LFH – J5

Nantes se relance, Chambray enchaîne

Brest et Metz toujours invaincus, Besançon qui arrache le nul à Nice, Nantes qui se relance au moment opportun et Chambray qui pointe son nez parmi les gros. Ce sont les enseignements de la cinquième journée de LFH !

Nantes – Toulon Saint-Cyr 22-21

Deux outsiders annoncés en mal de points s’affrontaient hier à Beaulieu. Un duel déjà très important pour la suite du championnat. L’opposition entre Nantes et le TSCVHB, une victoire chacun au compteur, a finalement abouti sur un court succès des Roses.

Auteures d’un meilleur début de match (7-3, 12′), Alexandrina Cabral Barbosa et les siennes ont ensuite senti la foulée des Varoises revenir sur elles (10-9, MT). A la suite d’un scénario semblable en seconde période, Siraba Dembélé parvint même enfin à égaliser dans le money-time (20-20, 56′) mais les Toulonnaises ne réussiront jamais à prendre la main sur la rencontre (22-21, FT). Avec cette deuxième victoire acquise au mental, le NAH se hisse à la huitième place. Toulon, de son côté, reste dixième.

Paris 92 – Metz 24-35

Douze minutes auront suffi à Metz pour tuer un match qui sentait pourtant bon le traquenard à Paris (2-8, 12′). Coupables de trop nombreuses fautes de main, les Parisiennes ont multiplié les offrandes au champion de France en titre qui n’a eu qu’à gérer son avance par la suite (12-19, MT). “On fait assez vite un écart au score qui nous a permis d’envisager la suite avec un peu plus d’assurance, souligne Manu Mayonnade, le technicien messin. Je suis un peu grognon sur le dernier quart d’heure car on ne respecte plus le jeu et on ne joue pas le handball qu’on essaye de mettre en place pendant 20h en séance toute la semaine.Mais il faut relativiser tout ça car on s’impose finalement de +11 face à un adversaire qui a et va encore poser de gros problèmes à plus d’une équipe. Je suis finalement assez content de nous.” Avec ce cinquième succès (24-35, FT), Metz reste co-leader du championnat avec Paris.

Chambray – Fleury 30-24

Dans le derby du Centre Val de Loire, Chambray n’a pas – là aussi – mis longtemps à prendre la mesure de Fleury. Dans le sillage de Szimoneta Planeta en première artilleuse, les Chambraisiennes ont assommé d’entrée leur adversaire (5-0, 8′). Usant beaucoup d’énergie pour revenir avant la mi-temps (13-11, MT), Fleury a ensuite à nouveau craqué au retour des vestiaires (22-13, 43′), se heurtant coup sur coup à Linda Pradel. Ce succès serein (30-23, FT) décroché sur ses terres pourrait permettre à Chambray de se lancer complètement dans sa saison. En tout cas, il lui permet déjà de pointer à la sixième place du championnat.

Nice – Besançon 26-26

Un beau match nul qui peut contenter tout le monde. Au terme d’une rencontre au scénario épique, Nice et Besançon se sont finalement séparés sur un partage des points logique. D’abord devant (3-5, 7′), les Bisontines ont ensuite encaissé un 6-0 en quatorze minutes (9-5, 21′), la faute à une défense niçoise solide mais également à des pertes de balle trop nombreuses. Ine Karlsen, dans le but bisontin, a alors permis aux siennes de ne pas prendre l’eau.

Au moment où Dienaba Sy donnait le +6 à l’OGCN (18-12, 36′), la messe aurait pu être dite… Mais les deux temps-morts posés par Raphaëlle Tervel en cinq minutes changeront la donne. Progressivement, l’ESBF a refait son retard tandis que Nice se retrouvait déstabilisé par l’exclusion directe de Martina Skolkova. Alors à nouveau menées (22-25, 53′), Melissa Agathe et les Azuréennes ont tout de même trouvé le moyen de reprendre encore l’avantage (26-25, 29′) avant l’égalisation à treize secondes de la fin d’Amanda Kolczynski (26-26, FT). “Je suis satisfaite de ce match nul à l’extérieur, car nous avons été pratiquement toujours dominées, même si un moment nous sommes à plus 3, note Raphaëlle Tervel. Sur la physionomie du match, nous sommes heureuses de ce match nul car il est difficile de battre Nice à la maison… Sachant que nous étions à -1 à quelques secondes de la fin !”

Dans les autres matchs, Brest a battu Saint-Amand (37-19) et Dijon a pris le meilleur sur Bourg de Péage (31-24).

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos LFH

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. ANues - le 17 septembre 2018 à 12h06

    On prend les mêmes ingrédients que le match contre Brest de la semaine dernière

    – une défense qui manque de compacité, de cohérence
    – une attaque lente, une circulation de ballon qui fait peut bouger la défense messine pour créer un décalage
    – une attaque qui fini par ne plus savoir quoi faire
    – 19 pertes de ballons et 19 buts encaissés, limite elles ont cherché à battre le record de LFH
    – le coach qui a voulu faire du jeu à 7 en attaque et des joueuses qui se sont complètement viandées en perdant systématiquement le ballon, et Metz qui a donc marqué 6 ou 7 fois dans un but vide
    – un tel manque de logique dans le recrutement/prolongation que l'équipe manque de joueuses sur le poste d'arrière (à droite et à gauche):
    Tamara Horacek a joué la Reine des Vendanges et elle se retrouve remplacée par Sonja Frey (demie-centre) et un peu Déborah Lassource (demie-centre)
    Océane Sercien est tellement pas au point qu'elle est remplacée par Chloé bulleux (ailière droite)
    Si Sonja Frey a fait des tentatives de débordements à gauche avec un succès mitigé, côté arrière droit y a rien qui va

    Dans les cages, Satrapova a été à la ramasse et comme contre Brest elle a fini par être remplacée en court de 1ère mi-temps par victoria Alric qui aura fait plus d'arrêts mais c'était insuffisant

    Truc dingue: après avoir tiré au dessus des cages sur un penalty, Tama Horacek sera remplacée aux tirs à 7m par Crina Pintea (pivot) avec un 3/4

    Le sentiment dominant c'est que le coach et les dirigeants ont merdé complètement leur recrutement…
    – prolonger Hanna Oftedal une 5e année
    – signer son 1er contrat pro à Océane Sercien
    Le poste d'arrière droite à IssyParis c'est vraiement le plus problématique depuis 10 ans

    – Horacek qui remplace Abbingh sans avoir de n°2 qui fasse l'affaire et le centre de formation d'issy n'a aucune arrière (droite et gauche) qui puisse venir prêter main forte

    … et que la sauce prend mal et faut se démerder jusqu'à la fin de saison

    Concernant Metz, pas eu besoin de forcer. c'était globalement plus limpide presque simple et du tableau noir. Même quand les isséennes ont réussi à revenir à 6 buts à 10 minutes de la fin. Mayonnade fait un temps mort: et là c'est le drame. Issy se mange un 7 à 2 dans les 10 minutes restantes.
    Seule ombre au tableau Alexandra Zych est très loin de remplacer Ana Gros.
    Oh et Manon Houette, Marion Maubon, Sonja Frey ont des jambes divines

  2. DN - le 17 septembre 2018 à 18h51

    Paris manque de budget ou alors c’est du je m’en foutisme total ? Parce que y a du potentiel dans cette équipe tout de même

    • ANues - le 18 septembre 2018 à 12h35

      Les bugdets quand on les voit sur Handnews, ou ailleurs apparemment tous les clubs ne déclarent pas les mêmes choses à la LFH (avantages en nature, droits à l'image, etc …) donc difficile de faire des comparaisons
      Le club a apparemment un budget dans le top5

      Pour les recrutements pas besoin d'aller chercher des top joueuses internationales, etc
      Juste des joueuses qui font bien le boulot et/ou dont le potentiel est clair et développable. Et si il y a pas eu de changements visibles on ne renouvèle pas le contrat
      Et quand on regarde les transferts de la saison, le club aurait pû trouver d'autres potentiels sans débourser plus qu'aujourd'hui.

      – Sercien a fait sa formation au club, du potentiel mais c'est plus dans son comportement que ca bloque et au final c'est l'équipe qui trinque

      – Quand le club a signé Stine Oftedal elle avait 20 ans jouait avec une équipe moyenne de Norvège et elle avait ses 10 petites minutes de jeu ave son équipe nationale. Le potentiel était là et il a été developpé comme il faut. Elle a pû passer à la marche supérieure en allant à Gyor

      -Sa soeur a montré du très bon jeu lors de sa première année, et puis comme un soufflé c'est retombé dès la 2e année et les suivantes. Même l'équipe B de Norvège ne l'appelle plus

      – Crina Pintea avec son physique de déménageur n'était pas le choix le plus évident parce à Thuringer c'est pas elle qui avait le plus de temps de jeu. Gandais pour le coup a eu le nez creux. Pintea a fait de sacrés progrès

      Chez les jeunes y a du bon: Deba à l'aile droite, Mazens à l'aile gauche (y a ecore du travail mais elle a plus de temps de jeu que Mala en ce début de saison), Fofane en pivot

      Le problème c'est que le niveau général est pas folichon, est-ce que c'est les entrainements mal adaptés? Les combinaisons tactiques pas au point? Un nouveau coach qui n'a pas été adjoint de Gandais pourrait-il apporter du sang neuf?

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).