Mondial U21

Rappel à l’ordre pour les bleuets

Crédit : Dominique Ernst

Dans une rencontre où l’engagement physique fut important, les bleuets ont laissé la victoire à l’Allemagne (24-28). Deux trous d’air difficiles à combler auront condamnés les bleuets. L’avertissement sans frais donne cependant les clés de travail pour progresser.

Crédit : Dominique Ernst

À force de répétition, on commence à s’en inquiéter. Comme à l’Euro et comme en mai, les allemands ont cueilli les juniors bleuets. Cueillis à froid même. Après une période vierge de buts, Valentin Spohn charge le but de Julien Meyer de son bras droit puissant mettant rapidement un premier break (2-5, 7e). La première exclusion, un poil sévère, de Michal Michalczik coupe le rythme allemand et donne de l’air aux bleuets. Ils grignotent le score jusqu’à ce que Etienne Mocquais égalise sur sept mètre (8-8, 19e). Tout irait bien si Hugo Kamtchop ne sortait pas sur blessure à ce moment là. Car ensuite Melvyn Richardson sur sa première action en attaque placée inscrit le but du +2 (13-11, 28e). Une exclusion sur Dylan Garain et le but sur le gong de Johannes Golla remet toutefois les deux équipes à zéro (13-13, MT).

Passés au révélateur

Sauf que ce moment de calme passé, le ciel tombe sur la tête des français. Le ciel s’appelle Lukas Mertens (4/6), Franz Semper (6/7) et Stefan Hanneman (8/19 à 43% d’arrêts). Le premier force les français à courir et accélérer à un rythme qui ne leur convenait pas. Le deuxième punit toute défense laxiste sur son bras qui impressionne nombre d’observateur. Le troisième enfin se charge d’être sur tout les tirs français pris sans la plus grande des convictions. Il faut rajouter au tableau des erreurs défensives régulières et trop nombreuses fautes de mains, rédhibitoires alors qu’un retour restait possible (23-26, 55e).

Crédit : Dominique Ernst

Le tableau n’est cependant pas à noircir plus que de raisons. Les français ont eu un jour sans contre une équipe globalement en réussite et qui a su bénéficier d’un arbitrage bien pauvre. Des motifs de satisfactions existent, comme le jeu avec le pivot autour de Hugo Kamtchop puis Dragan Pechmalbec – sorti éreinté -, la relève dans les buts de Medhi harbaoui qui a amené un nouveau souffle quand Julien Meyer n’y arrivait, ou la justesse de Etienne Mocquais – précis jusque dans sa propre zone. Toutefois ce soir les bleuets n’étaient pas encore paré à tout, et sûrement pas à ce que le ciel leur tombe sur la tête (24-28, SF).

Hugo Kamtchop a été touché à la cheville sur une phase offensive. S’il boitait encore à la sortie, pour le sélectionneur Yohann Delattre l’inquiétude n’était pas grande : “on peut espérer qu’il revienne d’ici quelques jours, une fois soigné“.

Statistiques

France – 24

Meyer (6/27 – GB), Harbaoui (6/13 – GB), Mathias (GB) – Lagarde (2/5), Keita (0/1), Mocquais (4/4), Billant (2/3), Ferrandier, Lenne (3/4), Garain (1/2), Scott, Pelayo, Kamtchop-Baril (2/3), Minne (2/6), Pechmalbec (3/5), Mem (4/10), Richardson (1/4), Lobry.

Allemagne – 28

Birlhem (6/19 – GB), Hanneman (8/19 – GB) – Mertens (4/6), Zintel (0/4), Müller (1/3), Semper (6/7), Nothdurft (2/2), Weissgerber (3/4), Michalczik (0/1), Struck, Spohn (4/6), Heymann (1/4), Schade (2/2), Golla (4/4), Salger (1/5), Gempp.

À Kloten, Maxime Thomas

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. greg - le 1 juillet 2017 à 19h40

    Il n’y a bien que les jeunes que les allemands peuvent battre les français 😉 Et ils battront au mondial !

  2. Pirate du PCHB - le 4 juillet 2017 à 01h40

    Greg, en français, ça donne quoi?

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves