CdL (M)

Montpellier, St Raphaël et Ivry au Final 4

La logique a été respectée mercredi soir lors des trois premières rencontres des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Ivry, qui a dominé Pontault après prolongations (23-26), St Raphaël qui s’est défait de Chambéry (33-29) et Montpellier qui a écarté Toulouse (36-27) participeront au Final 4 de la compétition. Suite et fin des quarts de finale jeudi avec le choc PSG-Nantes.

Saint-Raphaël force la décision sur la fin

Varois et chambériens ont livré un beau combat mercredi soir. La première période est équilibrée entre les deux formations (16-15 à la pause). Emmené par Raphaël Caucheteux (8 buts), Saint-Raphaël a dû attendre les dix dernières minutes de la rencontre pour forcer la décision. Les joueurs de Joël Da Silva, qui avaient trois longueurs d’avance à 16 minutes de la fin, ont vu Chambéry recoller au score par l’intermédiaire d’Anquetil, Tritta, Meyer depuis sa cage et Melic sur penalty (26-26, 50’).

Malgré la disqualification de Lynggaard pour une troisième exclusion de deux minutes, Saint-Raphaël hausse le ton en inscrivant un 3-0 (29-26, 54’). Chambéry tente de revenir au score mais la défense varoise, ainsi que Popescu dans les cages, veillent au grain. Le SRVHB l’emporte de quatre buts (33-29) et disputera le Final 4 au Mans les 16 et 17 mars prochains.

Montpellier sans trembler

La réaction héraultaise était scrutée de près après la leçon de handball infligée par le PSG dimanche dernier dans sa salle. Même privé de son maître à jouer Diego Simonet, le MHB n’a pas tremblé pour se défaire de Toulouse (36-27). Montpellier a en effet toujours fait la course en tête, laissant les joueurs de la Ville Rose à bonne distance (13-8, 20’). Trop tendre en défense, le Fenix se fait punir par Melvyn Richardson (7 buts) et Jonas Truchanovicisu (6 buts). Les 11 pertes de balle toulousaines sont autant de munitions parfaitement exploitées par les héraultais, qui virent largement en tête à la pause (19-13).

La seconde période est parfaitement gérée par le MHB, qui profite notamment de la réussite de Faustin à la finition. A la lutte pour le maintien depuis le début de saison, Toulouse démontre ses limites actuelles et s’incline au final de neuf buts (36-27). Pour les toulousains, la réception de Pontault mercredi prochain en championnat sera capitale pour la suite.

Ivry au bout du suspense

Entre Pontault-Combault et Ivry, deux équipes qui se connaissent bien, la rencontre a tenu toutes ses promesses. Il a en effet fallu des prolongations pour départager les deux clubs franciliens. Dans une rencontre marquée par les approximations des deux côtés (15 pertes de balles pour chaque équipe !), ce sont les pontellois qui lancent parfaitement leur match. Les joueurs de Chérif Hamani mettent beaucoup de rythme et trouvent des solutions en attaque (8-4, 16′). Le carton rouge infligé à Rémi Leventoux, l’homme en forme côté seine-et-marnais (8 buts la semaine passée contre Dunkerque), est un coup dur. A la pause, l’USI reste cependant à distance (12-9).

Les joueurs de Sébastien Quintallet trouvent davantage de solutions au retour des vestiaires. Profitant du désormais traditionnel trou d’air pontellois en début de seconde période, Ivry marque un 4-0. Un véritable mano à mano s’engage alors entre les deux formations. Pontault se donne de l’air en comptant trois buts d’avance à cinq minutes de la fin (21-18, 55′) mais l’USI inscrit un 3-0, dont un but de Yosdany Rios à 15 secondes de la fin (21-21). Les prolongations tournent ensuite à l’avantage des val de marnais. Vium, Bataille, Rios et Persson permettent à Ivry de retrouver le Final 4 de la Coupe de la Ligue douze ans après sa dernière participation.

Olivier Poignard

HandNews nouvelle application

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. Jp - le 12 décembre 2018 à 22h50

    Bravo ivry

  2. bombjack4M - le 13 décembre 2018 à 00h49

    Encore zéro arrêt pour Gérard, le sélectionneur n'est visiblement pas inquiet puisqu'il reste le numéro 1

  3. Philippemhb - le 13 décembre 2018 à 10h00

    Ça permettra de moins regretter son départ mais quid de son futur remplaçant (en face hier soir) dont le recrutement hâtif reste, pour moi, une véritable énigme. Maintenant je ne demande que ça qu’il me fasse mentir l’année prochaine. Heureusement que Nikola Portner se bonifie de matchs en matchs.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).