Euro 2018

Laura Flippes: valeur sûre à droite

Depuis le début de la compétition c’est l’atout sûr de l’équipe de France à droite. D’une précision chirurgicale devant le but, Laura Flippes régale et ne rate pas grand chose sur son aile droite. Même quand il s’agit de jouer sur la base arrière, elle répond présente. Elle est la joueuse française la plus en réussite jusqu’alors, comme cela avait été le cas l’an passé en Allemagne.

Sur le côté droit, discrète mais efficace, Laura Flippes n’a pas raté grand-chose depuis le début de la compétition. Peut-être un petit passage à vide contre la Suède en attaque, un peu à l’image de l’équipe mais rien de bien inquiétant. Elle est vite remontée en selle mercredi face à la Serbie, pour obtenir une qualification en demi-finale. L’an passé, elle avait déjà été impressionnante par sa réussite. Avant les quarts de finale, elle affichait un taux de réussite important sur l’aile (12/15). Sur ce championnat d’Europe, elle est repartie sur ces mêmes bases solides avec seulement deux échecs depuis le début de la compétition (16/18 au tir, 89% de réussite), cela en fait la Française la plus efficace. « L’année dernière elle avait franchi un cap sur la compétition. Ce qu’elle fait depuis le début de saison avec Metz en Ligue des Champions, est dans la lignée. Je suis contente pour elle parce qu’elle a toujours eu ces qualités mais mentalement elle était peut-être moins stable et les quelques échecs pouvaient la faire douter. Je pense qu’elle a vraiment pris en maturité et en expérience » décrit Camille Ayglon-Saurina avec qui la Messine échange beaucoup.

(photo : Bertrand Delhomme)

La clé ? Peut-être une nouvelle approche des matchs, détendue. « Je discute et j’échange beaucoup avec les filles. Ca m’aide à moins stresser et à vraiment voir les choses différemment, on parle des adversaires » reconnaît-elle « Je discute beaucoup avec Camille (Ayglon-Saurina) et Alex (Lacrabère) elles enrichissent mon jeu, elles me mettent en confiance, que ce soit en défense ou en attaque, elles sont derrière moi et le ressens. Je pense que c’est pour ça que je suis aussi bien, je ressens le poids de toute l’équipe qui me porte ».

Même si elle ne se considère pas comme numéro un sur le poste, c’est à elle qu’Olivier Krumbholz fait appel pour débuter les matchs depuis le début de la compétition. Une habitude qui fonctionne, même si généralement, au bout d’un quart d’heure, le tacticien messin fait ses premiers changements. Face au Danemark elle avait été trouvée très rapidement sur grand espace pour mettre les Françaises dans de bonnes dispositions, comme face au Monténégro où elle est décisive à deux reprises dans les six premières minutes quand la France mène 4-0.

Ailière, mais pas que…

(photo : Bertrand Delhomme)

Sur ce championnat d’Europe, les ailières ont d’ailleurs beaucoup été sollicitées. Que ce soit sur grand espace où elles ont perdu très peu de ballons, mais aussi en attaque placée. La raison ? La continuité, chère à Olivier Krubmholz depuis le début de la préparation que l’équipe a retrouvée, ce qui lui a permis de rayonner dans ce secteur de jeu. « Forcément, quand il y a plus de continuité, les équipes ont tendance à fermer dans le secteur central et les espaces s’ouvrent sur les extérieurs » analyse la gauchère. Du mieux dans le jeu d’attaque tricolore qui a permis aux ailières (à gauche et à droite) de marquer 54 buts depuis le début de la compétition et notamment de faire un festival lors de leur dernier match face à la Serbie.

(photo : Bertrand Delhomme)

Une dernière rencontre à Nantes où Olivier Krumbholz a même offert quelques minutes de bonheur à Laura Flippes, en l’alignant sur le poste d’arrière, à côté d’Estelle Nze-Minko à la mène et Orlane Kanor de l’autre côté. « J’adore ce poste, ça fait partie de mon jeu » expliquait Laura après la criante victoire face à la Serbie « Je suis toujours hyper contente de jouer arrière, quand Olivier me dit d’aller me préparer pour rentrer arrière, c’est la fête dans ma tête ! ». Un poste qu’elle occupe plus souvent avec son club de Metz qu’en équipe de France mais dans lequel la gauchère peut être très performante, grâce à ses qualités de duel qui lui ont notamment permis de transpercer la défense serbe en toute fin de match. Une possibilité qu’Olivier Krumbholz peut garder sous la main pour apporter encore plus de variété au jeu d’attaque, déjà difficile à décortiquer pour les adversaires.

Maxime Cohen.

HandNews nouvelle application

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. pulpompa - le 14 décembre 2018 à 01h19

    Si elle "Flippes" moins ca va aller mieux, quid de Siraba, étonnamment en échec depuis deux matchs? J'espère que son talent va resurgir dès le prochain match

  2. Kat - le 14 décembre 2018 à 14h00

    On te kiffe Laura

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).