EL (M)

Nîmes manque encore sa fin de match

Remi Desbonnet (Nimes)

La déception peut être grande du côté de l’USAM, qui laisse une nouvelle fois la victoire lui filer entre les doigts à Bucarest. Les Montpelliérains ont par contre roulé sur une équipe du Besiktas clairement pas au rendez-vous.

Toujours privés de Nyateu, Salou, Poyet et désormais Kavticnik, touché face à Istres, les joueurs de l’USAM se déplacent en Roumanie avec l’objectif de se rattraper après leur courte défaite face à Kristianstad la semaine passée.

Le début de rencontre est poussif. Les deux équipes balbutient en attaque, mettent du temps à régler leurs shoots et perdent quelques ballons. Dans ce contexte, Benjamin Gallego va être l’ange gardien de son équipe, récupérant plusieurs ballons après des shoots manqués, ou présent sur les contre-attaques (5/5 en 17 minutes). En face, c’est le demi-centre Serbe Stefan Vujic qui tient la marque en début de rencontre. Pourtant, alors que la Green Team commence à prendre un premier avantage (4-6, 10e), c’est lui qui est sorti au profit de l’Angolais Hebo. Bien en aura pris au coach des locaux, dont l’équipe va revenir dans le match, jouant mieux avec l’ex-Montpelliérain Mamdouh à l’intérieur.

Benjamin Gallego (Nîmes)

Hebo ramène son équipe à hauteur d’un tir à 9 mètres à la 15ème minute (7-7, 15e) et son équipe continue sa lancée profitant des largesses défensives des Nîmois qui avaient pourtant bien débuté le match dans ce secteur. Après deux séquences offensives chaotiques, laissant les partenaires de Michaël Guigou sans solutions face à une défense roumaine mobile et agressive, Franck Maurice pose son temps mort. La réaction des Verts est immédiate. Sanad, après plusieurs shoots manqués en début de match, score 2 fois en une minute et ramène les siens à hauteur. En supériorité numérique, Desbonnet s’illustre en marquant dans la cage vide et Ahmed Hesham offre un puissant shoot en appuis pour conclure le 4-0 de son équipe, conduisant leurs adversaires au temps mort (10-12, 24′). Avec le retour de Vujic et l’exclusion de Tobie, la dynamique gardoise se brise et les Roumains reviennent. Heureusement, Hesham se montre très efficace à 9 mètres, profitant du focus de la défense sur Minel. Sur un dernier but de Sanad sur contre-attaque, les Français parviennent à garder une courte longueur d’avance (MT : 14-15).

Ahmed Hesham Elsayed (Nimes)

Gallego et Hesham, hommes forts de l’USAM

Le gardien Iranien Saied Heidarirad rentre bien des vestiaires, et par ses arrêts à 6 mètres sur Rebichon, Gallego et Hesham, il donne l’opportunité à ses partenaires de revenir dans le match (16-15, 32′). Mais Gallego veille. Sur récupération de balle, contre-attaque ou kung-fu, l’homme à tout faire redonne de l’air à ses partenaires (16-18, 35′). Pourtant, les exclusions de Tobie puis Hesham vont changer la donne. En infériorité voire double infériorité, les Verts voient leur adversaire revenir, et Vrankovic égalise (19-19, 38′). Mais à partir de là, les Gardois vont revenir. De nouveaux gros shoot de loin de Hesham, deux exclusions pour les Roumains, et nos Français prennent le plus gros écart du  match (20-23, 46′). Mais le temps mort roumain, une nouvelle fois, est déterminant.

Mohammad Sanad (USAM Nimes Gard)

Les Nîmois passent à côté de leur fin de match

De retour du temps mort, les locaux retrouvent plus d’activité défensive et récupèrent des ballons Nîmois, dans une ambiance de plus en plus tendue entre les deux équipes. Sur une nouvelle perte de balle de ses hommes, Maurice prend son dernier temps mort (25-24, 54′). “Il reste 5 minutes, alors on y va à fond sinon on va le regretter ! On va la chercher !” Par les mots de Quentin Dupuy, on sent toute la volonté de la Green Team qui ne veut pas revivre le scénario vécu une semaine plus tôt. Mais de retour aux terrains, la pression pèse sur les épaules des Français, le jeu offensif est hâtif, et les Roumains récupèrent la balle puis marquent sur pénalty (26-24, 55′). L’USAM change de dispositif tactique, et place Benjamin Gallego en 5-1 très haut sur les arrières adverses. Choix tactique payant, les visiteurs récupérant 2 ballons coup sur coup. Malheureusement, c’est le héros du soir qui en sera aussi le  martyr, et Gallego manque plusieurs occasions de marquer dans les dernières minutes. Une zone, deux échecs à 6 mètres, et l’ailier roumain Negru clot le match sur contre-attaque (28-25, 58′). Les joueurs du Dinamo s’impose finalement de 2 longueurs et décrochent leur premier succès dans cette phase de groupes (SF : 29-27). Les usamistes peuvent nourrir des regrets en subissant une seconde défaite en trois matchs européens. Prochain rendez-vous samedi, avec la réception de Tremblay.

Bucarest :

Botea (4/9), Asoltanei, Negru (7/7, dont 4/4 pen.), Gavriloaia (3/3), Hebo (1/2), Humet, Savenco, Vujic (4/6), Bizau (1/1), Vrankovic (5/9), Mousavi, Mamdouh (4/5), Bannour (0/5), Szasz. Saeid (11/33, dont 0/3 pen., 33%), Missaoui (3/8, 38%).

Nîmes :

Desribourg, Gibernon, Tesio (0/1), Guigou (0/2), Tobie (1/3), Acquevillo, Nieto, Dupuy (1/2), Minel (2/4), Gallego (8/11), Hesham (6/7), Rebichon (1/4), Sanad (7/10, dont 3/3 pen.). Desbonnet (11/38, dont 0/2 pen., 29%. 1 but), Paul (0/2, dont 0/2 pen.)

Benjamin Bataille (Montpellier)

Montpellier terrasse le Besiktas

Ce soir, les deux équipes sur le terrain de Bougnol n’évoluaient clairement pas dans le même monde. Et Montpellier a dominé les Turcs de Besiktas comme on a rarement l’occasion de le voir. L’opposition au score dure 5 minutes, mais très vite les Héraultais créent un écart impressionnant. S’en remettant quasiment exclusivement aux expérimentés Ramazan Döne et Josip Buljubasic, tous deux en échecs, les champions de Turquie ne proposent pas grande chose en attaque, et sont amorphes en défense. L’écart grimpe en flèche, et la catastrophe n’est même pas ralentie par les temps morts du coach turc. Les rares visiteurs qui parvenaient à franchir la défense étant systématiquement bâchés par Marin Sego, aucune lueur ne luit dans le tunnel que traverse le pivot Mehmet Demirezen (1/6 en première période) et ses coéquipiers. A la pause, Marin Sego tourne déjà à 65% d’arrêts avec 13 parades, et l’écart est de 16 longueurs d’avance pour son équipe (MT : 23-7). Sûrs de leur victoire, les Montpelliérains ont géré en seconde période, en brillant néanmoins moins qu’en première période, la faute à une attaque moins en verve (7 buts marqués lors des 20 premières minutes du second acte), mais les locaux s’imposent sans souci (SF : 40-16).

Giorgi Tskhovrebadze (Montpellier Handball)

Dans cette opposition qui a tourné court, on aura remarqué que le Besiktas a très vite fait entrer ses jeunes, à l’image du demi-centre Gökay Bilim (18 ans), Fatih Çalkamis (21 ans) ou Görkem Biçer sur l’aile droite (21 ans). Ces derniers n’ont pas eu l’occasion de se montrer sous leur meilleur jour, exception faite de l’ailier Biçer (4/6). Montpellier a également pu donner du temps de jeu à Julien Bos ou Giorgi Tskhovrebadze qui ont pu s’illustrer à plusieurs reprises, et revoir Kyllian Villeminot sur le terrain. Les Montpelliérains font ainsi le plein de confiance après 2 succès compliqués face à Nexe et Tremblay. Les hommes de Patrice Canayer se mettent dans les meilleures dispositions avant d’accueillir Dunkerque vendredi.

Montpellier :

Descat (6/8), Borges (2/4), Tskhovrebadze (2/3), Bos (6/7), Bataille (4/4), Pettersson (5/6), Richardson (3/7), Pellas (5/5), Porte (1/1), Lenne (), Simonet (0/3), Villeminot (1/2), Truchanovicius (1/3), Duarte (2/3). Sego (13/20, 65%), Bonnefoi (12/22, 55%).

Besiktas :

Arifoglu (2/5), Demirezen (1/6), Biçer (4/6), Hacioglu (), Ilanç (2/4), Carvalhao (3/8), Döne (1/5), Cebi (1/2), Buljubasic (0/3), Bilim (0/4), Çalkamis (1/9). Günay (7/31, 23%), Turan (3/19, 16%).

Victor Kireev (Moscou)

Magdeburg vaincu en Suède

Dans les autres matchs, il y a un résultat qui fait les affaires du MHB : la défaite de Magdeburg chez les Suédois d’Alingsas (30-29).  Menés une bonne partie de la rencontre, les Allemands étaient parvenus à reprendre l’avantage dans le money time, mais s’incline d’une longueur. Ils auront rencontré de grosses difficultés à traverser Anton Hagvall (18 arrêts, 38%), et à contenir Andreas Lang (8/13). Côté SCM, c’est le jeune arrière droit islandais Omar Magnusson qui s’est une nouvelle fois illustré avec 8 buts. Alingsas prend ainsi la tête du groupe, avec 2 victoires en 3 matchs, grâce au goal-average particulier face à son adversaire du jour. L’autre sensation du soir vient de Moscou, où les Russes ont écrasé les Croates de Nexe qui avaient tant résisté à Montpellier la semaine passée. A la clé, un succès +11 (29-18) avec un immense Viktor Kireev dans les buts (17/31, 55%). Les hommes de Velimir Petkovic devront confirmer la semaine prochaine en recevant le Besiktas.

Enfin, les Rhein-Neckar Löwen se sont logiquement imposés face à l’Eurofarm Pelister (28-20), tout comme leurs compatriotes de Berlin face à Presov (35-27). On saluera la superbe performance du jeune ailier droit des RNL Kaspar Veigel, 19 ans et auteur de 7 buts à 100% d’efficacité. Enfin, Kristianstad, tombeurs de Nîmes il y a une semaine, ont du s’incliner à domicile face au Sporting (27-32).

Antoine Piollat

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Crazy Hand - le 24 novembre 2020 à 23h19

    Bon… Entre le président de Bucarest, son staff, ses joueurs, et les arbitres, ça alterne les bières et l’Unicum.
    Voilà une paie que je n’avais pas vu un bon vieil arbitrage maison comme ce soir à Bucarest.
    Nîmes peut s’estimer lésé de ce point de vue là.
    Puis, j’ai compris que Nîmes avait perdu puisque F. Maurice a changé de système défensif. Deux ballons récupérés d’ailleurs en 2 minutes.
    Enfin, magnifique partie des gardiens nîmois qui ont su élever leur niveau vers celui que les joutes européennes exigent; voilà qui fera plaisir à tout le monde! Non non, fermer la boutique comme à sur le faire Saeid ne sert à rien.

  2. Adrien B - le 25 novembre 2020 à 08h35

    *Kavticnik, touché face à IVRY

  3. Jack3544 - le 25 novembre 2020 à 09h02

    10 dernières minutes incompréhensibles. OK arbitrage, mais c'est la coupe d'Europe.
    Comment passer de 22-24 en 10 minutes à 29-27…3 buts en 10 minutes, mais surtout des échecs à 6 m, face à un gardien en feu.
    De l'autre côté, défense pas présente, pas d'exploits dans les buts.
    Alors problème de mental?
    Problème de coaching?
    Problème de profondeur de banc?

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).