Starligue – J5

Montpellier a gardé son sang-froid

Montpellier continue sa marche en avant et signe une dixième victoire de rang en s’imposant à Cesson (23-28). Les Bretons ont pourtant causé beaucoup de soucis au leader du championnat.

« Nous, on n’a rien à jouer ce soir ! On a envie de gagner, mais eux ont la pression, et ils sont fatigués. » Romaric Guillo traduit bien l’esprit des Cessonnais qu’on a pu voir ce mercredi soir. Inévitablement, contre une équipe du calibre de Montpellier, la pression du résultat n’était pas sur Cesson. Il fallait s’imposer physiquement, bien défendre, et répondre au jeu prôné par Patrice Canayer pour inquiéter le favori et créer la surprise. Tout cela, Cesson l’a fait. Mais Montpellier est resté solide jusqu’à la fin.

Montpellier fait le trou en première période

Le cadre a été posé dès le début de la rencontre. Vincent Gérard, tout juste sacré meilleur joueur du mois de septembre, et Jef Lettens rivalisent en arrêts (5 chacun dans les dix premières minutes). Le Belge sort une double parade devant Michaël Guigou à 7 mètres (7′). En contre, Léo Le Boulaire marque (3-3, 7′) et confirme l’impression du début de match : Cesson fait alors jeu égal avec le leader. Mais petit à petit, Montpellier prend le match en main. Le MHB a en effet cette capacité à punir directement la moindre erreur de son adversaire. Exemple ? Thomas Bolaers précipite un shoot que Gérard repousse facilement. Le gardien lance Arnaud Bingo qui obtient le 7 mètres les 2 minutes pour Bolaers, revenu défendre. Vid Kavticnik transforme la sentence (5-8, 14′).

Cesson prend ensuite un gros éclat (7-9, 16′ ; 9-16, 27′). « Notre gros souci, c’est que Montpellier était sur un gros temps fort, et Montpellier, sur un temps fort, ils inquiètent beaucoup d’équipes. Et on a aussi été beaucoup pénalisés », explique Yérime Sylla, le coach de Cesson, faisant référence aux quatre exclusions temporaires prises par ses hommes en première période (contre une pour Montpellier) et aux six jets de 7 mètres sifflés à l’encontre de Cesson (contre 0 pour). Le CRMHB a surtout buté sur une bonne défense en 5-1 des Héraultais et sur un excellent Vincent Gérard (11 arrêts en première période). Jef Lettens, lui, est moins bien, et Cesson n’a donc plus d’opportunités de contre. Le but rageur de Sylvain Hochet avant la sirène (12-17, 30′) est néanmoins porteur d’espoirs pour les Bretons.

6-0 pour Cesson !

Espoirs confirmés après la pause : Montpellier, pas mal revenu des vestiaires (14-19, 34′), connaît 10 minutes de mutisme. « Cesson faisait de très bons replis défensifs, et on a été un peu pris sur leur défense très basse avec de bons gabarits », explique Patrice Canayer. Pour montrer la grosse activité de l’axe central côté cessonnais, on peut en effet remarquer que les pivots montpelliérains n’ont pas marqué un seul but du match, alors que Hugo Kamtchop-Baril, très bon ce mercredi, a trouvé quatre fois la faille. Mais à ce moment du match, tout Montpellier coince. Cesson enchaîne six buts et prend l’avantage pour la première fois de la rencontre sur un but d’Arber Qerimi (20-19, 41′). Patrice Canayer pose son temps-mort, Montpellier obtient un 7 mètres mais Vid Kavticnik, jusqu’ici parfait dans l’exercice, bute sur Jef Lettens (41′). Kevin Bonnefoi forfait pour une petite déchirure, le Belge a joué toute la rencontre et a livré un grand match (14 arrêts). « J’ai eu quelques soucis pendant dix minutes en première mi-temps, en deuxième c’était beaucoup mieux », reconnaît le principal intéressé.

Montpellier, la force tranquille

Montpellier retrouve finalement le chemin des filets par Michaël Guigou, passé demi-centre (20-20, 45′). Le quatrième demi-centre de la mi-temps pour Canayer, qui a tenté auparavant de résoudre l’équation cessonnaise avec Kavticnik (bon en première période, plus en-dedans en deuxième où « il a manqué de puissance », dixit Canayer), Simonet (largement ménagé suite à son coup à l’épaule pris à Istanbul) et Faustin (apparu quelques minutes, mais en difficulté). Canayer a aussi remis Valentin Porte sur le terrain, et sorti Baptiste Bonnefond du banc. Des choix payants, puisqu’après l’égalisation de Kamtchop-Baril (21-21, 48′), le trio Porte-Guigou-Bonnefond fait très mal sur la base arrière. Surtout Bonnefond, décisif avec trois buts importants, dont celui qui ramène Montpellier à +4 (22-26, 55′). Le MHB, malgré un passage à cinq joueurs sur le terrain (2 minutes pour Simonet, et aussi pour Gérard venu contester, 57′), reste solide en fin de rencontre pour s’imposer (23-28).

Pas de regrets à Cesson, série poursuivie à Montpellier

« On ne s’est pas affolés, on est repartis de l’avant et on s’impose assez largement mais on aurait pu s’éviter cette petite frayeur, affirme Vincent Gérard. On a su repartir sur un temps fort, et pas jouer le match sur les cinq dernières minutes. » Côté cessonnais, la prestation d’ensemble plutôt positive donnait l’impression d’un score final un peu sévère. « En face, ça joue la Ligue des champions, je ne pense pas qu’on n’ait quelque chose à regretter sur ce match, affirme Jef Lettens. On s’est fait plaisir, et c’est bien pour la suite. » Son coach Yérime Sylla enchérit : « L’état d’esprit y était vraiment. » Pas de victoire pour Cesson donc, mais de la confiance engrangée malgré tout.

Montpellier, de son côté, poursuit sa série de victoires : c’est désormais la dixième de rang, depuis le Trophée des champions. « On est très content de ce résultat, parce que c’est toujours compliqué pour nous de se déplacer à Cesson, on y a des résultats contrastés d’une année à l’autre », affirme Patrice Canayer, qui encaisse le troisième déplacement d’affilée de son équipe. « Je suis satisfait du résultat, mais aussi de la manière dont l’équipe se comporte dans ces matchs pas toujours très simples. Il y a de la sérénité, de la confiance, même quand on est beaucoup poussés », ajoute-t-il. Le coach est particulièrement satisfait de la bonne fin de rencontre de son équipe : « L’année dernière, on a perdu sept ou huit matchs d’un but. Ça nous a beaucoup marqué. On en a tiré les leçons à tous les niveaux. Et je crois qu’on a gagné en sérénité. On sait aussi que, si on reste disciplinés, comme ça a été le cas dans le secteur défensif, on a des joueurs qui ont du talent et qui sont capables de faire la différence individuellement. On a des savoir-faire qui nous permettent de se sortir de ces temps faibles qui sont tout à fait logiques quand on joue tous les trois jours. » Le sans-faute du MHB doit maintenant être poursuivi à Lisbonne dimanche, pour un quatrième déplacement d’affilée.

La feuille de match

Cesson-Rennes – Montpellier : 23-28 (12-17).

Arbitres : MM. Bounouara et Thobie.

Cesson-Rennes. Gardiens : Lettens 14/41 arrêts (dont 2/7 pen.), Luy 0/1 (dont 0/1 pen.). Joueurs de champ : Derbier 1/3, Bolaers 0/1, Dupont-Marion, Hochet (cap) 4/5, Kamtchop-Baril 4/5, Le Boulaire 1/2, Delecroix 3/6, Ooms, Villeminot 6/9, Serinet, Gudmundsson 0/3, Qerimi 2/7, Guillo 1/2, Beauregard 1/2. Entraîneur : Yérime Sylla. Exclusions : Villeminot (11′), Bolaers (14′), Guillo (19′), Delecroix (25′), Qerimi (35′, 58′), Beauregard (40′).

Montpellier. Gardiens : Gérard 16/39 arrêts, Portner. Joueurs de champ : Simonet, Caussé, Truchanovicius 4/4, Toumi 6/7, Guigou (cap) 4/8 (dont 1/2 pen.), Richardson 2/5, Kavticnik 5/9 (dont 5/6 pen.), Bonnefond 3/3, Faustin, Fabregas, Porte 2/6, Afgour, Soussi 0/2. Entraîneur : Patrice Canayer. Exclusions : Afgour (28′), Truchanovicius (33′), Richardson (34′), Simonet (57′), Gérard (57′).

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Starligue

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. jbclamence35 - le 12 octobre 2017 à 13h30

    Plutôt propre et je suis ravi de voir Baptiste Bonnefond redevenue décisif et jouer un rôle important. C’est là qu’on doit le voir !!!

    • Philippemhb - le 13 octobre 2017 à 14h11

      Moi aussi je suis content surtout avec tout ce qu'on lui a mis sur le dos…..moi je suis fan!!! allez Baptiste….

  2. I S S A G A - le 12 octobre 2017 à 15h25

    Jusqu’à quand durera la belle embellie du MHB ? Wait and see. Mais ne tout cas lorsque cette équipe tourne à plein régime c’est le must en France en terme de fond de jeu, et même l’une des plus belles équipes du monde. Ce qui manque au MHB c’est la puissance physique des équipes telles que le Psg ou Veszprem par exemple.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves