Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

EdF (M)

Les Lenne, une famille en bleu

, par Dalibor

Yanis et Arthur Lenne sont entrés cette semaine dans le cercle très fermés des fratries ayant évolué sous le maillot bleu. Si l'un et l'autre ont des objectifs différents quant à la Golden League qui se profile, ils savourent déjà l'expérience.

Il y a eu les Gille et les Nyokas, il y a les Karabatic, il y aura désormais les Lenne. Rares sont les fratries ayant évolué ensemble sous le maillot bleu, alors Yanis et Arthur savourent le moment. Si la sélection du premier ne faisait guère de doute au vu du niveau que le gaucher affiche depuis le début de saison, pour le second, encore stagiaire pro à Montpellier sur le poste de pivot, on s'y attendait un peu moins. "C'est une surprise pour moi aussi, j'ai découvert un message en sortant de l'entrainement sur mon répondeur. Je pensais juste partir à Nancy pour un match et rentrer à la maison, pas forcément finir à Créteil avec l'équipe de France" sourit-il, du haut de ses 20 ans. "J'ai pas réalisé tout de suite, mais là, je suis très heureux." En déplacement dans l'Est avec le MHB dimanche dernier, les deux frères en ont profité pour célébrer la nouvelle avec la famille venue les voir jouer à Nancy "autour d'un bon diner alsacien bien costaud" (dixit Yanis) avant de se plonger à 100% dans leur semaine bleue.

Comme dans leur quotidien à Montpellier, Yanis joue le rôle du grand frère. Ses cinq ans de plus et ses nombreux rassemblements en bleu lui confèrent une certaine expérience, et il répond présent. En club, Arthur a déjà pris ses marques depuis quelques années, mais à la Maison du Handball, Arthur n'hésite pas à demander quelques conseils à son ainé, qui ne se fait pas prier pour faciliter son intégration. "On est toujours comme ça, très proche. En club déjà, quand l'un va moins bien, il se tourne rapidement vers l'autre. On se connait par coeur, ça facilite les choses" souligne Yanis.

Le duo a rejoint l'Hérault en même temps, en 2019. Yanis sortait d'une expérience compliquée à Barcelone, terminée sur un prêt à Aix. Le rebond à Montpellier, un club qui lui faisait de l'oeil depuis un temps, était la suite logique des choses. Arthur, déjà en vue avec les équipes jeunes de Sélestat, ne pensait pas forcément à un départ. Mais quand le MHB a appelé, lui faisant miroiter la possibilité de jouer avec son frère, il n'a pas longtemps hésité. "Ca a été une raison, mais pas la seule, car tout le monde connait comment Montpellier peut faire progresser ses jeunes" appuie Arthur, qui a fait ses premières apparitions avec les pros la saison passée, avant d'intégrer le groupe à plein temps cette année.

Des objectifs différents cette semaine

Le benjamin de la fratrie ne caressera pas les mêmes objectifs que son frère durant cette semaine internationale. "Je suis d'abord là pour prendre la température, pour montrer ce que je sais faire. L'équipe de France pour moi, c'était avant tout un objectif à long-terme" relativise-t-il. Pour Yanis, l'objectif est tout autre. Après quatre ans dans l'antichambre bleue, à ronger son frein derrière Valentin Porte et Luc Abalo, la porte lui semble désormais grande ouverte. "C'est clair que j'ai les cartes entre mes mains. Ca fait quatre-cinq ans que je fais les prépas sans faire les compétitions, et ça a pu être frustrant car je pensais vraiment avoir le niveau. J'ai pris un gros coup sur la tête en apprenant que je ne partais pas à Tokyo, mais cela m'a finalement motivé encore plus. Cette fois, l'objectif est clair, je ne veux pas que l'avion pour l'Euro parte sans moi" prévient-il.

S'il est capable de délivrer les mêmes performances ce weekend, face au Danemark et à la Norvège, que ce qu'il fait depuis le début de la saison passée avec Montpellier, Yanis Lenne ne devrait, cette fois, plus être très loin de la vérité. Kiel, Skopje, Nantes, une bonne partie des grands d'Europe ne lui ont pas résisté. Mais avant de penser à l'Euro, avant même de se projeter sur la Golden League, le gaucher voulait profiter de cette semaine internationale en famille un peu inattendue : "C'était un rêve de jouer ensemble en club, alors là, avec le maillot bleu, c'est un peu fou."

Le programme de l'équipe de France à la Golden League :

Samedi 6 novembre à 14h15 : France - Danemark (en direct sur beIN SPORTS, en différé à 21h10 sur La Chaine l’Équipe)

Dimanche 7 novembre à 16h45 : Norvège - France (en direct sur beIN SPORTS et sur la Chaine l’Équipe)

Kevin Domas

Prochain match TV

SG Flensburg

15:00

Sam. 25 Mai.

Dinamo Bucuresti

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jeanloup47
jeanloup47
2 années il y a

Dans les années ''60'' nous avions aussi la fratrie Sellenet

leFnake
leFnake
2 années il y a
Répondre à  jeanloup47

il y a aussi les frères Anquetil, mais je ne sais pas s'ils ont été sélectionnés en même temps https://fr.wikipedia.org/wiki/Liens_de_famille_au

Vinch1
Vinch1
2 années il y a

Je n'ai de loin pas tous les noms en tête… mais bon, Sélestat …
GB : Kieffer et Meyer + Krizst
ALG : Butto (un peu vieux, certes maintenant… d'ailleurs que devient il ?) + le jeune actuel
ARG : celui qui est à Ivry actuellement
DC : ?? Megannem :):):):)
Défenseur : Beauregard et le black de Créteil
ARD : Pimenta et Eymann
ALD : Lenne
Pivot : Lenne, Aman, Nyembo (et l'actuel bûcheron (sans être péjoratif, hein… quelle stature)
Ils reviennent quand jouer tous ensemble ???? que Sélestat retrouvent la D1.
Reste plus qu'à trouver le bon coach : Berthier ?

cochonne
cochonne
2 années il y a
Répondre à  Vinch1

Bonjour
Pour celà il faudrait un miracle…
Sėlestat forme des joueurs de haut niveau mais ne peut pas leur proposer plus que la Proligue.
Quand on voit tous ces bons joueurs passės par le centre Alsace on ne peut que louer le savoir faire et dėplorer le manque de moyens pour éxister au plus haut niveau.
Il'faudrait commencer par instaurer des indemnitės de formation dignes de ce nom pour que l'investissement soit rėcompensé pour que les clubs puissent en vivre.
D'ici maximum deux ans ce sera au tour des Pimenta, Van Ee, Eggerman et Plat de quitter le navire s'ils veulent jouer au plus haut niveau et Sélestat devra reformer de nouveaux talents.
Ainsi va la vie en Alsace ou on est incapable de se fédérer pour gagner, c'est bien triste.

Bebert94
Bebert94
2 années il y a
Répondre à  Vinch1

L'ARG : Zaepfel !

Spiano
Spiano
2 années il y a

Les lenne, une famille de pistonnes !!!

Nos derniers articles

6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x