CdF – 1/2

Le H se verrait bien à Paris…


Montpellier – Nantes, c’est la finale de coupe de France que tout le monde, ou presque, pronostique. Mais Chambéry et Dunkerque ne vont pas lâcher le morceau aussi facilement.

“L’adage, c’est bien au mois de mai fais ce qu’il te plaît ? Et puis c’est beau Paris en mai…” glisse avec malice Thierry Anti concernant la potentielle finale de coupe de France s’offrant à lui si le H parvient à battre Chambéry ce dimanche. “Il n’y a pas à dire, elle possède une saveur vraiment particulière.” Et l’entraîneur nantais sait de quoi il parle, lui qui en a disputée six et gagné trois avec Paris et Créteil. “Évidemment que j’ai envie d’en gagner une avec Nantes (Un finale perdue à Coubertin en 2015 contre le PSG) ! Et puis, cela signifie aussi jouer à Bercy.” On le sent bien dans le propos, que cela soit côté staff ou côté joueurs, poser leurs baskets pleines de résine dans l’antre des champions du monde de handball serait un véritable beau moment pour cette équipe. Pour eux, le pronostic est plutôt évident dans l’autre demi-finale, persuadés que Montpellier ira défendre son bien. En revanche, face à des Chambériens d’humeur aussi changeante, difficile de donner une météo favorable ou non pour cette fin d’après-midi dominicale à la Trocardiere… “C’est une équipe capable de tout” confirme le coach nantais. “Elle a un vrai potentiel mais manque de stabilité. Et puis, quelle équipe allons nous affronter au coup d’envoi ? Celle en “-ic” ou celle incarnant la jeune garde française en LNH ? Ce que je sais, c’est qu’il faudra être prompts au combat. Contre Ivry mes joueurs ne m’ont pas déçu à ce niveau là, ne se montrant jamais en panique, toujours guerriers, même dans la difficulté. J’ai préféré cette victoire à celle contre Dunkerque en coupe de la ligue. Je pense que cela s’avère beaucoup plus représentatif de ce qui nous attend jusqu’à la fin de saison…”

Balaguer : “Bercy, la salle de l’excellence”

Crédit Photo : Laury Rousseau

Son ailier gaucher David Balaguer ne pouvait que confirmer cette impression, sachant pertinemment qu’aujourd’hui, son équipe un brin fatiguée a besoin d’être “au maximum du combat, de la concentration, à tous les matchs, quelque soit l’adversaire. Il n’y a plus un seul rendez-vous où l’on peut avoir de la marge. Et contre Chambéry, d’autant plus qu’ils viennent de perdre en championnat, ce sera plus que jamais d’actualité. Cette coupe de France, même si je suis espagnol, je sens bien qu’elle a quelque chose de différent, quand on m’en parle dans le vestiaire. Et puis…Bercy ! C’est la salle de l’excellence pour moi ! On se doit d’être ambitieux et ça veut dire gagner tous les matchs qui nous restent au calendrier, à commencer par cette demi-finale.” Pour eux qui ont vu à Reims le PSG, qui venait de les éliminer de Champions League, soulever le trophée de la coupe de la ligue, tenir dans leurs bras cette coupe de France prend une nouvelle dimension. Celle tout simplement, du dernier challenge au bout duquel il leur serait encore possible d’écrire une nouvelle ligne palmarès. On les voit difficilement, aujourd’hui, rattraper en effet en championnat les Parisiens. Alors pour remplir, pourquoi pas, cette “capricieuse” – comme aime à la définir Thierry Anti – de champagne, il faudra avant pour cela dévorer des spécialités savoyardes.

Montpellier, comme la saison passée ?

Dans l’autre demi-finale, Montpellier, le tenant du titre partira favori face à Dunkerque. Dans leur autre demi-finale, il y a une semaine en coupe de la ligue, les Nordistes sont apparus complétement à côté de la plaque, leur entraineur Patrick Cazal parlant même de “honte” après le match. En sera-t-il autrement demain ? Si les Héraultais jouent au niveau qu’ils ont montré jeudi face à Paris, ne s’inclinant que d’un petit but (33-34), le résultat devrait être fort semblable à celui des deux dernières rencontres entre les deux équipes dans cette coupe de France. Et oui, car avant de soulever le trophée la saison passée, Montpellier avait déjà éliminé Dunkerque (29-24). Et il y a deux ans, c’était au stade des huitièmes de finale que les Dunkerquois avaient arrêté leur parcours, encore à Bougnol. Alors, jamais deux sans trois pour le MHB ?

Le programme des demi-finales :

Montpellier – Dunkerque à 16h00 (en direct sur beIN Sports 3)
Nantes – Chambéry à 18h00 (en direct sur beIN Sports 3)

Gaëlle Louis (avec K.D)

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo - le 16 avril 2017 à 08h10

    Même si je préfère les 3 autres équipes, ça serait génial que Dunkerque réalise le miracle de gagner cette coupe de France, ça nous mettrait un club de plus en Coupe EHF! (Malheureusement je n’y crois pas trop)

    • ameno73 - le 16 avril 2017 à 13h10

      Si Dunkerque gagne la Coupe de France, ça ne rajoutera un club français en plus en EHF, ça enlèvera simplement un ticket à partir du championnat.
      Il faut savoir qu'a priori les place 3 et 4 du championnat ne donne accès à aucune place européenne, c'est seulement si les vainqueurs de coupe nationales ont déjà un accès via le championnat aux coupes européennes qu'elles deviennent alors qualificatives.

      • lilo search - le 16 avril 2017 à 13h50

        Si Dunkerque ne gagne pas la coupe, on peut supposer que les 5 premiers seront en coupe d’europe l’an prochain même s’il n’y a officiellement que 4 places pour la France (1 en LDC et 3 en EHF).
        Par contre avoir 6 places comme cette année me semble compliqué étant donné les “mauvais” résultats de Créteil et Chambéry en EHF, à moins que St Raph gagne l’EHF

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves