Mondial 2017 (F)

Les visages des 19 championnes du Monde

Découvrez en images les 19 joueuses de l’équipe de France sacrées championnes du Monde en Allemagne suite à la victoire face à la Norvège. 

Discrète au premier tour, Amandine Leynaud s’est montrée décisive lors des matchs couperets, avec notamment des performances incroyables en 1/2 finale contre la Suède et en finale contre la Norvège. Elle aura tourné à 35% d’arrêts en moyenne, avec un énorme 10/28 sur 7m.

Doublure d’Amandine Leynaud lors de ce Mondial, Cléopatre Darleux a retrouvé la scène internationale après plusieurs années sans disputer une compétition majeure. La joueuse de Brest s’est montrée précieuse lorsque Olivier Krumbholz l’a sollicité, avec une belle moyenne de 39% d’arrêts.

Troisième gardienne dans la hiérarchie, Catherine Gabriel n’a pas été intégrée dans le groupe des 16 joueuses qui ont disputé le Mondial. Mais la Bisontine a participé à toute la préparation et aux entraînements collectifs des Bleues en Allemagne. A tout juste 23 ans, elle a eu le droit à sa médaille d’or.

En Allemagne, Manon Houette a confirmé sa belle progression affichée depuis le début de la saison avec Metz. Plus qu’une simple doublure de Siraba Dembele, l’ailière gauche de 25 ans a terminé meilleure buteuse de l’équipe de France en Allemagne avec 35 réalisations.

Après un premier tour discret, Siraba Dembele est sérieusement montée en puissance à partir des 1/8e de finale. Capitaine du navire tricolore, la future joueuse de Toulon a pleinement assumé son statut de leader, et a su prendre ses responsabilité dans les moments difficiles. Elle termine la compétition avec 22 buts au compteur, pour une réussite de 76% aux tirs. Siraba Dembele a été désignée meilleure ailière gauche de ces Championnats du Monde.

Lancée dans le grand bain par Olivier Krumbholz à tout juste 20 ans, Orlane Kanor n’a pas déçu ! La jeune messine s’est montrée percutante lors de ses entrées en jeu au premier tour. Sortie du groupe des 16 à la fin du tour préliminaire suite aux inquiétude sur l’état physique de Laurisa Landre, l’arrière gauche a réintégré le groupe avant le dernier carré, et s’est montrée décisive lors de la finale avec deux buts inscrits en 7′ de jeu ! Une première médaille internationale pour la Guadeloupéenne.

Peu utilisée en club depuis le début de la saison à Bucarest, Gnonsiane Niombla a prouvé en Allemagne qu’elle pouvait prétendre à bien plus qu’un simple statut de remplaçante. Utilisée dans les rotations sur le poste d’arrière gauche, l’ex pensionnaire du Fleury Loiret a inscrit 12 buts lors de ce Mondial.

Joueuses aux qualités physiques incroyables, Kalidiatou Niakate incarne à 22 ans l’avenir de l’équipe de France. Pour sa première compétition internationale, la joueuse de Nantes a alterné le bon et le moins bon. Malgré un temps de jeu réduit, l’arrière gauche a su répondre présente dans des moments décisifs, comme lors du match nul contre l’Espagne, ou en 1/2 finale face à la Suède.

Discrète en début de compétition, Estelle Nze-Minko est montée en puissance dans le dernier carré du Mondial. La meilleure arrière tricolore de l’Euro 2016 en Suède a fait parler ses qualités de duel contre la Norvège, pour s’ouvrir des espaces et permettre aux siennes de respirer. A l’image de ses co-équipières arrières gauche, la joueuse de Siofok a inscrit 13 buts avec une réussite aux tirs de 62%.

Allison Pineau était très certainement le facteur X de l’équipe de France avant le début du Mondial 2017. Si ses qualités ne sont plus à démontrer, le doute persistait sur ses capacités à retrouver du rythme après ses longs mois d’absence suite à son opération de la cheville. Utilisée avec parcimonie au premier tour, la joueuse de 28 ans n’a pas raté le rendez-vous des phases finales. La Brestoises a su élever son niveau de jeu dans les moments très chauds, en prenant ses responsabilités dans les money-times, comme face à la Suède et la Norvège dans le dernier carré. Allison Pineau a trouvé le chemin du but à 22 reprises lors de cette compétition.

Grâce Zaadi a littéralement explosé sur la scène internationale lors de ces Championnats du Monde. Irrégulière jusqu’alors sous le maillot tricolore, la joueuse de Metz s’est imposée comme la métronome du jeu de l’équipe de France en Allemagne. Organisatrice, passeuse, buteuse… la meneuse de jeu de 24 ans a donné du fil à retordre aux défenses adverses, avec notamment un relation extraordinaire avec Laurisa Landre. Grâce Zaadi a été désignée meilleure demi-centre de la compétition par l’IHF.

Deuxième meilleure buteuse de l’équipe de France en Allemagne avec 28 réalisations au compteur, Alexandra Lacrabère a fortement contribué à la conquête du sacre mondial. A 30 ans, l’arrière droite du Vardar Skopje n’a pas toujours été parfaite sur le parquet, mais elle a affiché une détermination et une combativité de tous les instants, qui ont galvanisé ses partenaires sur le terrain. Un état d’esprit irréprochable, qui a été l’une des clés de la réussite des Bleues lors de ce Mondial.

Utilisée quasi-exclusivement en défense lors des dernières compétitions disputées par l’équipe de France, Camille Ayglon-Saurina a prouvé lors de ce Mondial qu’elle était également une bonne attaquante. Si la joueuse de Bucarest n’a pas énormément marqué (11 buts), elle est souvent parvenue à débloquer des situations compliquées, grâce à ses tirs au travers et ses shoots longues distances. En plus de ses contributions offensives, elle reste un pilier du système défensif des Bleues. A Hambourg, Camille Ayglon-Saurina a disputé sa troisième finale d’un Mondial, après 2009 et 2011.

Plus jeune joueuse de l’équipe de France parmi les 19 présentes en Allemagne, Jannela Blondou a eu l’occasion d’emmagasiner une riche expérience lors de ces championnats du Monde. A 19 ans, la joueuse de Nice n’a pas eu l’occasion d’intégrer le groupe des 16 qui a disputé la compétition, mais est repartie avec une belle médaille d’or autour du cou.

Belle compétition réalisée par Laura Flippes qui disputait son premier Mondial avec l’équipe de France A. La Messine a parfaitement assumé son rôle de doublure de Blandine Dancette sur le poste d’ailière droite, en se montrant efficace à la finition avec un joli 14/17 aux tirs. Après le bronze à l’Euro 2016 en Suède, la joueuse de 23 ans a décroché sa deuxième médaille sur la scène internationale.

En dehors d’un match difficile contre la Roumanie au tour préliminaire du Mondial, Blandine Dancette a réalisé une belle compétition en Allemagne. On retiendra notamment ce but décisif inscrit contre la Suède en fin de match, qui a validé la place de l’équipe de France en finale du Mondial 2017. Une belle récompense pour la Nantaise, qui revient d’une longue blessure qui l’avait empêché de jouer lors de la saison 2016-17.

Pièce maitresse du dispositif défensif de l’équipe de France, Béatrice Edwige a su imposer sa puissance lorsque l’équipe de France en a eu besoin. Comme pas mal de cadres de l’équipe, la joueuse de Metz est montée en puissance tout au long de la compétition, pour terminer en apothéose face à la Norvège, avec une prestation musclée sur les arrières norvégiennes, qui ont vécu une soirée difficile face à la chef de la défense tricolore, à l’image d’une Saine Oftedal en perdition.

 

Si c’est Yvette Broch qui a été désignée meilleure pivot du Mondial 2017 par l’IHF, Laurisa Landre aurait très certainement méritée cette distinction, sans aucun chauvinisme. La pivot du Metz Handball a réalisé une énorme compétition, avec notamment une relation exceptionnelle avec Grâce Zaadi. Les défenses adverses ont eu du mal à contenir la joueuse de 32 ans, qui a provoqué une multitude de sanctions. Une pièce centrale de l’attaque tricolore, qui a réalisé sa meilleure compétition sur la scène internationale.

Appelée en renfort au milieu de la compétition pour renforcer le poste de pivot suite à la béquille contractée par Laurisa Landre face à la Roumanie, Astride N’Gouan a participé à la fête. Si la Brestoise n’est pas entrée sur le terrain, elle a été alignée à deux reprises sur la feuille de match contre le Monténégro et la Hongrie. Si elle n’a pas disputé le carré final, la joueuse de 26 ans est repartie d’Hambourg avec une belle médaille d’or autour du cou !

 

Retrouvez la communauté HandNews sur Discord

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pirate du PCHB - le 20 décembre 2017 à 02h24

    A propos de ces championnes qui ont été reçues par notre Président, quelqu’un saurait-il me dire pourquoi A.LEYNAUD n’y était pas?

    • lamirabel29 - le 20 décembre 2017 à 08h52

      tu n'as pas écouté l'allocution du Président, il en parle …..

  2. Jc - le 20 décembre 2017 à 04h05

    Elle est reparti pour s’occuper de ses jumeaux

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).