LFH – Fleury

Jean-Pierre Gontier quittera la présidence du club

Jean-Pierre Gontier, président de Fleury depuis 15 ans, ne sera plus le président de Fleury la saison prochaine.

Le président de Fleury tenait une conférence de presse ce lundi pour annoncer qu’il quitterait ses fonctions au sein du club, en fin de saison. En plus de diriger la SASP, Jean-Pierre Gontier en était l’actionnaire majoritaire, par l’intermédiaire du centre Leclerc de Fleury-Les-Aubrais dont il est aussi le PDG. Son apport représentait 40% du budget du club qu’il faudra combler dans les mois à venir pour que le club loirétain continue de fonctionner correctement la saison prochaine. Au cours de cette conférence de presse, il regrettait le manque d’intérêt et d’investissement de la part des collectivités locales envers son club. “Dernièrement, on s’est accroché au fait que les quatre équipes professionnelles (le club de foot en Ligue 2, le club de basket en Pro A, Saran en Proligue et Fleury) allaient passer sous la compétence de la Métropole. C’était notre dernier espoir. Mais début janvier, on a appris que la subvention de la Métropole serait de l’ordre de 100.000 euros, soit ce que nous attribuait la municipalité de Fleury… Trop, c’est trop ! Je n’accepte pas qu’on me crache à la figure ! Et je ne suis pas une vache à lait !” . Déjà, en début de saison, il pestait les conditions imposées par la ville de Fleury, mettant en cause un manque de considération envers le sport féminin. N’ayant pas de lieu d’entrainement fixe, ni de salle de match attitrée. C’est donc cette accumulation que regrette le président Gontier qui se retire donc de ses fonctions après avoir mené de multiples combat pour mener Fleury au plus haut niveau, sans vraiment que les élus locaux ne suivent. Dans une décennie largement dominé par Metz, il est parvenu à faire un nom à Fleury, champion de France en 2015, un club dans lequel il est investi depuis près de 15 ans. “C’est une des décisions les plus graves, les plus tristes que j’ai eu à prendre…” admettait-il lors de cette conférence de presse.

Maxime Cohen.

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos LFH

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. Doudou - le 11 février 2019 à 22h06

    Triste nouvelle pour le handball en région centre. L’agglomération Orleanaise ne s’intéresse pas au sport féminin à une période où l’on parle beaucoup de parité homme femme. Que faut il de plus à la métropole Orléanaise
    Merci au président pour ces 15 années données a ce club

  2. Eric505050 - le 11 février 2019 à 23h34

    Dur pour les équipes. Mais bon, les collectivités locales n'ont pas vocation à être elles non plus des vaches à lait et cela avec les impôts !
    Le hand ne doit pas tomber dans les errements du foot des années 80 ou les subventions publiques pleuvaient comme à gravelotte…… (ca me fait penser à un certain club de l'est ou le president fait du chantage aux subventions auprès de sa mairie )
    Le tissus économique doit et/ou peut faire le travail de sponsor et c'est son rôle d'ailleurs.
    Les collectivités par contre peuvent fournir ou aider pour les infrastructures.

  3. cochonne - le 12 février 2019 à 10h42

    Bonjour
    L'argent public ne doit pas servir a financer des clubs sportifs quels qu'ils soient.
    On pourra donner de l'argent public lorsque tout un chacun aura de quoi se loger, se vêtir et se nourrir décemment dans ce pays..
    Si des investisseurs privés investissent de l'argent dans le sport c'est déjà suffisant, pas la peine d'y rajouter l'argent public dont manquent actuellement nos hôpitaux, nos écoles, nos EHPADS et la liste n'est pas éxhaustive…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).