Amical

Toulouse détonne en finale de son tournoi

Ayoub Abdi, Toulouse (crédits : @fspezialephotographie)

Au terme de deux matchs encore très offensifs, Nîmes a solidement maîtrisé Granollers (37-31) et Toulouse a surclassé Limoges pour clore sa série de matchs amicaux (39-27).

Au programme de cette journée des finales, Nîmes était opposé à Granollers, pour leur troisième match amical, tandis que Toulouse joue face à Limoges son dernier galop d’essai avant sa rencontre européenne.

Nîmes-Granollers : Salou plie le match en deuxième

Dans la petite finale, Nîmes et Granollers ont à coeur de se racheter après leur défaite de la veille, et le match démarre immédiatement. L’USAM souffre au démarrage face à des arrières catalans en forme, Antonio Garcia et José Marquez en tête de file. Pour autant, cela ne dure pas et les débats s’équilibrent progressivement. En attaque, les arrières nîmois trouvent des solutions et Jean-Jacques Acquevillo se montre une nouvelle fois prolifique avec 5 buts dans le premier acte. Les hommes de Franck Maurice parviennent ainsi à prendre le match en main (8-6, 14′), mais leur défense trop friable autour du pivot leur joue des tours et les Espagnols restent au contact (MT : 17-16).

Antonio Garcia Robledo, Granollers (crédits : @fspezialephotographie)

Le second va être plus que bien géré par la Green Team. Sécurisant leur avance d’au moins deux longueurs, ces derniers vont même parvenir à décoller sous l’impulsion d’un Mathieu Salou en grande forme. Avec 6 buts dans les 20 dernières minutes du match, ses missiles auront été précieux pour plier le match, remporté largement (SF : 37-31).

Au terme de ce tournoi qui aura permis aux deux équipes de tester, et de se tester, Mathieu Salou revient sur le bilan de l’USAM. “Je pense que ça a été un bon tournoi pour se préparer, il y a eu des bonnes choses et forcément des points sur lesquels on doit continuer de progresser, mais il y a de bonnes choses de construites.” L’ex-Cessonnais revient aussi sur son arrivée à Nîmes et dans le groupe. “L’intégration dans le groupe est super, les gars sont tous cool que ça soit le staff, les  joueurs ou la direction. J’essaie de me faire petit à petit du temps de jeu et à ce qu’on me demande. Aujourd’hui, je suis super content de ma deuxième mi-temps, ça fait du bien de retrouver un peu de jeu et de pouvoir dérouler. Parce que sur les deux premiers matchs amicaux, le temps de prendre des repères c’était un peu compliqué, mais maintenant j’espère que ça va continuer dans ce sens là et que ça sera toujours positif.

Érik Balanciaga, Toulouse (crédits : @fspezialephotographie)

Toulouse-Limoges : Une attaque occitane instoppable

Pour son dernier match amical avant les qualifications pour la Ligue Européenne, le Fénix affronte Limoges, et peut compter sur le retour de son gaucher algérien Ayoub Abdi. Et il va être précieux pour son équipe. Dès l’entame de match, si on excepte les deux premières minutes, les Toulousains vont être impeccables. Mobiles et concernés en défense, ils s’illustrent surtout de l’autre côté du terrain. Menés pendant le premier quart d’heure par un Erik Balanciaga fantastique et frénétique, les hommes de Danijel Andjelkovic enfilent les buts à une vitesse surprenante (16-9, 18′).

Mais comme hier, les temps forts du Fénix ne sont pas éternels. Pour autant, la période précédant la pause est bien gérée par les locaux tandis que leur défense subit les coups de canon de Romuald Kollé (MT : 21-16). Le deuxième acte est à sens unique. L’attaque occitane tourne à merveille avec Balanciaga et Erwin Feutchmann (6/6) qui se régalent tandis que, derrière, l’entrée de Jeff Lettens à la pause interdit tout retour limougeaud. Il termine la rencontre à 10 arrêts à 50% (SF : 39-27).

Jure Dolenec, Limoges (crédits : additionnal_time_photography)

Après cette finale, le néo-limogeaud Jure Dolenec peine à se satisfaire de la copie rendue. “Je crois qu’on a fait un bon match contre Nîmes hier, il y a surtout eu 15-20 minutes où on a bien joué, à la fin ce n’était pas parfait, mais on s’est quand même qualifiés pour la finale. Aujourd’hui, on a pas mal commencé mais dès qu’ils sont passés devant on est pas parvenus à s’accrocher. On était pas dedans. Si on ne parle que d’attaque, au niveau des enclenchements c’était pas mal, mais on a perdu trop de ballons et raté beaucoup de tirs. Après la défense… hier ça n’était pas bon, et aujourd’hui ça se reproduit. Je pense que pour l’attaque, ça va arriver avec les entraînements, la réussite au tir, mais en défense il faut quand même qu’on progresse.” Au-delà de la préparation, le slovène arrive à Limoges dans un nouveau club, mais également à un nouveau poste qu’il découvre en partie. “Je joue beaucoup demi-centre, je l’avais parfois fait dans ma carrière, mais pas plus de 15-20 minutes par match, je n’ai jamais été un vrai demi-centre. Il y a beaucoup de choses où je dois apprendre parce que le demi-centre ne pense pas seulement à ce qu’il va faire à un instant donné, il doit penser à toute l’équipe, à ce qu’il faut jouer, où il faut attaquer, … Je trouve qu’hier c’était pas mal, mais aujourd’hui c’était moins bon, ce n’était pas mon match. Mais je peux apprendre, ce n’est pas facile mais les matchs de prépa sont aussi fait pour ça. Donc on a vu qu’on n’y était pas encore, qu’il faut qu’on progresse et qu’on se remette au travail.” Avec d’autres amicaux au programme, dont un tournoi à domicile face à Nîmes, Nantes et Montpellier, le LH87 aura d’autres occasions de se jauger avant la reprise, face à Aix-en-Provence.

À Toulouse, Antoine Piollat

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).