Starligue – J24

L’heure de la décision approche !

Dans le haut du classement, les chocs entre les quatre premiers pourraient bien rebattre les cartes pour le titre et les places européennes. Tandis que dans les abords de la zone rouge, une victoire suffira à Cesson pour sauver sa place dans l’élite.

Cette vingt-quatrième journée sera-t-elle celle de la décision avant l’heure ? Dans certaines parties du classement, et notamment dans ses profondeurs, cela en a tout l’air. Si Massy, qui se déplacera à Chambéry dans un choc des équipes n’ayant plus rien à jouer, est assuré de redescendre en Proligue cet été, l’identité de son compagnon d’infortune reste encore à déterminer. Saran ? Cesson ? Tremblay ? Les Franciliens ont fait le plus dur en prenant les points face à Nîmes la semaine passée, et avec cinq points d’avance sur Saran, ils pourraient valider leur maintien dès ce mercredi. La condition ? Que Saran ne s’impose pas face à Cesson. Une condition qui suffirait aussi aux Bretons pour sauver leur peau. “On se dit juste qu’il nous faut encore une victoire pour assurer le maintien. Si on gagne, le combat est fini. Alors forcément, quand on joue une telle finale pour le maintien, l’envie et la motivation sont décuplées” anticipe déjà Florian Delecroix, l’arrière droit cessonnais. Prêté par Nantes l’été dernier au voisin breton, le grand gaucher de 24 ans a pris son temps pour prendre la mesure de son nouvel environnement. Avant, la trêve de janvier passée, de passer la seconde et de devenir l’arme offensive principale de la base arrière cessonnaise. “Les débuts ont été un peu compliquées, mais désormais, j’ai créé des affinités avec les joueurs autour de moi. Et, la confiance aidant, j’ai aussi eu plus de responsabilités. C’est pour ça que j’étais venu, m’aguerrir, avoir du temps de jeu, progresser en défense et plus globalement voir ce que je valais” note le gaucher, toujours sous contrat avec Nantes pour la saison prochaine.

Le maintien avant de penser à l’an prochain

Car si Cesson aimerait bien garder Florian Delecroix, le fait est que son contrat avec le H court jusqu’à 2019 et qu’il devrait, en toute logique, retourner en Loire-Atlantique l’exercice en cours terminé. Mais avec Eduardo Gurbindo et Kiril Lazarov en pleine bourre sur le poste, le temps de jeu sera cher sur les bords de l’Erdre à partir de l’été prochain. “Cette saison m’a ouvert l’appétit. J’ai déjà discuté avec Thierry Anti, si je reviens à Nantes, ce n’est pas pour cirer le banc, mais pour apporter ma pierre à l’édifice” insiste le MVP du championnat du monde junior 2015. Il insiste, mais pas trop non plus, car ce genre de discussions auront leur place plus tard, une fois que le maintien de son club d’adoption sera définitivement validé. Cesson ne s’est jamais trompé de combat depuis le retour de l’Euro, ciblant parfaitement les rencontres où prendre les points et battant Ivry, Tremblay et Massy dans toutes les rencontres au couteau. “La recette ? Je ne la connais pas, mais elle fonctionne !” rigole Delecroix, qui découvre la lutte acharnée pour la survie dans l’élite. Et qui, de toute évidence, s’y débrouille plutôt bien.

Montpellier et sa course de haies

Dans le haut du tableau, les cartes devraient se retrouver une nouvelle fois rebattues passé jeudi soir. Car Aix, tout quatrième qu’il soit, ne partira pas favori du côté de Paris et que Saint-Raphaël, qui pointe juste derrière, va devoir trouver la bonne carburation entre prendre des points vitaux pour la qualification européenne à Ivry tout en ne mettant pas tous ses oeufs dans le même panier. Car, avec trois matchs en quatre jours dont un Final Four de coupe EHF prévu, le planning est lourd, et il y a beaucoup à perdre en peu de temps. Mais aussi, beaucoup à gagner…Pour Montpellier, la réception de Nantes est le premier obstacle d’une véritable course de haies qui pourrait mener le club héraultais au titre de champion de France. Le H, mais aussi Saint-Raphaël et Dunkerque, voilà pour le programme. Corsé, mais un titre, cela se mérite ! Enfin, Nîmes va devoir relever la tête pour finir en beauté une saison où de petites sautes d’humeur auront gâché le bilan total. Celle à Tremblay, la semaine passée, aura été rédhibitoire, et il faudrait un miracle pour que les hommes de Franck Maurice attrapent ne serait-ce que la sixième place. Mais cela passera forcément par une victoire face à Toulouse demain.

Le programme de la vingt-quatrième journée

Mercredi 16.05
Paris – Aix à 19h00 (sur beIN Sports 2)
Chambéry – Massy à 20h00
Saran – Cesson-Rennes à 20h00
Dunkerque – Tremblay à 20h00
Ivry – Saint-Raphaël à 20h00
Nîmes – Toulouse à 20h00

Jeudi 17.05
Montpellier – Nantes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

Retrouvez la communauté HandNews sur Discord
Pub Espace Pronos Starligue

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. Perche - le 15 mai 2018 à 17h14

    Le H va t-il se mettre “à fond” pour remporter ce match à 1 semaine du Final4 et face au MHB qui sera obligé d’être à fond ?

  2. handzooz - le 15 mai 2018 à 17h32

    Si Saran bat Cesson, Saran pourra peut-être refaire le même coup que l’an passé en se sauvant à la dernière journée cette fois à domicile contre Tremblay..calendrier compliqué pour Cesson en cas de défaite…

  3. Grizou - le 15 mai 2018 à 18h34

    Moi je vois bien une victoire de l’OM face à Ciudad Real

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).