Mondial 2019 (F)

Des joueuses suspectées de pratiques dopantes écartées de leur sélections

Depuis trois jours, la Roumanie est secoué par un scandale qui prend chaque jour une tournure plus préoccupante. Lundi, la Gazeta Sporturilor a révélé que trois joueuses du Corona Brasov, actuel deuxième du championnat roumain, étaient suspectées d’avoir eu recours à des pratiques dopantes : une thérapie au laser par intraveineuse. Cette pratique, interdite par l’Agence Mondiale Antidopage, vise à aider à la récupération après l’effort. Parmi ces trois joueuses, deux figuraient dans la liste de l’équipe nationale pour le prochain mondial au Japon : Cristina Laslo (photo de tête) et Bianca Bazaliu.

Rapidement, le club a communiqué en ces termes rapportés par nos confrères de L’Equipe : « ce n’était pas pour augmenter les performances sportives mais pour fournir un traitement médical de récupération, pour la fatigue qu’elles accusaient et pour des problèmes médicaux plus anciens, ».

Puis hier, nouveau rebondissement dans cette affaire. Prosport.ro, deuxième journal sportif du pays, rapporte que d’autres internationales convoquées par leurs sélections pour le Mondial et évoluant au Corona Brasov pourraient recevoir des convocations de l’Agence Mondiale Antidopage prochainement : Eliza Buceschi et Daria Bucur pour la Roumanie mais également la Brésilienne Elaine Gomez et la Monténégrine Ivona Pavićević.

Face à ce scandale naissant, Tomas Ryde, le sélectionneur roumain, a choisi d’écarter toutes les joueuses du Corona Brasov de sa liste et de faire appel à Patricia Vizitiu (notre photo), Anca Polocoser et Elena Dache pour les remplacer dans l’avion qui partait pour le Japon ce matin. Une énorme perte sportive pour la Roumanie. Si les suspicions de dopage s’avéraient infondées, Cristina Laslo, Bianca Bazaliu, Eliza Buceschi et Daria Bucur pourraient prendre la direction du Japon en cours de compétition. “Honnêtement, je ne peux plus parler d’objectif pour notre sélection, a expliqué Alexandru Dedu, le président de la Fédération Roumaine. Nous avons déjà essayé de trouver une solution pour que notre sélection se rende au Japon et soit à l’abris de problèmes potentiels. Nous essayons de trouver les meilleures solutions pour surmonter cette crise.”

Devant l’ampleur de l’affaire, Per Johansson et la Fédération Monténégrine ont également choisi d’écarter Ivona Pavićević de leur groupe au dernier moment.

Si la pratique dopante étaient avéré, toutes les joueuses concernées pourraient écoper de quatre ans de suspension des terrains.

La liste de la Roumanie :

Gardiennes : Diana Ciucă (Vâlcea), Denisa Dedu (CSM București), Yuliya Dumanska (Vâlcea)
Ailières gauches : Cristina Florica (Vâlcea), Ana Maria Iuganu (Gloria Buzău)
Arrières gauches  : Cristina Neagu (CSM București), Gabriela Perianu (CSM București), Anca Polocoșer (Minaur Baia Mare)
Demi-centre : Elena Dache (Dunărea Brăila), Laura Pristaviță (Gloria Bistrița), Mădălina Zamfirescu (Vâlcea)
Arrières droites : Patricia Vizitiu (SCM Craiova)
Ailières droites : Aneta Udrișitioiu (Dunărea Brăila), Sonia Seraficeanu (Minaur Baia Mare)
Pivots: Raluca Băcăoanu (Vâlcea), Lorena Ostase (CSM Slatina), Crina Pintea (CSM București)

Pub Espace Pronos EDF

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. GuyMoselle - le 20 novembre 2019 à 18h04

    c'est triste ces pratiques

  2. cochonne - le 20 novembre 2019 à 22h34

    Bonjour
    Elles pourront toujours monter une équipe pour participer au prochain tour de France…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).