Starligue

L’arbitrage, fil rouge de la saison

Les problèmes d’arbitrage auront été le fil conducteur de cette saison de Starligue, alors qu’elle ne se terminera que jeudi prochain. Et le débat sur la professionnalisation du corps arbitral ne fait que commencer.

Cela a commencé à Saran, dès la deuxième journée, pour finir à Saint-Raphaël, hier soir. Entre temps, les polémiques sur l’arbitrage se sont déplacées au grès du vent, allant tantôt à Nantes ou à Montpellier et faisant même un premier passage au palais des sports Jean-François Krakowski début mars. Vincent Gérard, hier, n’a pas hésité une seule seconde au moment de stigmatiser le niveau de l’arbitrage français. Sur les antennes de beIN Sports, le gardien de Montpellier, qui a certainement vu le titre de champion de France s’envoler, a eu des mots crus. Mais jamais manquer de lucidité. La preuve, ses critiques envers les instances gérant le corps arbitral, il les a encore réitérées quelques instants plus tard, dans les travées du palais des sports : “On ne demande pas à un prof d’enseigner une partie de la semaine et l’autre d’être boucher ou charcutier, les parents d’élèves ne seraient pas contents. Bah là, ça devrait être pareil. Comment imaginer que des mecs surentraînés, prenons un Ludo Fabregas qui fait deux mètres et 100kg, soient arbitrés par des mecs qui ne font pas que ça ?”

Seules huit désignations en phase de groupe de Champions League

Car en toile de fond de ces éternels débats sur les erreurs d’arbitrage ressurgit l’éternel serpent de mer de la professionnalisation du corps arbitral. Olivier Girault, élu en début d’année à la présidence de la Ligue Nationale de Handball, n’ignore d’ailleurs pas le problème. “Pour pouvoir avoir un spectacle de qualité, il faut pouvoir compter sur des arbitres de qualité” disait-il déjà lors de sa campagne pour la présidence. Hier, le gardien de Montpellier n’a pas hésité à interpeller le nouvel homme fort de la ligue, le pressant de prendre des mesures. Car, année après année, l’arbitrage français pèse de moins en moins en Europe. Il suffit de regarder les chiffres. Cette saison, seuls huit matchs de poule, tous groupes confondus, ont été dirigés par une paire française, en plus d’un huitième et d’un quart de finale pour la doublette Reveret/Pichon, qui ont officié dans cinq matchs de groupe depuis septembre. Dans ces huit matchs de poule, aucune rencontre mettant aux prises deux équipes du top dix européen non-français. Depuis 2013 et Thierry Dentz et Denis Reibel, aucun arbitre tricolore n’a non plus été aperçu du côté de Cologne et du Final Four de la plus grande compétition européenne. Compliqué de dire que l’arbitrage tricolore pèse véritablement dans l’esprit de l’EHF.

Des enjeux financiers de plus en plus importants

La professionnalisation des arbitres résoudra-t-elle tout cela ? Pas sûr, tant le handball reste et restera un sport dans lequel l’appréciation des hommes en noir est présente. Mais, au moins, la part de l’aléatoire s’en trouverait-elle sans doute réduite. Et les frustrations, de tous bords, moins fréquentes. “Il y a des enjeux financiers, on parle de boites comme les PSG qui ont 17 millions, nous ça représente 7 millions. Comment imaginer un seul instant que l’éthique et l’intégrité d’une compétition soit gérée par la seule partie qu’une soit pas professionnelle” insistait encore Gérard, soulignant être mieux arbitré par des arbitres lettons en Champions League qu’en championnat. Montpellier ne méritait peut-être pas de gagner hier soir à Saint-Raphaël, mais la colère de tous les acteurs remonte à bien plus loin que ça. “Une chaine est aussi solide que son maillon le plus faible” citait hier le gardien montpelliérain. On connait au moins l’axe de travail principal d’Olivier Girault pour cet été…

Kevin Domas

HandNews & CasalHand

76 CommentairesPoster un commentaire

  1. jpf_hb - le 23 mai 2018 à 19h21

    "Depuis 2013 et Thierry Dentz et Denis Reibel, aucun arbitre tricolore n’a non plus été aperçu du côté de Cologne et du Final Four de la plus grande compétition européenne"

    En ce qui concerne Cologne, sur les 4 derniers F4 depuis 2013, il y en avait 2 avec une équipe Française (PSG) donc pas possible qu'il y ait des arbitres français.
    Le F4 de 2014, le binôme Pichon Reveret n'avait pas encore le grade EHF (ce binôme venait d'être construit à la suite de l'arrêt de "carrière" de Nordine Lazaar – avec le quel Laurent Reveret avait arbitré les JO de Londres, 2 Mondiaux et 2 Euro, et ils avaient été désigné sur la finale 2009 si la France ni participait pas…)

    Au final il y a que le F4 de 2015 auquel Pichon/Reveret aurait pu officier, mais on va dire qu'ils venaient d'avoir le grade EHF/IHF… (ils avaient officié sur leur première compétition internationale au mondial 2015 sans aller très loin dans la compétition, France en finale oblige…)

    Sinon mis à part ça je suis entièrement d'accord avec la professionnalisation de l'arbitrage. ça fait plus de 3 ans qu'on en parle sans rien faire. L'argent pour payer 15 binômes pro est facilement trouvable. J'espère que les choses vont vite bouger…

    Mais la professionnalisation ne réglera pas tout, je pense que l'assistance vidéo doit être beaucoup plus utilisé. Que les pouvoirs du délégués doivent être augmentés, qu'il ait également un accès vidéo… Voir 2 délégués en D1…

    Une commission de discipline supplémentaire pour les vilains gestes non sanctionnés aussi (Hmam hier…) ou pour les simulations (flopping est le terme à la mode)

    Changer la façon de chronométrer le match peut être aussi une idée, encore hier entre l'affichage bein, le chrono de la table et la décision finale de laisser 1s, joyeux bordel.
    Quit à être comme en basket et NBA avec des chronos à la milliseconde à ce niveau…

    En clair, beaucoup de chantiers à prévoir pour améliorer notre sport préféré et rester au top niveau mondial ! 🙂

    • Kieler - le 23 mai 2018 à 19h24

      Que dire de plus ?

    • jean - le 23 mai 2018 à 19h59

      Les floppings et les passages en force sifflés quand un défenseur rentre discrètement au milieu de terrain pour se coller derrière un attaquant qui ne le voit pas, qui réceptionne le ballon opposé au défenseur et qui se fait siffler passage en force dès qu’il se retourne, jean peut plus !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).