EdF (M)

Une médaille de bronze qui fait du bien

L’équipe de France, en remportant la petite finale du championnat d’Europe face au Danemark (32-29), a accroché la médaille de bronze. Un résultat satisfaisant aux yeux de tous.

La formule de ce championnat d’Europe est décidément bien vexante. La Suède, si elle venait à perdre la finale, finirait mieux classée que l’équipe de France, qui en aurait laissé passer trois de moins. Curieux, non ? Mais telle est la réalité sportive. Après avoir déclaré hier qu’ils voulaient se récompenser en allant chercher la médaille de bronze, les Français ont montré que ces mots n’étaient pas que du vent. Et, loin d’être blasés, ce sont les cadres qui ont le plus participé à cette conquête. Nikola Karabatic, en difficulté vendredi face à l’Espagne, a inscrit neuf buts et donné six passes décisives, martyrisant la défense adverse pendant soixante minutes. Cédric Sorhaindo, s’il a moins marqué, a lui aussi été impeccable dans son investissement. “Quand on voit des mecs comme Sorhaindo, Karabatic, Guigou, qui jouent pendant une heure, qui finissent morts sur le terrain juste pour une médaille de bronze, je trouve ça magnifique” disait Adrien Dipanda tandis que Karabatic relatait une discussion que les joueurs avaient eu hier soir : “Quand on avait un peu la tête dans le trou, les jeunes nous ont dit que certains d’entre nous avaient déjà tout gagné plein de fois mais qu’ils n’avaient aucune médaille, et que gagner le bronze compterait énormément. Ca nous a donné la chair de poule et beaucoup de motivation pour aujourd’hui.”

“Une petite cicatrice va rester”

Cette médaille efface-t-elle cependant l’amertume laissée par la prestation ratée qu’on a pu voir vendredi ? “Il y a une petite cicatrice qui va rester. Je vais rester longtemps dans les vestiaires, pas forcément envie de regarder la finale” souriait, un peu triste Valentin Porte. Mais, si les Bleus auraient évidemment préféré l’or , il ne faut oublier qu’il y a trois mois, à la Golden League, ils avaient subi la foudre du Danemark et de la Norvège, deux adversaires qu’ils ont dominé pendant cette quinzaine croate. “Si on m’avait dit alors qu’on repartirait avec le bronze autour du cou, j’aurais signé tout suite parce que je nous voyais très loin de ce niveau-là” acquiesce le gaucher montpelliérain. L’après Omeyer et Narcisse allait forcément être compliqué à aborder, d’autant plus que sur cette compétition, les Bleus se sont retrouvés avec l’unique Romain Lagarde au poste d’arrière gauche après deux matchs. “Et il ne faut pas oublier, non plus, que huit joueurs, soit la moitié de l’effectif, n’avaient jamais joué une demi-finale auparavant” souligne également le sélectionneur Didier Dinart, mettant en avant le manque d’expérience de ses troupes.

Le bronze, un mal pour un bien ?

Cette médaille de bronze est-elle annonciatrice de beaux jours à venir pour l’équipe de France ? Au vu des prestations et des promesses montrées par la plupart des jeunes pousses, on peut sans trop de doutes répondre que oui. Dika Mem et Romain Lagarde, en particulier, ont été en vue en Croatie et avec un peu plus de matchs internationaux dans les jambes, ils pourront sans doute encore plus apporter qu’ils ne l’ont fait là. Surtout avec plus de constance et de régularité. “Et finalement, cette médaille de bronze est une piqure de rappel. Elle nous dit qu’il faut travailler deux fois plus, peut-être qu’une médaille d’or nous aurait permis de continuer sur des lacunes” analyse le capitaine Cédric Sorhaindo. Ce bronze montre finalement le caractère qu’a su avoir cette équipe de France, donne de la confiance pour la suite mais agit comme un rappel du chemin restant à parcourir. Elle permet, surtout, aux Bleus de partir sur une note positive de Croatie. Et c’est déjà pas mal.

Les statistiques :

FRANCE – DANEMARK 32:29 (17:14)
Arbitres : Sorin-Laurentiu Dinu, Constantin Din (ROU)

France : Dumoulin (8 arrêts / 35 tirs dont 1/3 pén), Gérard (3 arrêts / 5 tirs); Rémili (2/2), Lagarde (0/2), N. Karabatic (9/11), Mahé (5/7 dont 1/2 pén), Abalo (5/7), Sorhaindo (5/8), Guigou (1/2), L. Karabatic, Afgour, Claire, Dipanda (1/1), Porte (4/5), Tournat (0/1), Caucheteux (0/1 dont 0/1 pén)

Danemark : N. Landin (2 arrêts / 7 tirs), Green (11 arrêts / 35 tirs dont 2/3 pén), Møller; Kirkelokke (1/4), M. Landin, Mortensen (4/5), Lauge Schmidt (4/8), Zachariassen (2/2), Svan, Lindberg (12/14 dont 1/2 pén), Møllgaard, Mensah (1/4), H. Toft Hansen (2/2), Hansen (2/7 dont 1/1 pén), Olsen, Damgaard (1/3)

A Zagreb, Kevin Domas

62 CommentairesPoster un commentaire

  1. Coco - le 28 janvier 2018 à 21h16

    Dommage d’avoir raté la demi-finale face à l’espagne. Un beau parcours quand même. Bravo les bleus!

  2. Romuald 83 - le 28 janvier 2018 à 21h18

    Bravo les bleus !!! Pour moi vous êtes médaillés d’or car vous n’avez perdu qu’un seul match !!! Bravo

  3. james - le 28 janvier 2018 à 21h19

    Bravo aux Bleus d’avoir relevé la pente, une médaille même en bronze a de la valeur, surtout pour ceux qui n’en ont jamais eu !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves