Starligue

Cesson, le PSG avant la nouvelle salle

SYLLA Yérime-Cesson-191115-2940
Début de la Starligue ce soir, avec quatre matchs au programme. Une première journée qui se finira dimanche par la réception de Nantes à Créteil, et qui sera marquée, entre autres, par la nouvelle délocalisation au Mans du match Cesson-Rennes – PSG.

Antarès Le Mans Cesson-PSGQuatre mois après le premier épisode, Cesson et le PSG se retrouvent ce soir à Antarès au Mans (photo de droite). Si les Parisiens l’avaient, à l’époque, emporté 36-33, l’essentiel pour le club breton était ailleurs. Se montrer, exporter son image dans une salle et une ville pas forcément habituée au handball, telles étaient les missions en mai dernier. Mais cette fois, les raisons sont différentes. “Nous répondons à une demande du comité de la Sarthe, qui fête son 72ème anniversaire et qui souhaitait organiser un événement avec un fort retentissement” expose Stéphane Clémenceau, le vice-président du club breton. “C’est un peu tôt dans la saison, mais on devrait quand même arriver à 4000 spectateurs. La venue du PSG, cela reste un événement”. S’il reste bien des tickets en vente pour les retardataires, les nouvelles sont plutôt rassurantes dans l’agglomération rennaise. Après des années de bataille, la ville de Cesson devrait bénéficier d’un nouvel équipement à l’horizon 2018. “Rien n’est ferme, rien n’est officialisé, mais le dossier est bien avancé. Le sentiment général c’est que cette salle va se faire, avec une capacité de 4000 places, sur le modèle de certaines salles qu’on peut voir en Allemagne ou en Scandinavie” nous dit Clémenceau.

Le PSG, avant toute chose

Karabatic PSGEt forcément, personne ne va se plaindre de telles avancées. Car, à raison de trois délocalisations par saison (cela sera encore le cas cette saison, avec deux sorties à Rennes prévues), Cesson montrait clairement qu’il était à l’étroit dans son Palais des Sports. Au propre comme au figuré d’ailleurs. “Nous avons fait un business plan en prenant en compte les revenus de cette nouvelle salle, sans optimisme béat sur le remplissage. Sur la première année, on augmenterait nos recettes de 100.00€. Sur la seconde, en revalorisant nos partenariats, on pourrait augmenter notre budget d’un million supplémentaire” selon Stéphane Clémenceau. Forcément, avec un budget à peine supérieur à deux millions d’euros, la différence se ferait sentir… Et les ambitions de top 6 français deviendraient comme par enchantement tout de suite beaucoup plus accessibles. Mais ça, on n’y est pas encore, et il va falloir se coltiner le bullozer PSG d’entrée de jeu, dix jours après avoir fait mauvaise figure à Pontault en coupe de la ligue. Et les Parisiens, à l’image de Nikola Karabatic, n’entendent pas prendre ce déplacement au Mans à la légère : “C’est le début des grosses échéances, avec une grosse semaine qui nous attend. Cesson chez eux puis Kiel à l’extérieur, on rentre tout de suite dans le vif du sujet” déclarait ce weekend le demi-centre de l’armada parisienne. Cesson ne gagnera peut-être pas demain soir, mais aura sans doute une salle dans deux ans. A choisir et sur le long terme, on croit savoir le plus important…

Saint-Raphaël, pour se rassurer

krantz Saint-RaphaëlAix aura sans doute sa nouvelle Arena plus rapidement que Cesson n’aura sa salle mais, en attendant, le PAUC vient de subir un petit camouflet. Sa victoire au forceps en coupe de la ligue à Limoges a été invalidée. La raison ? Une licence E en trop, entre Coman, Zein et Mamdouh. Dura lex, sed lex, c’est bien Limoges qui recevra Créteil en huitièmes, et Karl Coman a gagné un contrat de stagiaire pro dans l’affaire. Le déplacement à Selestat ne s’en annonce pas moins compliqué, puisqu’Erevik, Onufryienko, Camarero, Gérard et Thouvenot ne seront pas du voyage. En face, Christian Gaudin l’avait déclaré il y a quelques semaines : “Nous avons trois matchs à domicile sur les quatre premiers. Il ne faudra surtout pas les galvauder et être prêts dès l’entame”. Saran, en revanche, ne se fait guère d’illusions à l’heure de se déplacer à Saint-Raphaël, en ouverture de la journée et devant les caméras de beIN Sports. “Saint-Raphaël, ce n’est pas notre championnat. On a la lucidité de se dire que celui-ci ne fait pas partie des matchs les plus importants” nous disait Fabien Courtial avant la défaite en coupe de la ligue à Chartres (27-30). En revanche, pour les hommes de Joël Da Silva, il va falloir relever des têtes qu’on a pu voir bien basses au trophée des champions. Deux premières mi-temps de très bonne facture, deux secondes bien moins probantes, une victoire nette et sans bavure face au promu pourrait permettre de se rassurer et repartir dans le bon sens dès ce soir.

Chambéry, un programme dur à digérer

porte-montpellierNîmes aussi a une revanche à prendre, après s’être fait étriller sur le terrain de Tremblay (25-32). Une revanche sur lui-même, bien entendu, et pas de la générale qui avait ponctué la dernière confrontation entre les deux équipes. Après une préparation pourtant réussie, les hommes de Franck Maurice sont passés à côté de leur match en banlieue parisienne, mais on a vu la saison passée qu’à domicile, l’USAM était toujours plus fringuant. Ca vaut aussi d’ailleurs pour Chambéry, qui recevra Dunkerque après avoir facilement composté ses deux tickets, un pour le territoire national et un pour l’Europe. Les choses sérieuses commencent, et le calendrier qui attend les hommes d’Ivica Obrvan est gargantuesque : Dunkerque jeudi, puis Nantes, Ivry, Créteil, Saran et le PSG, avec l’addition des deux matchs face à Berlin. Difficile de faire moins digeste. Dans l’autre match du jeudi soir, Valentin Porte, avec son nouveau maillot de Montpellier, accueillera ses anciens coéquipiers toulousains à Bougnol. La saison passée, le FENIX avait joué un bien mauvais tour au MHB, mais cette fois-ci, celui-ci est prévenu. Même avec seulement dix jours de travail en commun, Patrice Canayer a aimé ce qu’il a vu au Trophée des Champions. De bonne augure pour la reprise de la Starligue ?

Le programme de cette première journée :

Mercredi 21.09 :
Saint-Raphaël – Saran à 19h (en direct sur beIN Sports Max 4)
Nîmes – Ivry à 20h
Selestat – Aix à 20h
Cesson – PSG à 20h45

Jeudi 22.09
Chambéry – Dunkerque à 20h15
Montpellier – Toulouse à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Dimanche 25.09
Créteil – Nantes à 16h30

Kevin Domas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).