Razel-Bec – J2

La France termine par une victoire

La France a remporté le tournoi Razel-Bec grâce à son deuxième succès sur la Slovénie (26-18). Après avoir fait le trou en première période en s’appuyant sur une défense sérieuse, les Bleues ont pu gérer leur avance lors du deuxième acte. Allison Pineau, pour son retour, a livré une belle prestation (4 buts). Prochain et dernier match amical avant le Mondial prévu mercredi à Metz face à l’Angola.

Une première sans folie

Pas aidées par le faux-rythme slovène, l’équipe de France n’a pas brillé en attaque lors des trente premières minutes. “On a essayé des choses en attaque et on doit encore peaufiner tous nos automatismes, opine Blandine Dancette. C’est vrai qu’on a perdu trop de ballons mais, après tout, l’essentiel est d’être prêtes samedi prochain.” Pertes de balle, manque de précision aux shoots, les Bleues se cherchent en phase offensive mais restent très sérieuses en défense. “La première mi-temps a été bonne sur le secteur défensif au contraire de la seconde où on a laissé beaucoup trop d’espaces à l’adversaire, note Olivier Krumbholz. Nos gardiennes nous ont bien aidé également.” Cette robustesse permet à l’équipe de France de s’éviter toutes frayeurs, d’autant plus que l’entrée d’Estelle Nze Minko vient secouer la défense adverse à point nommé. En trois minutes, l’arrière de Siofok claque trois buts et permet aux Bleues de se détacher plus nettement (10-4, 23′). La Slovénie, de son côté, n’y arrive toujours pas face au mur bleu. “Nous avons eu un match difficile avec une première période assez mauvaise en attaque, regrette Ana Gros, l’arrière Slovène. Nous avons perdu trop de ballons, on a raté des pénaltys… La différence s’est faite là.” A la pause, la France est logiquement devant (12-5, MT).

Dix dernières minutes efficaces

Le début de seconde période est enfin plus débridé. Blandine Dancette et Siraba Dembele claquent deux contre-attaques et Allison Pineau appuie encore sur l’accélérateur (15-6, 32′). Absente depuis la finale retour du championnat LFH, la demi-centre de Brest a rendu une belle copie pour son grand retour sur les parquets. “La bonne nouvelle est que je n’ai plus du tout mal à la cheville, sourit l’intéressée. Je dois encore retrouver mes repaires défensifs avec mes partenaires mais, globalement, je trouve que c’est plutôt encourageant pour la suite.” Mais, même si l’attaque est plus rythmée, les opportunités ne sont pas toutes converties devant le but adverse. “On doit pouvoir faire beaucoup plus efficaces, souligne Olivier Krumbholz. On s’est souvent ouvert le chemin du but, avec Gnonsiane Niombla ou Kali Niakaté par exemple, mais malheureusement elles ont été en échec aux tirs.” Cette inconstance permet aux Slovènes, emmenées par Alja Koren, de ne pas craquer avant les dix dernières minutes (21-15, 51′). “Même si la France est supérieure, nous n’avons pas été catastrophique, loin de là, explique Ana Gros. Il nous reste une semaine pour travailler ensemble mais ce week-end est encourageant pour nous.” Après un 3-0 initié par Alexandra Lacrabère, c’est Orlane Kanor qui conclut de très belle manière le week-end tricolore (26-18, FT).

France – Slovénie 26-18 (12-5)
France. Gardiennes : Darleux (30′ 10 arrêts), Leynaud (30′ 7 arrêts). Joueuses : Dancette(2), Ayglon-Saurina(1), Pineau(4), Landre(1), Houette(1), Niakaté, Kolczynski(1), Dembele(2), Blonbou, Kanor(2), Horacek, Edwige, Nze Minko(5), Niombla(2), Lacrabère(5).

Slovénie. Gardiennes : Pandzic (60′ 13 arrêts), Vojnovic. Joueuses : Ferfolia, Abina (2), Amon(1), Gros(2), Lovsin, Stanko(3), Rudman, Zulic(1), Koren6), Baric, Beganovic, Vrcek(2), Copi, Krhlikar(1), Zabjek.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).