EdF (F)

Niakaté étend son champ d’action

Malgré la concurrence sur la base arrière, Kalidiatou Niakaté, l’arrière gauche de Nantes, pourrait bien postuler à une place dans les dix-huit, voire les seize, sélectionnées pour le Mondial allemand. 

C’était il y a plus de trois ans. Kalidiatou Niakaté était appelée pour la première fois en équipe de France pour participer à la Golden League. A 19 ans, le but était de prendre la température. En cet automne, les choses ont bien changé pour la native de la banlieue parisienne. On l’a bien vu hier, face à la Tunisie. Alignée d’emblée par Olivier Krumbholz, elle a rendu une copie propre, avec deux buts et une belle présence défensive associée à Béatrice Edwige dans le secteur central. La défense, son point fort depuis toujours, mais qui était presque devenu un carcan la saison passée. “A Issy-Paris, je défendais beaucoup alors qu’à Nantes, je peux m’exprimer des deux côtés du terrain. C’était clairement le bon moment pour moi de partir, je commençais à perdre un peu confiance en moi à force de ne faire que défendre” se souvient-elle.

Un palier de passé

A Nantes, Niakaté s’exprime désormais pleinement et quand son entraîneur, Jan Basny, parle d’elle comme étant sa patronne, mais qu’il en attend encore plus, il ne plaisante pas. “Il me répète tout le temps que je dois l’être ! Je ne suis pas timide, mais je viens d’arriver, ce n’est pas facile pour moi de prendre mes responsabilités d’entrée de jeu, d’autant plus que je n’ai pas l’habitude de prendre dix buts par match” analyse-t-elle. En défense, son volume au poste 3 lui facilite la tâche. En attaque, la mue est moins facile, mais pourtant elle s’y colle avec efficacité, 46 buts inscrits en 11 matchs et une présence désormais incontournable au sein du jeu du NLA. Donnant l’impression que l’arrière gauche a passé un palier et est désormais prête à s’exprimer plus régulièrement en équipe de France, après une présence en pointillés depuis 2014.

“En équipe de France, on ne me donnera rien”‘

Mais si, en club, “Kali” est investie de nombreuses responsabilités cette saison, chez les Bleues, elle arrive encore sur la pointe des pieds. Une situation qui lui va bien, en renfort des N’Ze Minko, Gniombla et Zaadi. “Je sais quand je viens ici, je ne suis qu’une jeune, je sais rester à ma place. Et ça fait du bien de jouer avec des filles qui ont du vécu, j’ai encore besoin d’être encadrée” dit-elle. Il faut dire qu’à “seulement” 22 ans, on a pourtant la sensation de la voir depuis un bon moment sur les parquets de LFH. Mais l’impression cache bien la réalité d’une joueuse certes en pleine progression mais possédant encore une marge de progression énorme. Et qui sait que son début de saison de bonne facture ne lui ouvrira pas forcément les portes de l’avion pour l’Allemagne : “Il y aurait forcément un peu de déception de ne pas y aller, mais je sais qu’en équipe de France on ne me donnera rien. Il faut montrer que je peux apporter à l’équipe.” Elle l’a fait face à la Tunisie vendredi, une nouvelle occasion se présentera demain.

Le programme de la journée :

À 15h00 : Angola – Tunisie (en direct sur beIN SPORTS MAX 8)
À 17h30 : France – Slovénie (en direct sur beIN SPORTS 2)

Kevin Domas

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 26 novembre 2017 à 13h46

    A Issy-Paris, je défendais beaucoup alors qu’à Nantes, je peux m’exprimer des deux côtés du terrain. C’était clairement le bon moment pour moi de partir, je commençais à perdre un peu confiance en moi à force de ne faire que défendre”

    Voila pourquoi, il faut innover le jeu de IPH….. n'est ce pas M. Gandais.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).