EL (M) – J7

Nîmes tient bon, Aix sombre toujours

Mohammad Sanad (USAM Nîmes Gard)

Après la trève, les clubs français ont retrouvé la “petite” coupe d’Europe. Pour autant, la trève n’aura pas cassé les dynamiques avec une victoire large de Nantes, compliquée pour Nîmes, et une nouvelle défaite pour Aix…

Pour le retour de la ligue européenne, la 7ème journée n’a pas manqué ses promesses. Chaque groupe a vu des chocs et, mis à part en Provence, les voyants semblent au vert pour les clubs français qui se placent très bien en vue de leurs objectifs respectifs.

Groupe A : Irun & Plock plient les débats sur le top4

Ce mardi soir, l’exploit est à chercher du côté de Toulouse, qui a décroché une victoire de prestige dans son antre, face à Berlin. Dans les autres rencontres, les Espagnols du Bidasoa Irun ont surclassé le Tatran Presov. Un beau match de Jose Manuel Sierra (13 arrêts, 36%), un danger offensif équitablement réparti, et c’est un large succès qui se dessine. À noter les 5 buts du jeune arrière droit de 18 ans Julen Mugica Santiago. En Pologne, le Wisla Plock n’a pas non plus fait dans la demi-mesure face au prochain adversaire des Toulousains : le Pfadi Winterthur. Les hommes de Xavi Sabaté ont réuni les ingrédients habituels de leurs succès avec un Adam Morawski infranchissable (39% d’arrêts) et une base avant efficace (Mihic à 6 buts, Serdio à 5). À noter côté suisse la prestation de l’ex-Pontellois Rémi Leventoux à 6/7.

Erik Balanciaga et Erwin Feutchmann, Toulouse (crédits : @fspezialephotographie)

Avec les résultats du jour, Winterthur et Presov restent englués en bas de classement avec 2 points, laissant le champ libre aux 4 autres formations dans le top4. Reste l’enjeu non-négligeable du classement, pour des formations qui chercheront à tout prix à s’élever pour augmenter leurs chances de survie dans la prochaine phase de la compétition.

Groupe B : Le Benfica pousse Lemgo hors du podium

Dans une proportion plus importante que pour le groupe A, le groupe B a d’ores et déjà décidé de ses qualifiés, mais la concurrence y est plus équilibrée. En Loire Atlantique, Nantes a tenu son rang face aux Finlandais de Cocks. Un écart de 5 longueurs à la pause, un second acte à sens unique, et les Violets s’imposent de 11 unités (36-25). À noter les prestations de Mickaël Robin (35%), de Rok Ovnicek (7/8) ou de Marchan (5/5). Côté Finlandais, seul le jeune demi-centre polonais Piotr Rybski (22 ans), recruté pour palier au départ de Djordje Djukic à Chartres, a su tirer son épingle du jeu avec 7 buts en 12 tirs.

Rok OVNICEK (HBC Nantes)

Au Danemark, GOG s’est vu plus embêté que prévu face à Chekhov. Malgré une avance montant jusqu’à 5 unités dans le second acte, les locaux ne s’imposent que d’une petite longueur au terme d’un duel qui aura fait la part belle aux gardiens Bergerud et Pavlenko (16 arrêts chacun). À noter qu’en l’absence de Gidsel, le jeune Emil Madsen (21 ans) a continué de tenir son rôle en arrière droit avec 7 buts, autant que Simon Pytlick. En face, c’est le pivot Ermakov qui signe une nouvelle grosse partition (8/10). Enfin, le choc du top4 était à chercher entre le Benfica et Lemgo. Grosse victoire des Portugais construite dans le dernier quart d’heure, portée par la belle entrée de Sergey Hernandez (9 arrêts, 39%), les 7 buts de Kukic et le 6/6 de l’ex-Toulousain Arnau Garcia. Les Allemands pouvaient pourtant compter sur leurs hommes forts, Carlsbogard, Elisson et Suton se partageant 22 des 30 buts de leur équipe. Le TBV prend ainsi un court retard sur ses concurrents.

Groupe C : Pas de lumière au bout du tunnel pour Aix

Malgré la trêve, pas d’espoir en vue pour le PAUC qui enchaîne une nouvelle défaite au terme du déplacement périlleux à Nexe. Le premier acte pose des bases, avec un Mihailo Radovanovic très efficace dans ses buts et un Halil Jaganjac toujours présent (7/13). Et malgré un bon second acte de Pardin et les 13 buts de Brasseleur et Loesch sur le côté droit, les hommes de Thierry Anti ne parviennent pas à revenir plus proches qu’à 2 unités (27-25, 51′). Une défaite à la clé (33-29), et un classement toujours peu souriant.

Rune Schroder, Savehof (crédits : IK Sävehof)

On verra toutefois un point positif dans les défaites des deux concurrents directs à la 4ème place, dont le 4ème Logrono. Chez eux, les Espagnols recevaient les surprenants Suédois de Savehöf. Les visiteurs avaient mené une grande partie de la rencontre avec, une nouvelle fois, un Elias Ellefsen a Skipagotu stratosphérique (10/13) et le futur cessonnais Rune Schroder en belle forme (8/10). La reprise en main du match par les locaux dans le money time n’a pas suffi, et ce sont les Scandinaves qui rentrent avec les points (29-30). Enfin, le SC Magdeburg n’a pas laissé de suspens lors de la réception de Gorenje Velenje. Un écart de +9 peu avant la pause, un Jannick Green à 44% d’arrêts, une avalanche de buts à droite avec 7 pour le néerlandais Kay Smits et 6/6 pour Daniel Pettersson, et c’est un +10 paisible qui se dessine après 60 minutes (34-24).

Groupe D : Nîmes s’impose péniblement pour relancer le Parnasse

Toujours leader de son groupe, Nîmes a su déjouer le piège macédonien d’Eurofarm Pelister. Les débats sont tendus de bout en bout, et aucune formation ne mènera de plus de 2 unités avant les dernières secondes, en faveur des Gardois. Les visiteurs ont su faire mal à la défense des Verts en sortant du chapeau leur pivot bosnien Elmir Gradjan (7/10) tandis que les hommes de Franck Meurice se sont appuyés sur le principal homme fort de leurs succès européens : Mohammad Sanad, auteur de 10 buts en 11 tentatives (25-23).

Julien Rebichon (USAM Nimes Gard)

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, les Suisses du Kadetten Schaffhausen ont su s’imposer face au Sporting de Lisbonne, créant un peloton homogène entre la deuxième et quatrième place, sur lequel l’USAM a entre 3 et 4 points d’avance. Un succès suisse acquis dans le dernier quart d’heure, porté notamment par les 8 buts du médaillé d’argent à l’Euro Joan Canellas et du jeune arrière hélvète Samuel Zehdner. Sur les deux dernières places, les Hongrois de Tatabanya se relancent bien en parvenant à venir à bout de l’AEK Athens. Encore en retard à une minute du terme, les locaux ont su s’appuyer sur leurs internationaux Gabor Ancsin (6/9) et surtout Matyas Gyori (7/9), auteur du but victorieux. À noter la nouvelle belle performance de Laszlo Bartucz (15 arrêts, 38%). Ces hommes forts seront plus qu’importants pour les Magyars qui ne sont finalement qu’à 3 points de la 4ème place.

Retrouvez tous les résultats et classements dans l’espace Résultats du site.

Antoine Piollat

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. lelephant - le 16 février 2022 à 08h22

    A noter que c'était guichet fermé (5902 supporters) à la H Arena avec une belle ambiance contre l'équipe la plus faible de cette compétition.
    Nîmes fait un très beau parcours et devrait terminer 1er de son groupe.
    Aix a décidé de ne jouer que la starligue. C'est dommage cela ne fait pas gagner des points pour le ranking des clubs français. De ce fait, si d'aventure, ils terminaient 2ème du championnat, je ne suis pas sûr qu'ils seraient retenus pour jouer la ligue des Champions.

    • Jack3544 - le 16 février 2022 à 09h08

      C'est exactement ce que nous disions hier à la HArena.
      Quand on connait l'opacité des critères de sélection de l'EHF pour l'accès à Champion's League, une deuxième place de Aix serait déjà dommage pour mon club de cœur, mais surement également pour la hand français.
      Aix néglige la coupe d'Europe depuis 2 ans (ou n'est pas au niveau?), ne rempli quasiment jamais sa salle, n'a pas d'expérience d'organisation de grands évènements.
      Un budget conséquent (mais il me semble bancal), des noms ronflants sur la papier et un bel entraineur suffiront-ils à passer devant le deuxième polonais ou le deuxième portugais (qui flamblent en EHF…)?

    • fred - le 16 février 2022 à 09h34

      ” C’est dommage cela ne fait pas gagner des points pour le ranking des clubs français.”
      Rien à voir ! Le classement EHF se base sur le résultat de la meilleure équipe en LDC et en coupe EHF donc qu’il y ait par exemple 1 club français au F4 de LDC ou 3 ne changera aux points remportés au classement EHF !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).