LSL – J 26

Pas de miracle pour Créteil

Malgré une dernière victoire face à Cesson (28-27), Créteil n’a pas pu empêcher la relégation en Proligue. Logique au vu de la saison, pendant laquelle l’USC a passé la majorité du temps dans la zone rouge, mais frustrant quant au scénario.

Si vous étiez dans les tribunes au palais des sports de Créteil, ce soir, vous avez vu un condensé de la saison des locaux. Une équipe capable de belles fulgurances, avec un gardien qui cache souvent les problèmes défensifs mais qui, sur la durée, reste trop friable pour jouer les premiers rôles. Et ce soir encore, malgré un Mickaël Robin gigantesque dans sa cage (21 arrêts), Créteil n’a pas réussi à prendre plus de deux buts d’avance au tableau d’affichage. “J’ai été très surpris du niveau de notre investissement en première mi-temps. Pour une équipe qui joue son maintien, qui joue sa vie, ce n’est absolument pas suffisant. Je ne comprends pas ce qui se passe dans la tête des mecs, ça a été comme ça toute la saison” pestait le gardien cristollien. Entre les trois pénaltys ratés dans le match décisif et les absences défensives de ses partenaires, qui les voyaient menés de quatre buts au bout de vingt minutes (7-11) et encore à vingt minutes de la fin (17-21), on lui pardonnerait bien des mots plus crûs, qu’il n’a jamais eu. Pourtant, Créteil avait sa vie entre les mains, à 20h30, au moment du coup d’envoi. Il fallait absolument s’imposer de cinq buts pour s’assurer le maintien, peu importe les autres résultats. Mais comme dans les autres matchs à enjeu, face à Saran, Dunkerque, Toulouse ou Ivry, tous à domicile, Créteil a failli.

Mazel : “Peut-être qu’on n’avait juste pas le niveau”

Dans quel secteur ? “Mentalement je ne sais pas, peut-être qu’on n’avait juste pas le niveau. On a joué avec une équipe décimée tout la saison. Il ne faut pas se chercher des excuses mais encore ce soir, il nous manque des joueurs importants” déplorait Christophe Mazel, qui a du faire avec des recrues transparentes tout au long. Si on excepte Robin, Martin Petiot n’a apporté que sur de très courtes périodes, au point que son entraineur préfère encore, ce soir, aligner un droitier à droite. Juan Castro, quant à lui, a galéré toute la saison, blessé. L’arrivée de Nuno Pereira cet hiver a bien donné un nouveau souffle au groupe cristollien, mais pas suffisant pour se maintenir. “On fait une belle deuxième partie de saison, mais on rate des virages importants. On a manque de clairvoyance dans les moments-clés, mais ce soir, c’est très dur…” soufflait Mazel. Comme en 2010, Créteil retombe donc à l’étage inférieur et nul doute que l’objectif sera de remonter immédiatement. “Je suis le premier dégouté d’aller en D2, mais si c’est pour vivre une autre saison comme ça, c’est pas la peine. J’espère que ça aura le mérite de nous faire repartir sur de bonnes bases, de repartir avec des mecs qui ont vraiment envie d’y aller et de se dépouiller pour le club. Personne n’a triché, mais il fallait mettre beaucoup plus d’engagement” continuait Mickaël Robin, avant de laisser le mot de la fin à Antoine Ferrandier, dont le frère était inconsolable au coup de sifflet final : “C’était compliqué dans la tête d’entendre tous les weekends qu’on était condamné à la deuxième division. Ils avaient tous raison…On aurait tellement aimé leur prouver le contraire…”

Les statistiques :

US CRETEIL HB – CESSON-RENNES MHB 28:27 (14:15)
Arbitres : Thierry Dentz, Denis Reibel

Créteil : Sunjic, Robin (21 arrêts / 48 tirs dont 0/2 pén), Carabasse, Descat (4/8 dont 2/4 pén), Richert (1/1), Toromanovic (3/3), Pintor, Sissoko (3/4), Ferrandier (1/3 dont 1/2 pén), Pereria (4/8), Csepreghi (4/7), Cardinal (2/4), Toto, Mokrani (2/3), L. Ferrandier (4/5), Petiot (0/1)

Cesson : Lettens (4 arrêts / 8 tirs dont 2/3 pén), Bonnefoi (11 arrêts / 35 tirs dont 1/3 pén); Derbier (3/4), Suty (3/13), Dupont-Marion, Sall (3/8), Hochet (4/4), Kamtchop-Baril (8/8), Le Boulaire, Lanfranchi, Villeminot (5/10 dont 2/2 pén), Gudmunsson (0/2), Doré (1/1), Guillo, Beauregard (0/1)

Kevin Domas

10 CommentairesPoster un commentaire

  1. luc - le 9 juin 2017 à 09h25

    Créteil avait son destin entre ses mains et savait que Chambéry n’allait pas mettre véritablement d’engagement contre Saran…Robin avait pourtant activé le mode mur.
    Ce sera très difficile de remonter avec tous ses départs…

  2. TomTom - le 9 juin 2017 à 10h18

    Si Micka a encore été héroïque hier et bien le seul à jouer à son niveau, il n’a pas été aidé comme tout au long de la saison par une défense en mode touriste.Incapable de récupérer un rebond, il n’y avait pas assez de gniac et hier trop de joueurs ont dû penser que Chambéry jouerait le jeu.Mais ce dernier est égal à lui même dans la loose et va aller jouer la coupe d’Europe ca me fait gerber. D’autant qu’ils n’ont pas de scrupules de se faire dégommer par une équipe qui restait sur 10 défaites consécutives.Saran aura gagné son maintien à l’extérieur là ou Créteil a échoué en prenant de belles branlées.Félicitations à eux, il ne nous reste plus qu’à nous battre pour remonter.

    • dab - le 9 juin 2017 à 10h47

      ça y est ça vient cracher sur Chambéry alors que Créteil est aussi venu s’imposer à Chambéry…Tu vas les accuser d’avoir pariés comme à l’époque Cesson-Montpellier aussi ? Et puis Chambéry “aime” bien perdre face à des équipes faibles telles que Créteil, Ivry ou Bilière (en coupe)
      Pour rappel, Chambé avait aussi perdu leur dernier match à domicile contre Tremblay l’an dernier.. De même, Paris avait perdu son dernier match face à Aix l’an passé et perd cette saison contre Nantes même si c’est plus “normal”.. De toute évidence quand il n’y a plus d’enjeu, il n’y a quasiment pas d’engagement et ça tout supporter de Créteil doit le savoir !

      La loose c’est d’avoir son destin entre ses mains et de ne pas réussir à mettre +5 à domicile face à équipe qui jouait le maintien.. Et puis Créteil ne fait une remontada en 2e partie de saison uniquement par chance que Saran a accumulé des blessures parmi ces meilleurs joueurs..

      Ton équipe est en perdition depuis le départ de Remili et Minel et risque de rester en D2 quelques années. Descat a bien fait de s’en aller et j’espère que Robin en fera autant, plutôt que de jouer le maintien en D2 l’an prochain

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).