Proligue – J9

Chartres étrille Saran et devient leader

Le choc du haut de classement a finalement abouti à une correction : Chartres a largement dominé Saran et est désormais le leader de la Proligue. Nancy est désormais seul troisième, tandis que Grenoble signe une bonne opération en bas de classement.

“C’est une piqure de rappel avec une aiguille d’un diamètre relativement important, forcément ça fait mal quand ça rentre dans la peau, mais au moins c’est fait.” Le constat est signé Fabien Courtial, l’entraîneur de Saran, au sortir de l’opposition de son équipe face à Chartres. Avant ce match, Saran était leader et invaincu en championnat. Face à son dauphin, Chartres, qui apparaît comme l’équipe ayant l’effectif le plus solide de Proligue mais qui n’a pas toujours eu la constance nécessaire sur certaines sorties, la méfiance était de mise. “Je savais que Chartres avait le potentiel pour sortir des grands matchs, affirme Courtial. Et ma crainte était que, face à une équipe cataloguée comme leader, ils n’aient pas les passages à vide qu’ils ont pu avoir.” La crainte s’est avérée fondée.

Enfin une performance constante sur un match pour Chartres

Car après un bon départ des Saranais (4-1, 4′), Chartres s’est mis en mode rouleau compresseur en marquant huit buts de suite (4-9, 19′). Saran, resté quinze minutes sans marquer, a aussi perdu Jérémie Courtois sur blessure très tôt dans le match (7′). La suite de la soirée a donc pu paraître longue aux spectateurs, qui n’ont pas pu voir leur équipe recoller au score. L’écart, resté de cinq longueurs avant la pause (10-15, 30′), gonfle au retour des vestiaires avec la barre des dix buts franchie sur une réalisation d’Aurélien Tchitombi (11-21, 36′). Porté par un Youssef Ben Ali des grands soirs (10 buts) et bien aidé par une bonne performance de Nebojsa Grahovac dans les buts (14 arrêts, 39%), Chartres a été impérial et s’impose largement (22-33). Avec un tel scénario, un peu inattendu, Jérôme Delarue ne pouvait avoir que le sourire. “Ce qui m’a plu surtout ce soir, c’est qu’on a été constant tout au long du match, et ça, c’est quelque chose qu’on n’avait pas encore fait depuis le début de la saison”, a déclaré le coach chartrain à l’Écho républicain. Chartres peut s’appuyer sur sa grosse performance pour continuer d’avancer, désormais en tête. Du côté de Saran, on accepte la lourdeur de la défaite. “Je me dis que quitte à prendre zéro point, autant les prendre comme ça plutôt que sur un buzzer où tout le monde est écroulé par terre, estime Fabien Courtial. Ils ont été beaucoup plus forts que nous et le résultat est presque logique. On n’a pas un gros effectif et quand des joueurs sombrent, c’est compliqué.” Saran devra retrouver les ressources mentales avant d’aller affronter Créteil vendredi prochain.

Nancy seul troisième

Ce ne sera pas facile pour Saran, puisque Créteil est invaincu à domicile. Les Cristoliens restent cependant fanny à l’extérieur. Ce n’est pourtant pas passé loin du côté de Cherbourg : après avoir renversé la tendance en cours de deuxième mi-temps (18-14, 37′ ; 18-22, 48′), Créteil tenait un avantage d’un but sans changement au score dans les cinq dernières minutes (24-25, 55′). Puis, sur le gong, Fabien David marque et offre un point aux Normands (25-25). Créteil n’est pas le seul club d’Ile de France à avoir fait nul à l’extérieur, puisque c’est aussi le résultat de Massy dans la salle de Nice (24-24). Le club de l’Essonne a été malmené par les coéquipiers de Tom Guillermin (7 buts), bien aidés par la grosse performance de leur gardien Darius Makaria (19 arrêts, 48%), auteur notamment d’un arrêt dans la dernière minute sur Luka Brkljacic, meilleur buteur du match (8 buts dont 6/7 pen.). Nice récupère un point mérité et important pour le maintien.

Pendant que Créteil et Massy ne prennent qu’un point, Nancy en prend deux et devient dès lors le seul troisième du championnat. Le GNMHB, emmené par Steeven Bois (7 buts), a dominé son sujet à Schiltigheim face à Strasbourg, avec une large avance acquise en première période (11-17, 30′) et maintenue en deuxième période pour une victoire qui ne souffre d’aucune contestation (26-29). Michele Skatar avait pourtant marqué huit buts pour l’ESSAHB, qui reste dans la zone de relégation, avant un nouveau match à domicile la semaine prochaine, face à l’autre promu, Grenoble.

Grenoble s’éloigne davantage de la zone rouge

Le club isérois a signé une très bonne opération ce vendredi. Recevant Saint-Marcel-Vernon à Saint-Martin-d’Hères, les Rouges, emmenés par Yannis Jourdan (7 buts) ont pris les devants dans les vingt dernières minutes, en signant un 5-0 en six minutes (18-17, 42′ ; 23-17, 48′) et en conservant l’avantage dans les derniers instants du match pour une victoire confortable (30-23). Avec sa troisième victoire de la saison, Grenoble s’éloigne davantage de la zone rouge avec désormais six points d’avance sur Strasbourg, le premier relégable, et cinq sur Vernon, son adversaire de la soirée. Grenoble rejoint Sélestat au classement, bloqué à huit points suite à sa défaite à Limoges, autre équipe du milieu du classement (29-27).

Pour revenir au bas du classement, Vernon se retrouve en mauvaise posture, voyant Nice prendre un point et Grenoble deux. Les Normands se retrouvent dans un match à trois avec Strasbourg et Caen. Les Caennais n’ont toujours pas le sourire cette saison, avec une nouvelle défaite, cette fois à Dijon. Proches au score, les Vikings ont finalement gâché une occasion d’égaliser dans la dernière minute avec un tir à côté, eux qui avaient auparavant tellement échoué sur Wissem Helal (20 arrêts, 44%). Dijon s’en sort bien et repart avec les deux points de la victoire, pour rejoindre ainsi Créteil et Massy à la quatrième place. Pour Caen, c’est désormais la neuvième défaite en autant de rencontres. Il faudra encore tout faire pour stopper la sale série vendredi prochain, à domicile face à Sélestat.

Mickaël Georgeault (avec Kevin Domas)

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos Proligue

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. Tino - le 18 novembre 2018 à 11h22

    Bravo les bleus grand match à Saran et un énorme grahovac et un énorme youssef ben ali et en plus les supporters chartrains qui ont donné de la voix pendant 60 minutes.les saranais ont vite étaient dépassé. Pourtant ils annoncent des grands joueurs dans leur équipe ont les à pas vu sur le terrain .Allez Chartres

  2. Tino - le 18 novembre 2018 à 11h32

    Il y a pas d’ambiance à Saran. Les gens sont des spectateurs pas des supporters. Les 60 chartrains ont mis le feu dans les tribunes

  3. Mon - le 18 novembre 2018 à 13h07

    Saran joue qu’avec 10 pros, forcément quand il y en a qui se blaisse c’est compliqué de jouer les matchs les uns après les autres. Malgré de bon jeunes sur le banc, certains pros ne pourront pas tenir toute la saison comme ça.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).