Marque

A la découverte du métier de designer maillot

craft

Alors que la plupart des clubs sont encore en vacances ou commencent tout doucement à reprendre, on s’active en coulisses sur les aspects logistiques et équipements. En effet, les tenues officielles des équipes sont validées déjà depuis un moment, encore faut-il maintenant aux équipementiers de pouvoir livrer tout cela dans les clubs. HandNews a décidé de partir à la rencontre du responsable design textile du distributeur BDE, marque qui commercialise et distribue notamment la marque suédoise Craft qui est apparu depuis quelques saisons dans le paysage du handball français. La marque devrait équiper la saison prochaine pas loin de 10 clubs évoluant en Starligue et Proligue ainsi que dans la Ligue Butagaz Energie. Rencontre avec Nicolas Sinniger.

– D’après toi, quelles sont les principales qualités pour être un bon designer maillot ?

Je dirais qu’il faut être curieux, ouvert d’esprit et rigoureux. La documentation, le suivi des tendances et l’imagination sont aussi des qualités primordiales. 

– A travers le design des maillots, tu penses être plutôt audacieux ou modeste ? Car ces dernières années, on note souvent le manque d’audace de certains équipementiers.

J’essaye toujours de raconter une histoire dans mes créations. C’est important de pouvoir expliquer au club le cheminement qui a amené́à ce design. Partager sa vision et ses inspirations. Je n’aime pas faire pour faire, je suis passionné par ce que je fais, aussi j’essaye toujours de ramener de la nouveauté au fil des différentes saisons. De nouveaux détails, des axes graphiques différents pour montrer une autre facette du club tout en gardant ses valeurs. On peut être audacieux dans le choix des sujets traités ou pour les directions graphiques mais il faut toujours tenir compte des couleurs historiques du club et de ses valeurs. Les sponsors sont également une contrainte pour le design dont ils font partie intégrante. Aussi, plus les sponsors sont présents et moins on va pouvoir charger graphiquement le maillot. Mais la tendance actuelle est à la sobriété́. 

– Après avoir évoqué ces différentes contraintes, peux-tu nous en dire un peu plus sur les cahiers des charges de la part des clubs ?

Les briefings ou cahier des charges des clubs pour les nouvelles tenues peuvent être cadrés comme ils peuvent être très libres. Il y a des clubs avec qui on travaille où j’ai carte blanche, dans le respect des couleurs, de l’esprit et des valeurs du club bien sûr. D’autres viennent vers moi avec des idées, des directions et je travaille autour de ces éléments. En général, je fais deux ou trois propositions sur différents axes graphiques et on échange par la suite pour les derniers réglages.

– Et concernant les fédérations et les ligues , est-ce tous les maillots doivent répondre à un cahier des charges ?

Oui bien-sûr. Par exemple, tous les maillots de Starligue doivent répondre à des critères bien spécifiques, c’est ce qu’on appelle la charte graphique des jeux d’équipements. Par exemple, le logo sur la manche doit être positionné à un endroit précis sur la manche. À l’arrière du maillot, le nom des joueurs et les numéros doivent aussi respecter un espacement et une dimension précises. Concernant l’écusson du club à l’avant du maillot, on doit respecter des zones spécifiques mais on est libre de le centrer ou de le placer en cœur en fonction du club. Les couleurs des tenues sont importantes également. Les maillots des gardiens doivent avoir des couleurs différentes de celles des joueurs de champs. Enfin la tenue domicile doit différer de la tenue extérieure, une couleur foncée et l’autre claire. 

craft

– Quel est ton avis sur les deuxièmes et troisièmes maillots, qui sont souvent plus originaux ? Tu as surement plus de « libertés » sur ces maillots secondaires ?

Cela va dépendre du club, mais en général le maillot extérieur va être sur le même design que le maillot domicile mais sur une autre couleur. Il arrive également que le club souhaite un design différent entre la tenue domicile et la tenue extérieure. Ça permet de travailler plusieurs axes graphiques, de raconter plusieurs histoires et commercialement d’avoir une offre en plus. Sur le troisième maillot on peut souvent plus se « lâcher ». Ça peut être un maillot pour une compétition spécifique comme une coupe d’Europe ou pour une opération de communication sur un événement particulier comme le centenaire d’un club. Par exemple, pour son maillot Europe, le club de Saint Raphaël souhaitait mettre en avant le cadre de la station balnéaire, la détente et les vacances. J’ai donc travaillé sur une composition de feuilles de palmiers sur des tons acidulés. Le maillot a beaucoup plu surtout auprès des plus jeunes car il cassait avec les tenues sobres des maillots domicile et extérieur. 

– Où trouves-tu toutes les idées et ces nouveaux designs ? Quelles sont tes principales sources d’inspiration dans l’élaboration des maillots ?

Je me documente beaucoup sur le club, la ville qu’il représente et les supporters. C’est à dire son histoire, sa philosophie, ses couleurs et ses symboles. Parfois le club peut avoir un design signature comme des rayures spécifiques par exemple. Il faut donc garder cette identité graphique et la faire évoluer sans la dénaturer. Un club comme le Fenix Toulouse par exemple tient à la sobriété du design de ses tenues et à son col polo pour un rendu plus habillé. De manière générale tout peut m’inspirer, cela peut être la mascotte du club, un élément de l’écusson du club, l’architecture de la salle ou même un monument de la ville. Les sources d’inspiration et la manière de les retranscrire sont vraiment différentes en fonction du club. 

– Pour toi, quel serait le maillot idéal ? Est-ce que tu as un maillot coup de cœur ?

Pour moi il n’y a pas de maillot idéal car il est propre à chaque club et à son identité. Il est sûr que je préfère pouvoir m’exprimer librement graphiquement, mais les échanges avec les clubs enrichissent aussi le procédé́ créatif et le résultat final. La tendance actuelle est à la sobriété́. Aussi, un maillot avec un motif fort pouvant être décliné sur les supports de communication du club est idéal pour créer un univers graphique fort sur la saison. Pour chaque dossier, je mets du cœur à l’ouvrage, mais il est vrai qu’on me parle souvent d’un maillot de Dunkerque que j’avais fait il y a quelques années. Le symbole du club étant le lion, j’avais décliné sur fond de ciel étoilé la constellation du lion. Quand un club et ses dirigeants me font confiance et osent c’est d’autant plus plaisant de travailler. 

– Est-ce que tous les maillots sont réalisés à partir d’une feuille blanche ou des templates sont utilisés ?

Non, on a pas mal travaillé au fil des années avec notre fournisseur et notre responsable sponsoring pour avoir la matière et la construction idéale pour le handball. Le maillot doit être résistant, souple et agréable à porter.  Aujourd’hui, je pense avoir trouvé le bon compromis, les clubs sont satisfaits, la matière résiste vraiment bien, quand on voit comment certains maillots sont malmenés et la construction nous permet une grande liberté de personnalisation. C’est très important d’attacher une attention particulière à ce que chaque club ait sa propre identité́ et qu’il puisse la défendre. 

– Peux-tu nous décrire l’élaboration d’un projet et les différents facteurs à prendre en compte ? Et combien de temps dure le processus de création pour un maillot ?

Il faut déjà prendre en compte les couleurs du club. En règle générale elles changent peu d’une saison à l’autre mais elles peuvent évoluer. Rajout d’une couleur supplémentaire pour souligner partiellement les principales ou par exemple un bleu royal peut passer sur un bleu marine ou un jaune sur un ton fluo. Mais il n’y a pas de changement total de couleurs principales pour un club d’une saison à l’autre ou alors très rarement. Il y a aussi des échanges avec le club pour voir s’ils veulent mettre une phrase, un logo ou un symbole en avant sur la prochaine saison en lien avec leur campagne de communication par exemple. Pour ce qui est de la durée du processus de création, elle est difficile à déterminer car je travaille en continu sur les dossiers pro. Dès que j’ai une idée je prends un peu de temps, je travaille dessus et je fais des tests pour cadrer deux ou trois pistes différentes. Par exemple à l’heure actuelle certains maillots pour la saison 2021/2022 se profilent déjà.

– Enfin, tu travailles sur combien de dossiers « maillots » en même temps ?

En ce moment, j’ai environ une douzaine de dossiers qui se croisent sur mon bureau dont 8 dossiers spécifiques aux clubs de handball car CRAFT équipe également des clubs de basket, volley et football. A cette période de l’année, les designs entant figés pour la plupart des clubs, on est dans la phase d’échanges pour les derniers réglages. Par exemple, enlever un petit détail, rajouter ou déplacer un sponsor, tester une typographie. Ce sont des allers retours constants entre le club, la responsable sponsoring et moi-même. 

– Comment est-ce que tu pourrais décrire la philosophie CRAFT dans le design des maillots ?

La marque suédoise CRAFT est née d’un besoin de technicité́, plus particulièrement la première couche technique, le base layer. De ce fait, la ligne de conduite du design CRAFT est la sobriété, au travers de lignes épurées, de formes géométriques ou de motifs. Le tout en étant dynamique et actuel. Le logo de la marque et sa déclinaison graphique, les 6 points, se font plus discrets sur le maillot. On ne retrouve pas de répétition de logos ce qui permet de faire respirer le design et de le mettre encore plus au premier plan. Le design CRAFT France c’est le style épuré nordique avec une pointe d’audace à la française. 

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).