LSL – J20

A Aix, après la pluie, le beau temps

Il y avait bien longtemps que la Starligue n’avait pas vu sa journée étalée sur cinq jours. Mais, retour de semaine internationale et coupe de France oblige, certains seront obligés de jouer en ce mercredi. Et Aix, même si non concerné par ces demi-finales, recevra Toulouse en milieu de semaine, pour tenter de faire perdurer son état de grâce.

Rembobinez quatre mois en arrière. Aix, en plein marasme sportif, vient de perdre coup sur coup face à Istres en coupe de la ligue et Ajaccio en coupe de France. Deux revers qui enfoncent les Provençaux dans une spirale négative, où les graves soucis de santé de Théo Derot et Slavisa Djukanovic les avaient plongés. Arrive le printemps et le PAUC offre un visage transformé, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Derot se rapproche un peu plus chaque jour des terrains tandis que Djukanovic, remis sur patte, participe désormais aux séances et aide aux entrainements des gardiens. “On est revenu dans un cercle vertueux et le fait que les deux aillent bien est la cerise sur le gâteau” sourit Jérôme Fernandez, qui savoure ces jours heureux. Depuis le début de l’année civile, son équipe ne s’est pas inclinée une seule fois en compétition officielle et s’est même offert, il y a quinze jours, le scalp du leader montpelliérain, après avoir tenu en échec Nantes quelques jours avant. “Les garçons ont pris conscience que s’ils voulaient gagner, ils n’allaient pas pouvoir uniquement se reposer sur leurs acquis. Et mentalement, on est beaucoup plus fort qu’en début de saison. Ca se voit d’ailleurs sur le terrain, même si on ne fait pas le match parfait, on arrive quand même à aller chercher les points” constate Fernandez.

Des joueurs transformés

Ce qu’il ne dit pas, mais que tout le monde voit, c’est que la trêve de l’Euro a transformé certains joueurs. Wesley Pardin et José Baznik, dans leurs cages, encaissent en moyenne trois buts de moins que la saison passée, Juan Andreu est dans une forme éblouissante et, contrairement au début de saison, les résultats ne dépendent plus que des prestations d’Aymeric Minne. Mais, s’il n’a pas été simple de garder la tête en dehors de l’eau au début de l’hiver, il est plus aisé de ne pas se laisser griser. “Les garçons ont tiré les leçons de l’après match de Paris. Quand on a gagné à Dunkerque, la première chose qu’ils ont dit dans le vestiaire, c’est qu’il ne fallait pas faire les cons et tout gâcher. Et face à Nantes et Montpellier, sans pression, on arrive à prendre trois points sur quatre” se félicite celui qui, depuis le début de saison, ne se dédie désormais qu’à l’entrainement du collectif provençal. Et alors que Toulouse va venir visiter l’Arena ce mercredi, le plan de route est déjà tout tracé. Avec, en point de mire, un duel lors de la dernière journée face à Saint-Raphaël qui pourrait s’avérer décisif pour l’Europe. Même si Fernandez est loin de regarder aussi loin : “On a une série de matchs qui semblent abordables, avec Toulouse, Ivry et même Chambéry. En première partie de saison, l’équipe n’était pas encore prête, à l’image de notre défaite face à Cesson. J’espère qu’on va arriver à faire perdurer cette dynamique.” Pour aller chercher le top 5 en fin de saison, il s’agirait de ne pas perdre de temps en route.

Bousculade dans les places européennes

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Parce que ce mercredi, la concurrence aussi sera en mesure de prendre des points. Saint-Raphaël, d’abord, se déplacera sur le terrain de Massy. Si les Raphaëlois ont semblé physiquement sur les rotules, ils ont continué à prendre les points et à rester dans la course à l’Europe. Et sur le terrain d’un Massy désormais presque condamné, une défaite serait du plus mauvais effet. D’autant que derrière, Dunkerque et Nîmes vont s’affronter et que l’un ou l’autre (voire les deux) prendra des points. A l’aller, les Gardois l’avaient emporté de six longueurs au Parnasse (31-25). Mais ça, serait-on tenté de dire, c’était avant, vu comment les dynamiques des deux équipes se sont inversées…Dans le haut du tableau, Montpellier se déplacera à Tremblay. Le leader n’a désormais plus le droit à l’heure, avec son avance de deux points et le goal-average particulier défavorable face à Paris. Un PSG qui recevra d’ailleurs Nantes le lendemain, dans le duel au sommet de cette vingtième journée. En cas de victoire, les Parisiens mettraient le H à cinq points et se réserveraient, presque à coup sûr, un tête à tête palpitant avec les Montpelliérains jusqu’à la fin de la saison. Cette vingtième journée se terminera la semaine prochaine, avec la réception de Cesson-Rennes par Chambéry. En attendant, Saran recevra Ivry samedi soir, pour se donner encore une raison de croire au maintien…

Le programme de la vingtième journée

Mercredi 11.04
Dunkerque – Nîmes à 20h00
Massy – Saint-Raphaël à 20h30
Tremblay – Montpellier à 20h30
Aix – Toulouse à 20h45 (en direct sur beIN Sports 3)

Jeudi 12.04
Paris – Nantes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 3)

Samedi 14.04
Saran – Ivry à 20h00

Mercredi 25.04
Chambéry – Cesson-Rennes à 20h00

Kevin Domas

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. Kornac - le 10 avril 2018 à 19h05

    On dirait un calendrier de bundesliga cette journée !

    • jpf_hb - le 11 avril 2018 à 09h01

      Nan pour ça il faudrait mettre la 1/2 finale de la coupe de France ce soir et un match de ligue des champions aussi en même temps…

  2. cochonne - le 10 avril 2018 à 22h30

    Fernand sera un aussi grand entraîneur qu'il n'a été un grand joueur.
    c'est un geant dans tous les sens du terme

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).