Mondial 2017

Les révélations

FRANCE-NORVEGE-8984

Le mondial 2017 a su offrir son lot de renouvellements dans le carré final, avec deux équipes non-présentes aux Jeux Olympiques de Rio et sans les champions olympiques et européens, mais également sur le terrain où certains se sont révélés au grand jour. Voilà une équipe type des révélations du mondial, de ces espoirs qui ont crevé l’écran ou confirmé leur place.

Gardien : Torbjorn Bergerud (22 ans – Norvège).

Bergerud NorvègeLe grand (1m99) gardien norvégien a littéralement explosé à la face du monde. Alors que Ole Erevik avait été le dernier rempart fiable lors de l’Euro 2016, il s’est cette fois-ci laissé remplacer par Tornbjorn Bergerud lors du match de poule face à l’équipe de France. Sa très grande efficacité sur les tirs lointains (52%) et sur les ailes (44%) a poussé Christian Berge à lui faire confiance pour la phase finale. Bien lui en a pris, car il a été la rampe de lancement du jeu rapide norvégien, annihilant tour à tour la Macédoine et la Hongrie en réalisant les bonnes parades. Il est également auteur de l’arrêt du mondial lors de la demi-finale face à la Croatie. En mettant en échec Horvat sur le tir de la victoire, il a cassé les espoirs croates et offert à la Norvège sa première médaille mondiale. Comme toute son équipe, celui qui évolue au Danemark à Holstebro se saura désormais attendu.

Ailier gauche : Jerry Tollbring (21 ans – Suède), Igor Soroka (25 ans – Russie), Bjarki Mar Elisson (26 ans – Islande), Adam Juhasz (20 ans – Hongrie)

tollbring-jerry-suede-200117-7125Les pépites ont jailli du côté gauche, et s’il fallait retenir un seul nom, ce serait celui de Jerry Tollbring. Avec son visage enfantin, le bijou suédois avait été une des rares satisfactions à Rio et il vient déjà de confirmer une grande partie de son potentiel. Fusée en contre attaque, il a été rarement silencieux sur son aile finissant ainsi deuxième buteur des nordiques (38/46). Igor Soroka et Bjarki Mar Elisson ne sont pas des nouveaux nés mais évoluaient jusque là dans les ombres de Timur Dibirov et Gudjon Valur Sigurdsson, des « inévitables » qui commencent à se diriger vers la sortie, poussés par la relève. Enfin, Adam Juhasz n’est pas un ailier de formation, mais cela a été son poste pour la Hongrie lors de ce mondial, et on a assisté à une révélation, au sens premier du terme (25/41, 2e buteur hongrois).

Arrière gauche : Haniel Viniscius Langaro (21 ans – Brésil), Richard Bodo (23 ans – Hongrie)

Bodo HongrieSi vous devez respecter les limitations de vitesses, passez vous des bras de Haniel Viniscius Langaro et de Richard Bodo. Si les deux joueurs partagent la passion du lancer à 100 km/h les styles ne sont pas exactement les mêmes, l’artilleur brésilien étant bien plus capable de venir finir à six mètres que son pendant hongrois. À l’inverse question distance, Richard Bodo est plus à l’aise au tir à quinze mètres comme il l’a montré face à la Norvège, étant ainsi un des rares à leur rendre la politesse. Il ne faut toutefois pas le prendre pour un ours empâté bon à tirer de très loin, comme a pu le vivre Molgaard – pas le plus mauvais des défenseurs. On notera que l’efficacité globale est à améliorer pour les deux (respectivement 44% et 50%) avant de devenir des « tops joueurs », mais dans ce cas il ne faut pas oublier de dire qu’ils ont été très présents sur les matchs à enjeux.

Demi centre : Hiroki Shida (26 ans – Japon),  Luka Cindric (23 ans – Croatie)

Shida japonConnaissiez-vous Hiroki  Shida le 10 janvier 2017 ? Si quelqu’un répond à l’affirmative par cette question, c’est qu’il est fortement intéressé par le handball du soleil levant. Tout les autres amateurs de handball ont découvert un joueur audacieux, feu-follet et distributeur, capable de faire lever la foule présente à la halle XXL de Nantes. Absolument partout face à la Russie, il a fait bégayer la Pologne (9/16) mais n’aura pas suffit pour ramener une victoire aux nippons. Luka Cindric est déjà plus présent sur les radars, reste que lors de ce mondial où on attendait le géant Domagoj Duvnjak, on aura surtout vu le petit (1m82) Luka Cindric. Avec seulement 20 minutes par matchs et sans les sept mètres, il finit en haut du classement des buteurs et aura fait voir du pays à l’Egypte et l’Espagne. Mais son dernier show pour la troisième place face à la Slovénie (7/10) aura malheureusement été vain pour une Croatie qui attendait une médaille. On attend désormais avec impatience l’euro 2018 au pays dans un an.

Arrière droit : Nedim Remili (21 ans – France), Pawel Paczkowski (23 ans – Pologne), Albin Lagergren (25 ans – Suède), Shinnosuke Tokuda (21 ans – Japon), Eivind Tangen (23 ans – Norvège)

Rémili FranceOn ne sait plus où donner de la tête au poste d’arrière droit, et la hiérarchie mondiale vient clairement de basculer ! En premier lieu, on ne peut éviter Nedim Remili. En pleine bourre au PSG, l’arrière des bleus a su appliquer les recettes maison et a allumé les mèches servies par ses coéquipiers de club Narcisse et Karabatic pour aller chercher le titre à la maison. Pour la Norvège Eivind Tangen a été plus qu’un remplaçant pour Tonnesen, il lui a même volé la vedette en huitième et demi-finale, et n’aura pas été des plus tendre avec les rêves bleus en finale. Mis en face des responsabilités au poste, Albin Lagergren a répondu présent avec 67% de réussite au tir pour près de 45 minutes par match. L’arrière suédois s’est même fait un plaisir de montrer sa panoplie avec brio sur le Qatar (7/10). Enfin, Shinnosuke Takuda et Pawel Paczkowski auront été parmi les grandes satisfactions d’équipes en (re)constructions déjà tournées vers 2020.

Ailier droit : Blaz Janc (20 ans – Slovénie), David Balaguer (25 ans – Espagne)

SLOVENIE-JANC-0400Il va être une star mondiale, c’est écrit sur tout les murs et on se rapproche de l’instant ou on va pouvoir dire : « on l’avait dit ! » Blaz Janc a une nouvelle fois réussi sa compétition. Pourtant en concurrence avec Gasper Marguc, il a su profiter de sa polyvalence pour alterner entre arrière et aile – à l’image de notre Valentin Porte national – pour se rendre encore plus indispensable. Rajoutons que dans le match de la médaille de bronze, il a été un joueur clé à la finition au début et à la fin du retour des enfers de la Slovénie. Un peu plus âgé mais néanmoins très jeune sur la scène internationale, David Balaguer est apparu comme un relais fiable à Victor Tomas en Espagne. Faire oublier le lutin catalan est une montagne et fait réaliser la belle compétition que le nantais a vécu. Sur sa lancée de son année au bord de la Loire, il a été quasiment infaillible (30/36). Dommage que son équipe ne l’ait pas été autant en quart de finale.

Pivot : Ludovic Fabregas (20 ans – France), Artsem Karalek (20 ans – Biélorussie), Bence Banhidi (22 ans – Hongrie)

Fabregas FranceFaut-il parler de révélation ou de confirmation ? Artsem Karalek  et Ludovic Fabregas surnagent dans leur catégorie d’âge, tous postes confondus, et viennent de faire durant plus de deux semaines le spectacle sur les parquets de France. Le pivot Biélorusse a montré une nouvelle fois sa force offensive à la finition mais aussi en dégageant le passage pour ses grands arrières. De plus, son rôle défensif s’est agrandi et la non-sélection de Maxim Babichev a confirmé ce qu’on pensait à la sortie de l’Euro 2016 en Pologne : Iouri Chetsov en a fait un leader. Leader, Ludovic Fabregas aura ce statut bientôt. Très bien entouré, il a encore à apprendre de joueurs tel que Nikola Karabatic ou Cédric Sorhaindo. Mais quelle vitesse d’apprentissage ! Au centre de la 0-6 française et utilisé aussi plus régulièrement en attaque, il a pris la main après le départ de Luka Karabatic, récoltant la passion du public et quelques montres au passage. Enfin, Bence Banhidi ne boxe pas encore dans la même catégorie que les précédents, mais le golgot hongrois se positionne et, à l’instar des défenses qui l’ont accueilli durant le mondial, on risque de moins en moins de le rater.

Maxime Thomas

Pub Espace Pronos EDF

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. test - le 2 février 2017 à 00h22

    test

  2. RemiliJolie - le 2 février 2017 à 05h16

    J'ai également repéré un certain Daniel Narcisse qui avait des jambes de jeune de 20 ans durant ce mondial, un grand espoir du hand français sans aucun doute !

  3. Pseudo - le 2 février 2017 à 07h57

    Je ne sais pas si vous avez vu, mais Handball Planet à fait son top 10 des révélations suite à ce mondial, et Fabregas n’est même pas cité ! –‘

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves