All

Prokop finalement maintenu sélectionneur

Christian Prokop, contesté depuis l’Euro raté de l’Allemagne en janvier, a été maintenu à son poste de sélectionneur par la fédération allemande.

Le psychodrame de l’après Euro prend fin en Allemagne : lors d’une conférence de presse organisée à Hanovre, la fédération allemande (Deutsche Handballbund, DHB) a annoncé le maintien de Christian Prokop à son poste. Le sélectionneur allemand de 39 ans était dans la tourmente depuis la fin de la compétition croate, très décevante pour l’équipe tenante du titre, qui n’est pas parvenue à se qualifier pour les demi-finales. Christian Prokop était contesté pour sa gestion médiocre du groupe, symbolisée par la non-sélection, puis le rappel en cours de compétition de Finn Lemke, cadre de la défense l’équipe championne d’Europe et médaillée de bronze à Rio en 2016 (voir notre article). Contesté par certains joueurs et certains membres de la DHB, Prokop se savait menacé lors du processus de bilan de la compétition engagé par la fédération juste après la compétition.

Un maintien surprise ?

Ce maintien de Prokop peut paraître surprenant, surtout au vu des dernières informations notamment relayées par l’agence de presse allemande dpa, équivalent de l’AFP outre-Rhin. Celle-ci avait considéré dans une dépêche ce week-end que le maintien de Prokop “serait désormais une surprise”, surtout après les déclarations d’Uwe Schwenker, membre du bureau exécutif de la DHB, au Lübecker Nachrichten ce samedi. Schwenker avait déclaré que conserver Prokop serait “extrêmement compliqué”, et le journal du nord de l’Allemagne d’évoquer une piste émanant du “cercle islandais”, notamment l’entraîneur de Kiel Alfred Gislason, pour succéder à Prokop. La dpa avançait également que des cadres de la sélection auraient notifié à la DHB, lors des entretiens que celle-ci a mené, qu’ils pourraient se retirer de la sélection nationale en cas de maintien de l’ancien entraîneur de Leipzig. “Je n’ai pas ces informations selon lesquelles des joueurs raccrocheraient, a démenti Axel Kromer, le directeur sportif, lors de la conférence de presse. Je pars du principe que les meilleurs joueurs allemands joueront toujours pour l’Allemagne.” Ajoutons que presque tous les observateurs allemands se sont exprimés pour ou contre le maintien de Prokop, avec aucun consensus affiché.

La décision de la DHB a néanmoins du sens. Remplacer Prokop paraissait extrêmement compliqué, à un an du championnat du monde organisé à domicile. Pour cette compétition qu’elle coorganise avec le Danemark, l’Allemagne veut absolument briller. Prokop est critiqué, mais s’en séparer revient aussi à se jeter dans l’inconnu et dans un nouveau chantier de reconstruction. La piste Gislason évoquée plus haut apparaissait peu crédible, et aucun nom semblait sortir du lot comme éventuel remplaçant. La séparation avec Prokop aurait aussi formalisé un vrai fiasco sportif et financier pour les dirigeants : son recrutement l’année dernière à Leipzig, où il avait encore quatre ans de contrat, aurait coûté 500.000 € à la DHB pour dédommager le club saxon. Si la DHB avait décidé de le renvoyer au bout d’un an, elle aurait dû le dédommager pour les quatre ans de contrat qu’il lui reste à effectuer, puisque Prokop n’a pas souhaité démissionner.

En accordant une seconde chance à Prokop, la DHB fait le choix de la raison. Et elle met aussi les joueurs face à leurs responsabilités. Ces mêmes joueurs qui auraient mené une fronde contre le sélectionneur ont été vertement critiqués par Stefan Kretzschmar, ancienne star de la sélection et consultant pour Sky : “Ce ne sont ni des Duvnjak, ni des Karabatic”, a-t-il affirmé dimanche pour remettre en cause leur participation dans le processus de mise à l’écart ou non de leur sélectionneur. Désormais, la tâche de Christian Prokop s’annonce extrêmement délicate : insuffler un climat de confiance manifestement rompu et réinstaurer sa crédibilité remise en cause pour attaquer la compétition mondiale dans une atmosphère plus sereine, afin d’atteindre des objectifs sportifs très élevés.

Mickaël Georgeault

HandNews & CasalHand

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Handballeur bob - le 20 février 2018 à 07h24

    Il y a de la joie en Allemagne !

  2. jpf_hb - le 20 février 2018 à 08h45

    “Ce ne sont ni des Duvnjak, ni des Karabatic” Ahahahah

  3. Aquitaine 64 - le 20 février 2018 à 10h41

    Un choix fait de raison .

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).