LSL – Ivry

Les dessous de l’arrivée de Morten Vium

Morten Vium

Si l’espagnol Juan del Arco est la tête d’affiche du recrutement ivryien pour la saison prochaine, la recrue danoise Morten Vium est plutôt à ranger au rayon surprise tant les Rouges et Noirs n’ont pas pour habitude de compter de joueurs scandinaves dans leur effectif. En collaboration avec le magazine danois Spillernyt et Rasmus Boysen, Handnews vous propose de découvrir les coulisses de l’arrivée de ce jeune ailier en Starligue.

Janvier 2016. Morten Vium décide de provoquer le destin. Grâce à une clause dans son contrat, l’ailier droit de 24 ans décide d’avancer d’un an la fin de son contrat avec le club danois de Ribe Esbjerg, lui permettant d’être libre de tout engagement dès le mois de juin 2016.

J’ai senti qu’il était temps d’essayer quelque chose de nouveau. J’étais heureux à Ribe Esbjerg mais j’ai toujours rêvé de jouer à l’étranger et je sentais que le moment était venu. 

Dans les mois qui ont suivi, le joueur et son agent se sont mis au travail pour multiplier les pistes à l’étranger. Beaucoup d’opportunités se sont présentées, auxquelles le joueur et sa compagne étaient ouverts la plupart du temps. Mais début avril, l’ancien joueur des sélections juniors danoises n’avait pas encore trouvé de futur employeur. C’est là que Morten Vium découvre une demande d’ami sur Facebook d’une homme avec un nom à consonance française. Si le nom lui a semblé être à première vue suspect, pouvant coller à un faux compte utilisé pour arnaquer les gens en ligne d’après Vium, il s’est rendu ensuite compte qu’ils possédaient plusieurs amis en commun appartenant au monde du handball.

Morten Vium

Une longue correspondance s’en est suivie entre les deux hommes. La personne qui l’avait ajouté était en fait Lionel Bardou, recruteur pour l’US Ivry qui cherchait un nouvel ailier droit pour la saison 2016/2017. Morten Vium a fourni a Ivry 5-6 vidéos de matchs avec Esbjerg qui ont fini de convaincre le staff ivryien de proposer un essai à l’ailier danois.

Les gens qui gèrent le club m’ont laissé une très bonne impression et je pouvais sentir qu’ils s’intéressaient vraiment à moi. La France et Paris apparaissaient comme une destination passionnante et mes connaissances qui connaissaient le pays et le championnat ne m’en ont dit que du bien, notamment ma cousine Trine Troelsen (arrière gauche passée par Toulon lors de la saison 2014/2015 ndlr).

Nous avons décidé d’effectuer un essai de trois jours à Ivry fin avril. Avant le départ, j’étais aussi excité qu’avant mon tout premier essai il y a des années. 

“Sometimes it snow in April”. La chanson de Prince, décédé également fin avril, ne pouvait pas mieux coller au début du voyage de Morten Vium vers Paris. En effet, les trois cent kilomètres séparant Aarhus de l’aéroport de Copenhague ont dû être parcouru sous une tempête de neige empêchant tout véhicule de rouler à plus de 70km/h sur l’autoroute danoise à 4h30 du matin. Néanmoins, arrivé sans faute à midi à l’aéroport Charles de Gaulle, Morten Vium a été accueilli par l’entraîneur ivryien Rastko Stefanovic qui lui a présenté le projet du club pendant la demi heure qui les séparait de l’hôtel réservé pour le joueur. Si la tentation de visiter Paris était bien là, le sommeil a pris le dessus et l’ailier danois a préféré reprendre des forces en vue de l’entraînement du lendemain, ce qui était loin d’être une mauvaise idée.

L’entraînement aux 200 tirs

Récupéré à l’hôtel par Pascal Léandri le lendemain, Morten Vium a eu droit à un petit tour du propriétaire de Delaune avant d’entrer dans le vif du sujet avec Rastko Stefanovic. Le coach slovène avait ainsi concocté un entraînement axé sur le tir avec deux gardiens et six joueurs de champ, dont l’ailier danois.

Je ne crois pas avoir eu autant de tirs dans un seul entraînement. On était probablement aux alentours des 200 et je n’ai jamais eu autant de cloques (rires)

S’en est suivi l’examen médical. Si celui ci est loin d’être systématique au Danemark lors d’un essai ou d’un transfert, il est obligatoire en France. Le médecin du club en a donc profité pour poser les questions d’usage à l’ailier danois tout en vérifiant les épaules, les pieds et les genoux du joueur. Et si l’usage veut qu’en France les joueurs se soumettent à un contrôle médical environ une fois par mois, il n’en est encore une fois rien au Danemark, pourtant désormais estimé comme le troisième meilleur championnat européen.

Le deuxième entraînement quotidien auquel a pris part tout l’effectif a permis à Morten Vium de continuer de convaincre le staff ivryien tout en étant impressionné par le professionnalisme affiché à Ivry.

Il est évident qu’ils s’entraînent d’une manière complètement différente de celle à laquelle je suis habitué. C’est un environnement très professionnel. Il y a beaucoup moins de pauses, et tous les joueurs sont constamment en activité. Cela me convient très bien, et je pense être allé au-delà des attentes.

Le troisième jour se tenaient les tests mensuels organisés par Rastko Stefanovic. Organisés pour mesurer la progression des joueurs, ceux ci consistent à des mises en situation physiques et techniques dont les résultats individuels sont enregistrés et comparés d’un mois à l’autre. Et y faire participer Morten Vium avait du coup l’avantage de permettre de le situer par rapport aux joueurs composant déjà l’effectif.

Crédit: jv.dk

Crédit: jv.dk

Détour par la Pasta

Invité par Pascal Léandri à la légendaire “Pasta” – cette pizzeria ivryienne dont les murs sont ornés par les maillots de tous les joueurs emblématiques passés à Ivry, de Rolando Urios à Diego Simonet, en passant par Luc Abalo -, Morten Vium s’est vu présenter l’histoire du club, sa structure ainsi que la vision des dirigeants pour l’avenir.

J’ai été surpris et impressionné par l’exposé de Pascal Léandri, c’était tout à fait le genre de club dans lequel je me vois à l’avenir.

Raccompagné à l’aéroport après le repas, Morten Vium s’est vu offrir quelques semaines plus tard un contrat lui permettant d’évoluer les deux prochaines saisons avec les Rouge et Noir, et peut être plus encore si les dirigeants ivryiens ont eu le nez creux.

HandNews & CasalHand

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. Cousinhugo - le 19 juillet 2016 à 08h17

    On peut savoir ce qu’il a mangé à la “Pasta”.

  2. lamirabel29 - le 19 juillet 2016 à 09h27

    Je trouve sympa ce style d'article qui nous décrie ces instants nécessaires du mercato, en attendant les JO 🙂

  3. BELLANGER - le 19 juillet 2016 à 10h06

    Bienvenue au club où les anciens sont toujours fidèle

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).