All – J8

Rhein-Neckar et Berlin filent en tête

Vainqueurs deux fois en Bundesliga cette semaine, Rhein-Neckar et Berlin sont les nouveaux leaders du championnat et détrônent Hanovre, battu deux fois cette semaine. Flensburg concède le nul à Göppingen, et Kiel s’est rassuré en écrasant Erlangen. Lübbecke a décroché son premier point de la saison.

Semaine folle et impressionnante pour Rhein-Neckar

Crédits : rhein-neckar-loewen.de

Quatre matchs en sept jours : c’est le programme de folie qui attendait Rhein-Neckar Löwen, ce qui faisait dire à Nikolaj Jacobsen (photo) que son équipe disputait « la semaine la plus difficile de son histoire ». Dimanche dernier, les Lions ont battu Kiel (30-28). Mardi, toujours à domicile, ils recevaient le leader du championnat, Hanovre, en match avancé de la dixième journée. Le suspense, qu’on aurait pu légitimement attendre d’une telle rencontre au sommet, n’a en fait jamais existé : Rhein-Neckar écrase son adversaire dès l’entame et mène rapidement 6-0 (7′). L’écart passe même à neuf buts d’avance quelques minutes plus tard (12-3, 18′), moment choisi par Carlos Ortega pour poser déjà son deuxième temps-mort. Le coach espagnol doit alors savoir que la victoire s’est évanouie, et qu’il faudra aux Preux chevaliers éviter de prendre une déculottée encore plus sévère. De fait, RNL met effectivement un peu de temps à prendre dix buts d’avance (17-7, 28′). Porté par Mads Mensah en attaque (8 buts) et pouvant s’appuyer sur une défense solide, Rhein-Neckar impressionne pour l’emporter finalement de douze buts (35-23). « Pour un entraîneur, un match parfait n’existe pas. Mais aujourd’hui, on était tout proche de la perfection », se réjouissait Nikolaj Jacobsen après ce match.

Mais pas le temps de s’appesantir sur cette performance pour les Löwen, de nouveau sur le terrain 48h plus tard, à nouveau à domicile, cette fois contre Hüttenberg. Face à un promu qui n’a pas encore gagné, mais qui a toujours accroché ses adversaires, les Lions sont en difficulté en première période. Forcément, aurait-on envie de dire, avec deux matchs d’un tel niveau dans la demi-semaine qui précédait. Jannik Hofmann égalise ainsi pour le TVH en milieu de première période (10-10, 21′), avant que les locaux resserrent les rangs en défense et parviennent à prendre trois buts d’avance à la mi-temps (15-12, 30′). C’est au retour des vestiaires que les Löwen font vraiment la différence, en passant cinq buts d’affilée à leurs adversaires (16-13, 33′ ; 21-13, 40′). La suite du match est bien contrôlée par le champion en titre, qui l’emporte finalement de dix buts (31-21). Semaine parfaite pour Rhein-Neckar, puisque les hommes de Nikolaj Jacobsen se sont aussi imposés avec la manière samedi en Suède contre Kristianstad (22-35). Quatre victoires en sept jours, dont les trois dernières d’au moins dix buts : la performance réalisée par Rhein-Neckar est vraiment impressionnante, et fait figure de signal pour la suite : il faudra compter sur les Löwen dans tous les tableaux cette saison.

Parcours toujours parfait pour Berlin

Rhein-Neckar est donc le nouveau leader du championnat, mais pas seul. Les Füchse Berlin, invaincus depuis le début du championnat, jouaient aussi deux matchs dans la semaine. Le premier, un match avancé de la quinzième journée, était forcément piège du côté de Leipzig, pour un derby de l’Est. Le rythme est élevé, Leipzig prend le meilleur départ (6-3, 10′) mais ce sont les Renards qui passent en tête à la pause (12-14, 30′). Leipzig reste néanmoins au contact de son adversaire de la Capitale, emmené par un Philipp Weber insaisissable. Auteur de 11 buts (dont 5/5 pen.) et 4 passes décisives, l’arrière gauche pose beaucoup de problèmes aux Berlinois qui gardent l’avantage, mais sans prendre plus de deux buts d’avance. La fin du match est intense. Steffen Fäth (photo) donne un nouvelle avantage à Berlin à 45 secondes de la fin (29-30), avant que Weber égalise à nouveau pour le SC DHfK dans la foulée. Berlin a une dernière occasion, obtient un 9 mètres mais le duo arbitral n’arrête pas le chrono. Fou de rage, Velimir Petkovic est expulsé par les arbitres. Le temps est écoulé, et on donne le ballon à Steffen Fäth qui réussit l’improbable. Berlin aura dû lutter et compter sur un soupçon de chance pour remporter un succès précieux (30-31).

Les Füchse étaient de nouveau sur le pont dimanche pour le match de cette journée, la réception de Lemgo. Là, on a eu beaucoup moins de suspense. Berlin a vite pris le match en main, en comptant rapidement cinq buts d’avance (6-1, 7′), et même neuf à la pause (17-8, 30′). Défensivement et offensivement inférieurs, même avec un septième joueur de champ, Lemgo n’a pas pu réduire l’addition en deuxième période, pour finalement s’incliner de treize buts (36-23). Petar Nenadic est sans conteste l’homme du match avec ses dix buts.

Flensburg tenu en échec à Göppingen

Après avoir pris un point dans la salle de Hüttenberg la semaine dernière pour la première sur le banc de Rolf Brack, Göppingen cherchait toujours à lancer sa saison. Mais l’adversaire est de taille : le vice-champion Flensburg. La partie est globalement équilibrée, il faut attendre la 22e minute pour voir Flensburg prendre trois buts d’avance (9-12). Mais Daniel Fontaine (photo) égalise avant la mi-temps (13-13, 30′). Flensburg ne parvient pas à prendre le dessus sur une équipe de Göppingen bien organisée, et qui va même prendre les devants au retour des vestiaires. Tomas Urban conclut un 4-0 pour les Souabes et Maik Machulla prend vite un temps-mort (17-13, 34′). Flensburg réduit progressivement l’écart avant d’égaliser par Lasse Svan (24-24, 52′). La fin du match est stressante. Göppingen perd un ballon à 40 secondes de la fin, mais Kentin Mahé (4 buts) trouve le poteau pour le dernier tir du match, ce qui permet à Göppingen d’être récompensé de sa bonne performance par le point du nul (28-28). Flensburg, malgré une nouvelle belle performance de Matthias Andersson (17 arrêts) compte désormais trois points de retard sur Rhein-Neckar. Göppingen, de son côté, tient peut-être son match référence.

Kiel se balade à Erlangen

Il y avait bien eu cette victoire lors du premier match face à un faible Lübbecke. Mais depuis, Kiel peinait à convaincre lors de ses matchs. Assiste-t-on à un tournant dans le début de saison du THW ? Les Zèbres sortent de cette semaine avec deux parties intéressantes. Avant de perdre de justesse à Veszprém dimanche, Kiel est allé écraser Erlangen dans sa salle (20-31). Un match gagné avec une base arrière conquérante (6 buts pour Vujin (photo) et Weinhold) et en commettant beaucoup moins de pertes de balle que lors des derniers matchs. L’écart a été rapidement fait face à une équipe d’Erlangen qui n’a pas su répondre au rendez-vous (3-8, 14′ ; 10-16, 33′), et qui aurait pu encaisser une défaite plus lourde si Gorazd Skof n’avait pas réalisé 15 parades. Si Alfred Gislason respire mieux, Robert Andersson, le coach du HCE, a été licencié après ce match et le début de saison moyen de son équipe (5 points en 7 matchs).

Melsungen et Magdebourg à l’affût au classement

Elle était intéressante, cette opposition entre le MT Melsungen et Hanovre. Le TSV, de retour sur les terrains deux jours après la correction prise à Mannheim contre Rhein-Neckar, n’a pas fléchi face à une solide équipe. Après une première mi-temps où chacun a connu son temps fort (5-8, 12′ ; 13-8, 23′ ; 15-15, 30′), les deux équipes ont livré une deuxième période disputée et les deux auraient pu l’emporter. C’est finalement vers Melsungen que les deux points vont, grâce à un arrêt sur 7m de Johan Sjöstrand devant Casper Mortensen, suivi d’un but de Julius Kühn – son neuvième – qui permet alors à Melsungen de faire le break (29-27, 58′). Melsungen l’emporte 31-29 au terme d’un vrai bon match de handball. Hanovre encaisse sa deuxième défaite de la semaine.

Le TSV se fait reprendre par Magdebourg au classement. Le SCM jouait lui aussi un match intéressant contre Wetzlar. Pendant une bonne partie de la rencontre, c’est le HSG qui est la meilleur équipe sur le terrain, avec moins d’erreurs techniques. Mené quasiment toute la première période, Magdebourg égalise juste avant la sirène par Matthias Musche (photo, 16-16, 30′). La deuxième mi-temps est équilibrée, disputée, et tout se décide dans le money-time. Sur une infériorité numérique, le club de Saxe-Anhalt arrive finalement à prendre les devants grâce à Nemenja Zelenovic, avant un but sur un contre éclair de Musche (29-27, 56′). Magdebourg arrive en fin de match à conserver son avantage pour remporter un succès précieux (31-29). Le SCM doit quand même une fière chandelle à son gardien Jannik Green, auteur de 16 arrêts dont plusieurs en face à face.

Lübbecke prend un point, Gummersbach gagne

Dans le bas du classement, la bonne opération de la semaine est signée Gummersbach. Relégable, le VfL a réussi à sortir de la zone rouge ce dimanche en l’emportant à Stuttgart (22-26). Une victoire due en partie aux 14 arrêts de Carsten Lichtlein, dont 1 penalty. Mais une victoire qui doit surtout à la très belle performance collective des joueurs de Dirk Beuchler, convaincants en défense comme en attaque.

Gummersbach revient à un point de Ludwigshafen et Minden, qui n’ont pas réussi à se départager (21-21). Dans un match serré tout du long, avec de bonnes performances de Kevin Klier (Ludwigshafen) et d’Espen Christensen (Minden) dans leurs buts (12 arrêts chacun), on peut dire que le partage des points n’est pas scandaleux. Ludwigshafen est passé tout près de l’emporter, mais Magnus Gullerud a égalisé dans les toutes dernières secondes pour Minden.

La grosse surprise vient de Leipzig, où Lübbecke a enfin livré un match intéressant. Après sept défaites en autant de rencontres, le TuS a étonné tout le monde en dictant le jeu à une équipe du haut de tableau. Mené 3-0 en début de match, Lübbecke claque un 11-2 pour prendre les devants (5-11, 19′), et garde ses six buts d’avance à la mi-temps (10-16, 30′). Au retour des vestiaires, le TuS commet quelques pertes de balle et Leipzig réduit doucement l’écart (18-21, 41′). Mais il faut attendre les cinq dernières minutes pour voir le SC DHfK recoller au score, avec un 4-0 qui lui permet d’égaliser (22-26, 56′ ; 26-26, 59′). Après un tir manqué de Lukasz Gierak, Leipzig a même les 40 dernières secondes pour marquer le but de la victoire. Alen Milosevic obtient un 7 mètres, mais Philipp Weber bute sur Peter Tatai, excellent sur ce match (16 arrêts) et à qui Lübbecke doit son premier point de la saison (26-26). Décidément, après Berlin le jeudi précédent, les dernières secondes de match ne réussissent pas à Leipzig…

Retrouvez le classement sur notre site.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

1 CommentairePoster un commentaire

  1. nathcohen - le 9 octobre 2017 à 09h43

    Je suis allé voir jouer Leipzig hier et ce n'était pas le jeu auquel ils nous ont habitués. Beaucoup de mauvaises ententes, beaucoup de déchets aux tirs et un gardien adverse excellent.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves