LFH – J3

Metz et Chambray se détachent, Toulon pour une première

Le match de la journée: Dijon / Toulon

Dijon et Toulon se sont rendus coup pour coup tout au long de la rencontre. Bien malin celui qui aurait pu prédire le résultat final. Avant de débuter la rencontre, les deux équipes se rejoignent afin de témoigner leur soutien à Théo Derot autour d’une photo collective, puis le coup d’envoi ! Diminué par les blessées et joueuses non qualifiées sur leurs deux premiers matchs, il est bon de retrouver Noura Ben Slama et Johanna Lathoud côté dijonnais, alors que du côté toulonnais force est de constater les absences de Jessie Kramer, Ewa Urtnowska et Ekaterina Vetkova, blessées lors de la dernière journée. D’un côté comme de l’autre, la première victoire se fait attendre et l’envie de la décrocher se fait ressentir. C’est Djeneba Tandjan qui ouvre le score, suivie par Martina Skolkova (1-1, 03’13) : le début d’un ascenseur émotionnel qui dure 60 minutes ! Pourtant, sous l’impulsion de deux missiles de Laurie Puleri, le premier quart d’heure tourne à l’avantage des Varoises (6-8, 14’39). C’est sûrement ce qui cause l’entrée en jeu de Noura Ben Slama qui permet aux Dijonnaises d’avoir un nouvel élan . La légère avance des filles de Thierry Vincent est gommée et la tendance s’inverse avec un 5-1 infligé par les locales (11-9, 22’36). Ces dernières prennent alors la partie en main, jusqu’à la mi-temps où elles rentrent au vestiaire avec un but d’avance (14-13, MT).

Au retour sur le parquet on retrouve les Dijonnaises dans la continuité de leur première période, reprenant deux buts d’avance par l’intermédiaire de la jeune pivot, Marion Lahcene (3/3). Pas encore suffisant pour laisser Toulon derrière. Les « rebelles » portent bien leur nom et sur un but de Emma Puleri, les Toulonnaises reprennent l’avantage (18-19, 42’22). Rien d’alarmant encore pour Dijon, pourtant en infériorité numérique, puisque le trio Terzi-Skolkova-Rysankova les fait repasser devant (21-19, 46’31). Dans les buts, Noura Ben Slama et Léa Serdarevic se répondent, ne permettant à aucune des deux équipes de pouvoir prendre une réelle avance. A l’approche du money-time, le combat s’intensifie, chaque erreur est payée cash, d’une exclusion de deux minutes, ou d’un pénalty, à l’image de celui concédé par Helena Rysankova aussitôt transformé par Sabrina Zazaï permettant à Toulon de revenir, à nouveau, à hauteur de Dijon (23-23, 54’30). Ce sont les locales qui détiennent le ballon dans la dernière minute, alors que le score est de parité depuis déjà 4 minutes (24-24). Un dernier temps-mort de posé par Christophe Maréchal, histoire de transmettre les dernières consignes et Dijon peut espérer sa première victoire. D’autant plus que le sort ne va pas en faveur de Toulon, qui voit Dounia Abdourahim se faire exclure pour 2 minutes à 15 secondes de la fin. Mais à 5 secondes du terme, Sarah Paulsen perd le ballon sur un marcher et offre à Laura Gaudefroy la possibilité de filer comme une flèche en direction du but adverse. Si Noura Ben Slama avait réussi à garder son but comme il faut tout au long de ce match, elle n’a pas pu faire grand chose face à la vitesse et le tir tout en puissance de l’ailière toulonnaise, qui apporte la délivrance à Toulon pour sa première victoire de la saison (24-25, FM). Après avoir subi un tel scénario la semaine dernière, le TSCVHB se rattrape pour une belle première victoire !

Sur les autres parquets

Crédit : Bruno Belbouche

Besançon tient son match référence! Au terme d’un match abouti face à Issy-Paris, les Bisontines reprennent de la confiance après une défaite au Havre la semaine passée. Il fallait un coup d’éclat pour que les filles de Raphaëlle Tervel lancent clairement leur saison et le voilà ! Après une belle première mi-temps où Catherine Gabriel ferme la boutique, l’ESBF creuse peu à peu l’écart face à une équipe d’Issy qui peine à trouver du répondant. C’est donc pour cela qu’à la pause ce sont les locales qui virent en tête (10-6, MT). Quatre buts, c’est assez pour que les Parisiennes ne reviennent pas et elles se laissent peu à peu couler face à une équipe franc-comtoise qui continue de mettre de l’intensité. Le manque d’efficacité des Lionnes en attaque se paie cash et Besançon con (25-18, FM) avant d’affronter Metz et Brest. Metz continue d’ailleurs d’impressionner sur ce début de saison. Après deux prestations abouties face à Nice et Bourg-De-Péage, les Messines étaient cette fois en démonstration à Fleury. Douze minutes, c’est le temps que FLHB a tenu dans cette rencontre. Une fois l’écart creusé (6-8, 12′), les Fleuryssoises ne sont plus en mesure de revenir. Pourtant à la mi-temps, il est loin d’être rédhibitoire (14-18, MT). Mais rien de pire pour les Panthères que d’encaisser un 5-0 au retour du vestiaire. La bande de Manu Mayonnade s’envole donc tranquillement, en maîtrisant sa fin de match, vers une troisième victoire consécutive. A la poursuite de Metz, c’est Chambray qui est la deuxième équipe à avoir remporté tous ses matchs. Pourtant, Le Havre n’était pas loin de faire son deuxième coup de la saison. Les Havraises dominent le début de la rencontre et Mouna Chebbah est obligée de s’employer pour faire revenir les siennes à hauteur avant de prendre les commandes ce qui les fait rentrer au vestiaire en tête (11-9, MT). Fort de son début de saison où il s’est montré très accrocheur, le HAC reste au contact dans un duel assez fermé. Les occasions ne manquent pas pour les Havraises qui sont à hauteur de leur opposant durant les trois dernières minutes. Mais malgré un dernier tir raté de Jessica Dias qui aurait pu laisser les deux équipes sur un score de parité, c’est Chambray qui continuent à la poursuite de Metz en enchaînant sa troisième victoire de rang (23-22, FM).

Nice pour une première ! 

Nice peut enfin savourer sa première victoire. Après être tombé face à Metz en ouverture, fait match nul à Brest la semaine dernière, il fallait se douter que les Azuréennes voudraient plus face à Nantes. Avec un début de match des plus sérieux, les filles de Marjan Kolev font le nécessaire pour prendre une distance de combat nécessaire pour rentrer devant à la pause (13-10, MT). Les assauts d’Anette Hansen et de Kalidiatou Niakatzé ne suffisent pas pour recoller au score. En face encore une fois Torstenson apporte son expérience en attaque placée pour palier le passage à vide d’une Marie Prudhomme en manque d’efficacité. Au final le Gym tient son premier succès, qui plus est, sur son parquet (25-20, FM). Bourg-De-Péage ne peut pas en dire tant après la réception de Brest. Encore une fois face confronté à une grosse écurie de ce championnat, le promu dromois n’a pu faire de miracles. Et pourtant, au regard de la belle première période que les locales livrent, le BBH aurait pu se remettre en question (17-18, MT). C’en est pourtant trop peu pour faire douter Brest qui impose sa loi au complexe Vercors. Un bon retour de vestiaire dans lequel elles prennent quatre longueurs d’avance, les Bretonnes s’envolent pour s’offrir leur deuxième victoire de la saison (24-33, FM). 

A  Dijon, Laury Rousseau et Maxime Cohen.

Pub Espace Pronos LFH

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. ANues - le 11 septembre 2017 à 13h43

    Vu le match Besancon – Issy sur Bein…
    Gros manque de cohésion entre les joueuses parisiennes, en particulier en attaque où les pertes de balles et les mauvaises passes nuisent beaucoup. Trop de nouvelles joueuses, la sauce n'a pas encore pris après 7 semaines de préparation Gros temps faibles comme les saisons passées
    En défense trop souvent deux joueuses sur une seule attaquante , en attaque ça circule trop latéralement
    Sonja Frey loin du niveau d'Oftedal (pour le moment c'est d'ailleurs Horacek la demi-centre d'office).
    Hanna Oftedal a toujours des soucis d'impact et Abbingh fait des tirs trop lisibles comme la saison passée
    Comme la préparation le laissait comprendre, pour le moment ça rame beaucoup
    Cette année y a 8 équipes pour les playoffs, heureusement

  2. Sasori9 - le 11 septembre 2017 à 16h50

    Le fait qu'il y a trop nouvelle joueuse ou pas, ce n'est pas le sujet. Le pb est ca n'a pas changé depuis 2010.
    C'est comme d'habitude, dès que IPH subit une défense agressive c'est l'effondrement !
    Ca se voit que le coach ne fait travailler que la défense. La défense IPH fonctionne bien, elle ralentit les Bisontines. Les Bisontines marquent plus que d'hab lors la première mi temps.
    MAIS MAIS la défense ne fait pas tout ! On ne peut pas se contenter que défendre pdt 60min, il faut marquer. N'est ce pas Gandais. Apparement, il n'a pas compris.
    Je ne sais pas comment ca se passe lors la préparation et l'entrainement mais il faut que Gandais se concentre plus à l'attaque que la défense. Je n'arrive pas comprendre comment IPH a pu rater avec Signate, en Hongrie, elle marque bcp ! Comment ca se fait ???

    Sinon je croyais que Solberg est partie. Bon c'est vrai que je n'ai pas trop regardé les effectifs des clubs LFH cette année.

    • ANues - le 11 septembre 2017 à 19h07

      Quand de nouveaux joueurs arrivent dans un club je me demande toujours s'ils contribuent à leur nouveau club en proposant des schémas tactiques qu'ils pratiquaient ailleurs ?!
      Je crois qu'Arnaud Gandais garde les mêmes lignes directrices depuis 10 ans. Un nouveal entraineur aurait peut-être amené du sang neuf côté tactique ?!

      L'attaque nécessite vraiment une coordination aux petits oignons et là on voit bien qu'elles manquent de synchronisation (mauvaises passes en pagaille, elles se gènent même lors des combinaisons). Clairement c'est parce qu'elles manquent de jeu ensemble Faiblesse flagrante contre Bourg de péage, Fleury et Besançon. Beaucoup de taff en perspective! Individuellement elles étaient favorites mais ensemble ça manque de liant.

      La défense à fait les beaux jours d'Issy, c'était une marque de fabrique. Donc on garde ce qui fonctionne j'imagine.

      Pour ce qui est de Mariama Signaté, quand elle jouait à Issy elle marquait pas mal et avait bcp de temps de jeu (ce qui a précipité le départ d'Audrey Bruneau qui en avait marre de ne presque pas jouer). Mais son départ (comme celui de la pivot Amélie Goudjou) est dû à des soucis financiers et le gendarme de la LFH qui avait demandé de réduire la voilure niveau salaires et mis en place un plan d'apurement!

      Il y a bien 2 norvégiennes qui sont parties : Oftedal à gyor (3 buts pour son premier match) et Wibe (pivot) qui a pris sa retraire (29 ans)

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves