Proligue – J8

Pontault chute, Saran freiné, Nancy vainqueur

Jean-Pierre Dupoux (Pontault-Combault HB)

Des matchs fous et des surprises pour ce rattrapage de la huitième journée de Proligue : Massy a mis fin à la série d’invincibilité de Pontault, Saran a été accroché par Valence et Nancy a eu chaud jusqu’au bout contre Sélestat. Dans le bas du classement, Sarrebourg a pris un point contre Nice, mais ses concurrents ont aussi engrangé…

La huitième journée de Proligue était l’autre journée – avec la septième – à avoir été reportée de l’automne 2020 au printemps 2021, à une époque où l’on espérait que des jours meilleurs permettraient de jouer devant du public. Et on peut encore plus regretter que la pandémie n’ait pas suivi les rêves des dirigeants de la Ligue quand on voit comment ces rencontres se sont déroulées. Beaucoup de matchs serrés, des équipes qui se sont données pour obtenir les points, mais sans une salle remplie pour les encourager. Les six matchs proposés – à nouveau touché par le Covid-19, Angers n’a pas pu recevoir Cherbourg – auraient pourtant bien mérité ces spectateurs.

Dans la douleur, Massy met fin à la série de Pontault

Genese Bouity et Gauthier Ivah (Massy Essonne HB)

C’est notamment le cas dans l’Essonne, où Massy recevait Pontault-Combault. Le derby aller, il y a dix jours, avait largement tourné à l’avantage des Pontellois, en plein dans leur série de huit victoires consécutives. Mais le retour a été beaucoup plus compliqué. La défense de Massy est bien en place, et Gauthier Ivah réalise un bon début de partie (5 arrêts sur 10 tirs). Mais, premier tournant : à la 13e minute, percuté par Ryadh Souid, Gauthier Ivah sort sur blessure. Genèse Bouity également, touché au pied, pour qui – selon son entraîneur Jérémy Roussel – l’absence pourrait potentiellement être plus longue. Malgré ces faits de jeu, le score reste équilibré en première période. Passé devant dans le deuxième quart d’heure, Pontault se retrouve finalement mené à la mi-temps (12-11, 30′). Massy prend davantage le dessus en deuxième période, malgré une troisième sortie sur blessure en cours de deuxième période (Valentin Laplace). Les Massicois jouent bien, et réalisent, selon Jérémy Roussel, une performance qui n’est “pas loin” d’être leur meilleure de la saison : “On a joué vraiment comme on veut être”. Porté par un Edson Imare efficace à sept mètres (8 buts dont 7/8 pen.), un très bon Thibault Chevalier à la mène et également par un solide Jérémy Hakkar dans les cages (14 arrêts, à 45%), Massy prend quatre buts d’avance (17-13, 41′).

Jeremy Hakkar et Thibault Chevalier (Massy Essonne HB)

L’écart est fait, et Pontault peine à le remonter. Pas mauvais en défense malgré l’absence de leur patron Fabien Ruiz, les Pontellois peinent en attaque. Dmytro Gunko a particulièrement été dans un mauvais soir (1/7 au tir), mais il n’a pas été le seul. A cinq minutes de la fin, Massy parvient à consolider son avance avec le sixième but de Nassim Bellahcene (25-19, 55′). Le MEHB ne marquera plus, mais s’impose logiquement (25-22), prenant ainsi sa revanche sur le match aller à sens unique. “Il y a dix jours, on n’était pas armés mentalement et physiquement à faire un très bon match, et là, avec un peu de travail et une belle victoire contre Cherbourg, on a retrouvé un état d’esprit, de la confiance et une structure. On voulait surtout faire un bon match, on a fait un peu plus”, souligne Jérémy Roussel, qui regrette quand même les blessures : “On paie cher cette victoire”. “Au match aller, ce n’était pas le Massy qu’on avait l’habitude de voir, et là on a vu le Massy plus entreprenant, plus combattif, qui nous a mis en difficulté, abonde son homologue pontellois Chérif Hamani. On est venu avec des absents, on a eu quelques contre-performances individuelles qui se sont répercutées sur le collectif. Le score me paraît logique, il aurait pu être plus lourd.” Pontault voit ainsi s’achever sa série d’invincibilité en 2021, mais ne tire pas sur l’ambulance. “Beaucoup d’équipes sont venues se casser les dents ici, on en fait partie, c’est comme ça”, juge Hamani, qui reste concentré sur la suite.

Saran tenu en échec, la course à la montée n’est pas jouée

Matéo Grosjean (Valence HB)

Alors que le flou demeure sur la formule choisie pour une fin de saison impactée par le huis-clos, et en particulier sur la tenue ou non des Finales de Proligue, le championnat est en effet loin d’être joué en haut. “Il nous reste deux matchs contre Saran, un match dès samedi contre Strasbourg, et il nous reste assez de matchs soit pour aller du bon côté, soit de l’autre, rappelle Hamani. Ce championnat est loin d’être fini, et il faut rester concentré jusqu’au bout.” D’autant que Pontault reste seul en tête de Proligue, suite au match nul de Saran à domicile contre Valence. Les Septors ont fait toute la première période en tête, mais Valence a réduit l’écart avant la pause (14-13, 30′). La deuxième période est très serrée, Saran ne parvenant plus à prendre plus de deux buts d’avance malgré les douze réalisations de Théo Avelange-Demouge (dont 6/7 pen.). Un but de Tom Robyns à deux minutes de la fin (27-25, 58′), puis des arrêts de Valentin Kieffer laissent néanmoins penser que Saran tient le bon bout. Mais dans la dernière minute, patatra : Adrien Vergely est oublié dans la défense, puis Artur Adamik (12 arrêts) sort la parade devant Tom Robyns. Sur la dernière action valentinoise, Matéo Grosjean est (facilement) trouvé à l’aile et offre le point du nul à son équipe (27-27). Valence n’a pas démérité, mais Saran peut se mordre les doigts d’avoir laissé filer un succès qui lui tendait les bras. Revanche dès ce vendredi, à Valence cette fois.

Louis Prévost (Grand Nancy Métropole HB)

Nancy profite de ces contre-performances pour revenir dans le match pour les deux premières places. Face à Sélestat, pas au mieux ces dernières semaines, le GNMHB n’a pas vécu une soirée facile, même s’il a été quasiment tout le match devant. Mais à la pause, il n’y a qu’un but d’écart entre les deux équipes (14-13, 30′). Nancy parvient finalement à creuser l’écart en seconde période (21-17, 41′), grâce notamment aux arrêts de Louis Prévost (13 parades), mais Sélestat ne lâche pas le morceau (22-21, 49′). Alors que Mehdi Harbaoui fait une bonne entrée dans les buts sélestadiens, le SAHB reste derrière au score, mais toujours au contact, et Antoine Gutfreund ramène son équipe à un but à 1’15” de la fin (26-25, 59′). Mais Marius Randriantseheno est efficace, et malgré un nouveau but de Gutfreund dans la dernière minute, Nancy parvient à faire filer le chrono pour s’assurer la victoire (27-26). C’est la cinquième défaite de rang pour Sélestat, d’un but d’écart comme à l’aller il y a dix jours. Pour Nancy, ces deux points lui permettent de revenir à un point de Saran et à deux points de Pontault.

Dijon puni à Billère

Crédit photo : Panoramic / K.Domas

Dijon, par contre, n’en profite pas pour se rapprocher un peu du sommet, et n’assure toujours pas sa place pour les play-offs, si play-offs il y a. A Billère, premier non relégable en difficulté à domicile depuis plusieurs matchs, les Dijonnais n’ont jamais vraiment pris le dessus. C’est même Billère qui, après une entame équilibrée, fait l’écart (11-7, 18′), et prend même six buts d’avance avant la pause contre une équipe dijonnaise qui ne maîtrise pas ses temps faibles (19-13, 30′). Le DMH a néanmoins de la ressource, et parvient à remonter la pente après un gros premier quart d’heure de deuxième mi-temps, jusqu’à même passer devant (25-26, 47′). Mais les visiteurs ont peut-être laissé des plumes dans ce retour au score, et Billère en profite pour reprendre le dessus (31-28, 54′) et, cette fois, ne pas dilapider son avance dans les derniers instants de la rencontre. Un dernier arrêt de Joris Labro suivi d’un but du capitaine Jérémy Vergely permettent à Billère de prendre les deux points (33-31). Les Dijonnais partagent désormais la cinquième place avec Massy, tandis que Billère creuse encore davantage l’écart sur la zone rouge. Les deux équipes s’affronteront de nouveau vendredi, en Bourgogne.

Sarrebourg accroche Nice, mais sortir de la zone rouge s’annonce compliqué

Domen Pogacnik (Sarrebourg). Crédit photo : Martin Remigy

Dans le bas du classement, le flou demeure aussi. Les deux derniers du championnat pourraient-ils descendre, pour être remplacés par des clubs de Nationale 1 qui n’ont disputé qu’une poignée de matchs cette saison ? Si l’on veut répondre par la positive, on sera obligé de constater à quel point cette décision serait injuste pour ceux qui se sont battus 26 matchs. Sarrebourg et Angers, relégables et désormais bien distancés, commencent à être obligés de regarder du côté des décisions de la Ligue pour savoir de quoi leur avenir sera fait. Le SMSHB ne lâche pas en championnat, comme l’a montré leur match contre le Cavigal Nice, équipe qui pourrait titiller Massy ou Dijon au classement. Les Azuréens ont l’avantage en début de rencontre (5-8, 14′), et le tiennent toute la première période (11-14, 30′). Mais les Mosellans renversent le scénario en début de deuxième période avec un 7-1 au retour des vestiaires (18-15, 39′). Nice se remet du choc, mais Sarrebourg garde un temps la maîtrise des débats (22-18, 47′). Les Aiglons parviennent à revenir en fin de rencontre (24-25, 56′). Dans un match au scénario haletant, Manuel Crivelli redonne l’avantage aux Niçois à 30 secondes de la fin, mais Sarrebourg sauve le nul à la dernière seconde : la tentative de kung-fu échoue, mais Domen Pogacnik récupère la balle et marque (27-27).

Romain Mathias (Strasbourg)

Sarrebourg décroche un bon point, mais devant, tout le monde ou presque a engrangé : Billère, Valence, Strasbourg et Besançon ont en effet pris des points en ce milieu de semaine. Les deux derniers cités, Strasbourg et Besançon, étaient face à face aux Malteries. Un 6-0 bisontin en début de rencontre avait certes mis la troupe de Dragan Zovko sur les bon rails (3-8, 13′), mais Strasbourg refait son retard progressivement dans les dix minutes suivantes (12-12, 25′). Après avoir passé la pause à égalité (15-15, 30′), Strasbourg passe devant en début de deuxième période (20-17, 37′), grâce à un gros début de deuxième période de Romain Mathias, encore très bon cette semaine (18 arrêts, 42%). Mais Strasbourg connaît un nouveau trou d’air en encaissant cette fois cinq buts d’affilée (21-19, 46′ ; 21-24, 53′). Les Alsaciens ne baissent pas les bras, et offrent l’autre fin de match folle de cette journée de Proligue. Alors que Besançon a une balle pour prendre deux buts d’avance à une dizaine de secondes de la fin, Romain Mathias s’interpose et, sur le gong, Clément Damiani offre le point du nul au SEHB (26-26). Le nul contentera tout le monde : désormais huitième et neuvième, Strasbourg et Besançon ont quasiment assuré leur maintien.

Retrouvez le classement et le calendrier des matchs à venir à l’onglet Résultats.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Proligue

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. Ricardtube - le 8 avril 2021 à 21h05

    Pour ce qui est de la fin de l’article j’espère bien que personne ne descendra, que l’on fera monter les 2 vap de N2 pour faire une d2 à 16 clubs

  2. Ricardtube - le 8 avril 2021 à 21h06

    De N1 pardon

  3. Pirate du PCHB - le 9 avril 2021 à 01h53

    Ricartube, il est question, parmi d’autres solutions, de ne faire descendre aucune équipe de Starligue, pour passer à 16 (avec les 2 premiers de Proligue) voire 18, et donc pas de descente de Proligue en N1, qui resterait à 14.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).