Hon (F)

Bulleux, Nze Minko : deux potes pour un défi

nze-minko-bulleux

Bulleux et Nze Minko avec leur gardienne, Melinda Pastrovics

Amies dans la vie, Estelle Nze-Minko et Chloé Bulleux se sont lancées le défi d’aller tenter à l’étranger et c’est du côté de Siofok, en Hongrie que les deux internationales françaises ont posé leur valise pour vivre leur expérience en dehors de l’hexagone. 

On connaissait leur sourire sur les parquets français, désormais, il faudra aller du côté de la Hongrie pour les voir évoluer. Chloé Bulleux et Estelle Nze-Minko, la paire inséparable de l’équipe de France, a posé ses valises du côté de Siofok en Hongrie. C’est donc au milieu de grosses cylindrées du handball féminin comme le FTC Rail Cargo Hungaria ou encore Gyor que les deux françaises vont évoluer. Un challenge intéressant pour ces deux inséparables que l’on aurait pu retrouver sur les parquets européens mais le sort de leur club la saison passée en a décidé autrement. Pour la petite histoire, Siofok devait gagner un match pour se retrouver européen sur les trois qu’il lui restait à jouer mais ne l’a pas emporté “quand on a signé, on pensait que c’était fait, mais malheureusement elles n’ont pas gagné un match de play-off alors qu’elles ont fait 4e sur la saison régulière, explique l’arrière. Mais le championnat reste très intéressant, on va jouer de grosses équipes, c’est intense. Ca ne va pas nous faire de mal après une grosse saison qui s’est terminée par les Jeux à Rio d’avoir quelques week-ends sans matchs de Coupe d’Europe. Ce n’est pas une fin en soi”. 

Pour autant, cela ne va pas gâcher les retrouvailles qui n’avaient pas eu lieu en club depuis Nîmes. “Ca fait du bien de se retrouver, ça faisait longtemps qu’on avait envie de tenter notre chance à l’étranger ensemble. Ce n’est pas facile de partir loin, dans un nouveau pays et de devoir s’adapter à un nouvel environnement seule. On est donc très contentes de le faire à deux. Ce n’est pas évident de trouver un club qui prend deux internationales à des postes précis, c’est une vraie chance pour nous!” soulignent-elles. Ce sera aussi l’occasion de découvrir une nouvelle manière de jouer. “On sort de deux saisons différentes avec Chloé, souligne Estelle, en ce qui me concerne c’était assez strict dans le jeu avec Fleury, on avait un rythme effréné, j’ai pu jouer sur tous les tableaux avec la Ligue des Champions, les compétitions nationales et les Jeux Olympiques cet été. C’est super d’être dans un projet où on aura des rôles différents et chercher pourquoi pas une Coupe d’Europe avec un club qui ne joue pas les premiers rôles”. 

En effet, les vice-championnes olympiques vont pouvoir apporter toute leur expérience dans unbulleux-nze-minko groupe qui en somme reste assez jeune avec notamment le départ de Lara Gonzalez-Ortega pour Esbjerg en début de saison. “C’était une joueuse essentielle dans le groupe, il y a beaucoup de jeunes joueuses, peu de professionnelles, donc quand on enlève une bonne joueuse de la base arrière et de la défense, ça nous pénalise un petit peu”, regrettent les deux Françaises. Cela n’empêche pas que nos Frenchies ont été très bien accueillies par leur nouvelle équipe qui a dû faire une grosse partie de la préparation sans elles en raison des Jeux de Rio. “On est arrivée il y a deux semaines, on est encore en phase d’installation et de découverte de la ville et du collectif. On a eu quatre matchs amicaux, l’ambiance est sympa, les filles nous ont bien accueillies dès notre arrivée, elles avaient un peu hâte qu’on arrive parce qu’elles ont du faire toute la préparation sans nous et le championnat se rapproche. Il fait beau et la ville est sympa!”. Donc tout va bien pour les inséparables de l’équipe de France qui désormais vont vivre leur aventure du côté de Siofok avec la reprise de leur championnat qui s’opère dès aujourd’hui contre Erd.

Maxime Cohen

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves