (11-10, 27′). Ont également été précieux Jannick Green, entré à la 20e minute à la place d’un Dario Quenstedt peu en réussite, et Marko Bezjak (7 buts). Erlangen souffre alors en attaque, et s’incline finalement de six buts en Saxe-Anhalt face à une équipe de Magdebourg bien plus sereine dans le second acte (28-22).

Göppingen laisse passer le train

Les équipes de tête avancent, Göppingen reste à quai. Le dernier vainqueur de la Coupe EHF était à Leipzig ce dimanche, chez un adversaire qui, lui, est dans le wagon de tête. Göppingen tenait à montrer un meilleur visage que face à Arendal mercredi en Coupe EHF, une équipe contre laquelle les hommes de Rolf Brack ont dû concéder le nul à domicile (27-27). Le match est d’abord très serré. Göppingen passe devant à la mi-temps (15-16, 30′), mais les deux équipes restent au coude à coude pendant plus de 45 minutes (24-23, 48′). Mais Leipzig se montre costaud dans le money-time. Porté par Maximilian Janke (10 buts), le SC DHfK prend le dessus sur Frisch Auf! dans les derniers instants de la partie pour une victoire assez nette (33-28). Avec seulement neuf points, Göppingen reste englué à la treizième place, et est plus proche du dernier que du huitième, Leipzig justement.

Les Saxons comptent certes six points de retard sur Berlin, mais ils peuvent être considérés comme l’équipe qui ferme la marche du groupe de tête. Il y a en effet peu d’écart au classement entre les huit : Berlin a un match en plus (joué contre Leipzig), et ne compte que deux points sur Flensburg (21 pts) et trois sur Rhein-Neckar (20 pts), qui compte un match en retard. Derrière, ils sont cinq à se tenir en deux points : Hanovre et Melsungen (19 pts), Magdebourg (18 pts, un match de joué en plus), Kiel et Leipzig (17 pts). Le titre et les places européennes se joueront entre ces huit-là.

Gummersbach remporte le match de la peur

Halloween a beau être passé de trois semaines, Sky a choisi comme affiche du dimanche le match entre Lübbecke et Gummersbach, deux équipes qui luttent pour leur maintien et pour qui le gain de cette rencontre importe beaucoup. Une affiche un peu par défaut, mais qui ne manquait pas d’attrait pour les amateurs de scénarios à suspense. L’écart n’a été de trois buts que deux fois dans la partie, à l’avantage de Gummersbach (10-13, 24′, 11-14, 26′), mais pas bien longtemps puisque Lübbecke, lanterne rouge depuis le début de la saison, égalise avant la pause (15-15, 30′). La suite reste très serrée et ne se décide que dans les dernières minutes (25-25, 57′). Un but de Florian Baumgärtner, suivi une minute plus tard d’un sept mètres de Marvin Sommer permettent au VfL de faire finalement la différence. Un dernier but de Marko Bagaric pour Lübbecke n’y changera rien, Gummersbach s’impose (26-27) et prend ses distances avec la zone rouge. Lübbecke reste dernier et attend toujours sa première victoire de la saison.

Toutes les autres équipes du bas du classement ont perdu : Stuttgart, Göppingen, Erlangen, Hüttenberg qui est relégable avec Lübbecke, mais aussi Ludwigshafen. Les Chouettes avaient pourtant idéalement débuté leur rencontre à Wetzlar en signant un 4-0 dans les sept premières minutes. Mais Wetzlar réagit vite, notamment par les arrêts de Benjamin Buric (13 parades au total) et recolle rapidement (6-5, 16′). A la pause, l’avantage de trois buts donne une certaine sécurité au HSG (13-10). L’écart gonfle au retour des vestiaires (20-14, 39′) et les Verts, bien aidés par leur pivot star Jannik Kohlbacher (7 buts), s’imposent assez largement (30-21). Là aussi, pas de surprise.

Retrouvez le classement et le calendrier à venir sur notre site.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. jeff - le 20 novembre 2017 à 10h22

    Berlin en grande forme cette année, curieux de voir s’ils joueront la ldc s’ils finissent 1er ou 2e, eux qui préfèrent souvent jouer en ehf alors qu’ils pourraient jouer la ldc

  2. Pseudo - le 20 novembre 2017 à 12h15

    Reste à voir si Berlin tiendra ce rythme là, ils n’ont que deux points d’avance sur Flensburg et un sur RNL (en partant du principe que le match en retard des RNL à domicile face à Stuttgard sera une victoire). Pour Berlin, je pense que les matchs contre Melsungen, Magdebourg, Leipzig ou même Kiel/Wetzlar sont plus durs à négocier que pour RNL/Flensburg. Ils n’auront pas beaucoup droit à l’erreur, je les verrais bien 3e et en LdC poules basses (voire hautes) l’année prochaine

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves