All

Bastien Genty : “Faire sa première contre Rhein-Neckar, un joli cadre !”

Crédits photo : Christian Düren

En pleine pénurie de gauchers, Berlin a intégré Bastien Genty, joueur français de 26 ans, dans son effectif pour affronter les Rhein-Neckar Löwen dimanche dernier. L’ailier droit revient pour HandNews sur son premier passage dans l’équipe première des Renards.

Alors que nous avions réagi au mois d’août sur le fait qu’aucun joueur français n’évoluerait en Bundesliga cette saison, un Franzose a finalement pu inscrire son nom sur une feuille de match du championnat allemand ce week-end. Il s’agit de l’ailier droit Bastien Genty, 26 ans, qui a débuté à Vernon avant de partir en Suède et d’évoluer pour Hammarby la saison dernière. Le voici désormais à Berlin, dans la réserve des Füchse. Revenu du Super Globe avec un effectif décimé par les blessures, notamment à droite avec quatre gauchers absents pour au moins un mois (Fabian Wiede, Matthias Zachrisson, Christoph Reißky, ainsi que Marko Kopljar), l’entraîneur Velimir Petkovic a fait appel à Genty en doublure du capitaine Hans Lindberg pour le déplacement contre les Rhein-Neckar Löwen, qui s’est soldé par une défaite pour les Berlinois (28-25). Après ce premier appel en équipe première, l’intéressé a accepté de répondre à nos questions.

Comment as-tu appris que tu irais jouer à Mannheim ?

C’était assez cocasse. Pour tout dire, j’étais au concert d’IAM à Berlin vendredi soir, et on m’a appelé à 22h pour savoir si j’étais toujours sur Berlin, car j’aurais pu rentrer en France vu qu’on n’avait pas de match avec la réserve ce week-end. Donc on m’appelle vendredi soir, je suis toujours là, et on me dit de me préparer parce que le lendemain, à 10h30, j’ai mon train pour Mannheim. J’avais vu que Matthias Zachrisson et Fabian Wiede s’étaient blessés au Super Globe, mais je ne m’attendais pas à être appelé !

Crédits photo : Christian Düren

On imagine qu’il y avait une forme de fierté à faire partie de l’équipe première…

Oui c’était une fierté, mais aussi une découverte car ça ne fait même pas un mois que j’ai signé au club. C’était la première fois que je rencontrais tout le monde dans l’équipe première, et c’est une belle expérience. Et faire sa première contre Rhein-Neckar, dans la SAP-Arena, c’est un joli cadre !

Velimir Petkovic t’a-t-il accordé du temps de jeu ?

Non, je suis resté sur le banc tout le match. Hans Lindberg a joué les 60 minutes, mais je m’y attendais. Pour que je joue, il aurait fallu soit qu’on perde de vingt buts, soit qu’on gagne de vingt buts, soit que Hans se blesse. Je ne souhaitais pas la blessure de Hans, ni qu’on perde de vingt buts, et pour la victoire de vingt buts, vu notre équipe, ça paraissait compliqué…

Si on revient sur ton parcours, il est assez atypique avec des passages de Vernon à la Suède. Tu étais à Hammarby l’an dernier, comment t’es-tu retrouvé à Berlin cette année ?

J’ai toujours eu envie de jouer en Allemagne. A la fin de mon contrat à Hammarby, j’ai été mis en contact avec des agents mais rien ne s’est fait. Vu que ma copine habite à Berlin depuis deux ans, je l’ai rejoint et j’ai essayé de trouver un club sur place. Je suis entré en contact avec les Füchse, j’ai passé des entretiens, des tests, et les discussions ont abouti à une signature fin septembre.

Crédits photo : Christian Düren

Tu es le joueur le plus expérimenté de l’équipe réserve, le courant passe bien avec tes jeunes coéquipiers ?

Oui, les gars sont tous très jeunes, je suis le plus vieux de l’équipe. J’ai l’impression de faire à 26 ans la formation au centre que je n’ai pas faite à 19 ans [il a débuté à Vernon où il n’y a pas de centre de formation], c’est un retour en arrière sympa ! Le courant passe bien avec l’équipe, la différence d’âge n’est pas si importante que ça : j’ai 26 ans, pas 36 non plus. Il y a quelques difficultés avec la langue car je ne parle pas allemand, mais les joueurs sont sympas.

Quels sont tes objectifs pour la suite ? Fabian Wiede et Matthias Zachrisson sont absents jusqu’à début décembre, tu espères obtenir du temps de jeu avec l’équipe première d’ici là ?

Je ne sais pas encore si je serai rappelé. J’aimerais, en tout cas. La situation est un peu floue car c’est la trêve internationale, on a aussi des matchs importants à venir avec la réserve, mais en tout cas, je me tiens prêt. Si je suis appelé, je donnerai le maximum, si je reste avec la réserve, je donnerai aussi le maximum pour être rappelé avec l’équipe première. Mais jouer à un niveau équivalent à la N1, je l’ai déjà fait, j’aspire à mieux. Alors je viens sur la pointe des pieds et je reste à disposition. Je connais aussi les attentes du coach, je sais où je mets les pieds.

Propos recueillis par Mickaël Georgeault

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos Allemagne

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).