Mondial U21

Les bleuets prennent le rythme

Source : Airport Trophy

Dans le dernier match de l’Airport Trophy à Zurich, les juniors bleuets ont su prendre le meilleur sur l’Espagne (31-26) et terminent second du tournoi. Plus incisif que la veille, les bleuets ont désormais en main les clés pour arriver prêt en Algérie le 18 juillet. Il restera avant à jouer une double confrontation contre l’Islande.

Source : Airport Trophy

Jouer à 11h du matin n’est pas une mince affaire, encore plus pour un troisième match en trois jours. Mais les juniors français sont fait dans la roche et se montrent très appliqués et impliqués dans l’échauffement concocté par le préparateur Marc Teissonniere. La marseillaise sonne également comme le chant guerrier qu’elle est, et cette guerre a d’abord été de tranchées. La densité hors norme en 1-5 agressive imposée par Dragan Pechmalbec, Dika Mem, Melvyn Richardson et Romain Lagarde étouffe les velléités ibériques. Quand les ballons parviennent à passer la muraille, c’est sur Julien Meyer, très juste dans ses choix, qu’ils tombent. En première période, il n’y a guère que Daniel Dujshebaev (3/4 à la pause) pour envoyer des ballons dans les filets (16-8, MT).

Une attaque des grands jours

Source: Airport Trophy

Cependant la défense lèvera le pied dans le dernier tiers de la rencontre, une relâche qui profitera à Antonio Bazan (5/5) ou Aleix Gomez Abeillo (4/8, 0/3 à la pause). On aura moins ce reproche pour l’attaque. Les enclenchements ont été bien plus fluides, et les tirs bien plus travaillés que la veille – au désespoir de Xoan Ledo. Dans un premier temps se sont les ailes qui se sont régalées des ballons récupérés par la défense. Yannis Lenne (6/7) et Etienne Mocquais (5/8) profitent bien de ces ballons et terminent le travail. Quand le pas a été marqué par la défense, offrant donc moins de balles de contres, ce sont les arrières qui auront pris le jeu à leur compte. Une base arrière livrant les ballons à Dragan Pechmalbec – aussi présent en attaque qu’en défense – ou ajustant la mire notamment par Dika Mem (4/4), le tout mené avec justesse par Aymeric Minne. Le nombre de ballons perdus reste important, c’est là seul signe du relâchement qui a été plus durement ressenti en défense 18 buts encaissés en seconde période). Avec 31 buts inscrit au final la prestation est plus qu’honorable, avec des progrès visible… Tout autant que les derniers travaux à faire (31-26, SF).

Des nouvelles de Hugo Kamtchop-Baril
Absent de la feuille de match, le pivot était aujourd’hui en tenue de ville pour accompagner ses coéquipiers. Pas d’inquiétudes à avoir cependant, et on peut se rassurer en le voyant marcher sans aucune contrainte. S’il y a eu une réelle peur sur le choc, celle-ci est aujourd’hui dissipée. Le pivot sera présent pour commencer le tournoi mondial et devrait même pouvoir jouer le dernier match de préparation contre l’Islande. Rassurant pour un joueur clé.

Statistiques

France – 31

Meyer (9/25 – GB), Harbaoui (6/16 – GB), Mathias (GB) – Lagarde (3/4), Keita (1/1), Mocquais (5/8), Billant (2/2), Ferrandier, Lenne (6/7), Garain (1/3), Scott, Pelayo, Minne (4/7), Pechmalbec (3/3), Mem (4/4), Richardson (1/1), Lobry (1/1).

Espagne – 26

Javier Gonzales (GB), Xoan Ledo (7/38 dt 1/3 à 7m – GB) – Oleg Kisselev (0/1), Jose Maria Marquez (2/3), Daniel Dujshebaev (4/7), Antonio Bazan (5/5), Marcos Nieto, Jose Oliver Hernandez (1/1), Ruben Rio (1/2), Kauldi Odriozola (2/5), Juan Munoz (1/4), Santiago Lopez Garcia, Javier Castro (0/4), Josep Folquez Ortiz (4/5), Aleix Gomez Abello (4/8), Jaime Fernandez (2/3).

À Kloten, Maxime Thomas

20 CommentairesPoster un commentaire

  1. Kieler - le 2 juillet 2017 à 15h02

    "à un poste clé"

    Je trouve ça curieux comme expression dans le handball. 6 joueurs seulement sur un terrain, n'importe quel poste est clé, surtout lorsque l'on vise un titre comme celui de champion du monde.

    • Sego - le 2 juillet 2017 à 15h15

      C’est ici motivé par le fait que Hugo Kamtchop-Baril joue aussi bien en défense qu’en attaque et qu’un mondial junior nécessite souvent trois pivots à plein temps (Nieto, Marescot et Tournat en 2015). Pour être plus clair, je vais remplacer “poste” par “joueur” 🙂

      • Kieler - le 2 juillet 2017 à 22h28

        Oui oui pas de soucis c'est que plusieurs fois que ce soit sur Handnews ou sur Bein etc on parle souvent de "poste clé", je trouve ça un peu faux ou je ne sais pas comment m'exprimer. J'avais compris le sens de votre phrase faut pas s'inquiéter pour moi je suis chiant des fois.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves