Euro (M)

Pays-Bas et Lettonie, premières encourageantes

Kay Smits (Pays-Bas)

Dans le groupe C de l’Euro, les Pays-Bas et la Lettonie disputaient leur première compétition internationale. Leur élimination était attendue, mais les deux petites nations ont montré une marge de progression.

Pour leur toute première participation à un championnat d’Europe, les Pays-Bas et la Lettonie n’ont pas eu un tirage facile : il leur fallait en effet défier les deux derniers vainqueurs du championnat d’Europe, l’Espagne et l’Allemagne. Mais les deux Petit Poucet de la compétition n’ont pas été ridicules, loin de là. La Lettonie pouvait avoir beaucoup de déception d’être passé à côté de son objectif, au moins une victoire à l’Euro. “On aurait voulu battre les Pays-Bas”, regrettait le capitaine Ingars Dude. Mais les Lettons sont sortis la tête haute en ne lâchant rien sur le dernier match contre l’Allemagne, où ils n’échouent qu’à une longueur. “On a montré que la Lettonie, ce n’était pas seulement Kristopans”, a ainsi lâché Dude après le match contre l’Allemagne. Dainis Kristopans a en effet été le joueur le plus en vue, mais la Lettonie a aussi été capable, par à-coups, de répondre collectivement à ses adversaires, malgré le manque d’expérience de l’effectif. “On n’a pas beaucoup de professionnels, seulement trois ou quatre”, rappelle Dude, lui-même pro à Limoges. Cette participation vient en tout cas apporter un joli point final à la carrière des Girts Lilienfelds, Aivis Jurdzs ou Evars Klesniks, trois anciens joueurs de Bundesliga, avant d’espérer que les jeunes reprennent le flambeau.

Les Pays-Bas ont de l’avenir

L’équipe de Lettonie a en effet une moyenne d’âge élevée (30 ans et demi), et hormis l’ailier droit Uvis Strazdins et l’arrière gauche Niels Kreicbergs (déjà en vue en Ligue des champions avec Cocks), les joueurs qui composaient la sélection à cet Euro ne sont plus en début de carrière. C’est l’inverse pour les Pays-Bas, où une jeune base commence à prendre de l’importance. Les Néerlandais ont montré un jeu attractif, mis en musique par un Luc Steins qui s’affirme de plus en plus. Kay Smits, l’arrière droit de 22 ans actuellement à Holstebro, a aussi marqué les esprits, tandis que les observateurs de la Bundesliga connaissaient déjà les Toon Leenders (pivot), Jeffrey Boomhouwer (ailier gauche) ou encore Bobby Schagen (ailier droit), déjà plus expérimentés. Vainqueurs convaincants de la Lettonie, les Pays-Bas ont accroché l’Allemagne sans pouvoir cependant lutter au-delà de 45 minutes. Contre l’Espagne, les Oranjes n’ont rien pu faire, mais comme les autres équipes du groupe.

“On voulait gagner au moins un match, et on l’a fait, déclarait Luc Steins en zone mixte. On est troisièmes dans le groupe, et pour un premier Euro ce n’est trop mal. Mais on peut faire mieux, et on veut faire mieux.” Les Néerlandais ne sont pas encore au point de se rapprocher des performances de leurs compatriotes féminines, mais on devrait les revoir régulièrement dans les compétitions internationales. Le passage à Trondheim devrait aussi leur servir pour l’avenir. “On a encore une équipe jeune, c’est une super expérience d’être là, ajoute Steins. C’est une super occasion pour les jeunes joueurs de se montrer au reste de l’Europe, et peut-être pour certains d’aller jouer dans les meilleurs championnats européens.” L’enjeu sera en effet que plus de joueurs néerlandais s’exportent de BeNe League pour s’aguerrir davantage dans les grands championnats. Les Oranjes n’en seront que plus mûrs pour les prochaines échéances internationales.

A Trondheim, Mickaël Georgeault

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. leFnake - le 14 janvier 2020 à 16h51

    Et sinon, rien sur le Danemark en position délicate après sa défaite face à l'Islande puis son nul face à la Hongrie ?

  2. Pirate du PCHB - le 14 janvier 2020 à 18h10

    Non, les articles étaient prêts avant l’Euro, mais comme ça tourne (presque) au vinaigre pour eux aussi, il faut réécrire les articles et c’est long!
    Si la Hongrie ne perd pas face à l’Islande, les Danish iront s’entrainer avec nos Frenchies pour la prochaine golden league!

  3. rkj4 - le 14 janvier 2020 à 18h28

    Oui, étonnante apathie des rédacteurs handnews…

    Ceci dit, je n'ai vu que la seconde mi-temps de Danemark-Hongrie et j'ai trouvé le spectacle assez incompréhensible. Sur ces 30 minutes, face à des Hongrois déterminés, solidaires mais assez lents, limités et souvent maladroits (Aïe, les pivots), malgré aussi un excellent Landin, c'est comme si les Danois refusaient systématiquement de remonter leur écart pour afficher une fragilité déconcertante.

    Sans un arbitrage un peu maison sur les bords, les Danois rejoignaient les Français en vacances. Je ne m'inquiète par trop pour eux puisque les Islandais sont dans leur Euro et qu'ils ont absolument besoin de battre les Hongrois pour arriver au tour principal avec 2 points. Si cette fois, les choses respectent la logique, alors Hongrie et Danemark seront à 3 points demain soir. La suite sera une histoire de calculs que je ne comprends pas très bien…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).