Euro 2018

La Slovénie prête à jouer les trouble-fêtes

La Slovénie et le Monténégro, futurs adversaires de la France, entrent en lice aujourd’hui à Nancy dans le groupe B (21 heures). Une rencontre qui peut déjà donner des indications dans cette poule après la défaite des Bleues hier. 

Assister à un Slovénie / Monténégro, c’est un peu comme avoir un Buducnost contre Krim en Ligue des Champions, à quelques exceptions près. Deux clubs qui sont le réservoir de leur sélection nationale respective, un peu à l’image de Metz en France. Avec le Monténégro, 11 joueuses de Buducnost sur les 16 sélectionnées et en Slovénie, 9 joueuses de Krim. Deux clubs qui ne se sont pas affrontés sur la scène européenne depuis la saison 2014-2015. En sélection, les deux nations se sont rencontrées qu’à trois reprises en compétition et c’est le Monténégro qui est toujours ressorti vainqueur. La vapeur pourrait pourtant s’inverser quand on voit que la Slovénie progresse d’année en année. En 2016, elle avait terminé 14e, elle se qualifiait pour les huitièmes de finale du mondial en Allemagne, renversant la France sur son match d’ouverture (24-23), tombant face à la Suède par la suite (33-21). « Notre objectif était déjà de se qualifier pour cet Euro, maintenant ce n’est que du plus pour nous, on va encore essayer de créer la surprise » nous confie Ana Gros « très contente de jouer cet Euro en France, surtout ici près de Metz » où elle avait pris ses marques en 2014. Des progrès en partie dus à ces joueuses de plus en plus importantes sur la scène internationale. La gauchère est devenue la star incontestée de l’équipe, qui fait les beaux jours de Brest, après avoir régalé la Lorraine et Metz pendant quatre saisons. Elle retrouvera d’ailleurs une ancienne de la maison messine, Marina Rajcic. « On se connaît bien toutes les deux, mais je trouve que dans ce genre de duel la gardienne a souvent l’avantage psychologique. Je ne vais pas trop y penser pour ne pas trop réfléchir et ne pas faire de bêtises » explique la Brestoise.

“Un match très physique”

Mais en face, le Monténégro a l’expérience, qui fait peut-être encore défaut à son adversaire. Des joueuses comme Katarina Bulatovic, Majda Mehmedovic, Jovanka Radicevic et Marina Rajcic qui sont des piliers sur lesquels la jeune génération de Durdina Jaukovic (21 ans) peut largement s’appuyer. « Le Monténégro est une équipe qui a un peu le même style que nous, un handball des Balkans, ça va être un match très physique » analyse la gauchère. Une équipe complète, dont les arrières sont assurés par des jeunes talentueuses, ce qui peut certainement faire la différence sur cette première rencontre des deux formations, qui peut laisser la place à quelques surprises.

De Nancy, Maxime Cohen.

HandNews nouvelle application

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).