Mondial 2019

Des enjeux qui dépassent le handball pour la Corée

La France défie l’équipe unifiée de Corée ce lundi. Une formation inédite, aux problématiques assez éloignées de l’aspect sportif, qui est la curiosité de ces championnats du monde.

22 décembre 2018. L’équipe coréenne arrive à Berlin pour commencer sa préparation pour le championnat du monde de handball qui débute 19 jours plus tard. Le sélectionneur sud-coréen Cho Young-Shin et les seize joueurs qu’il a emmenés avec lui depuis Séoul rencontre enfin la deuxième partie de l’équipe avec laquelle il va composer pour la compétition. “J’ai découvert les quatre joueurs nord-coréens de notre effectif il y a peu de temps” confirme en souriant le sélectionneur. L’équipe unifiée de Corée ne s’est jamais entraînée au complet au pays du Matin-Clair, pour une compétition où elle est loin d’être favorite, et où le politique fera plus parler que le sportif.

L’IHF à l’origine de l’union

Quand l’équipe de Corée du Sud a décroché son ticket pour le Mondial, les Jeux olympiques d’hiver organisés en février 2018, à Pyeongchang en Corée du Sud, venaient de se terminer avec un grand succès géopolitique : les deux Corée ont concouru ensemble, au sein d’une équipe unifiée de Corée. L’IHF a donc l’idée de répéter l’expérience pour son Mondial de handball en Allemagne, autre nation qui a connu une césure territoriale au XXe siècle. La fédérations internationale soumet donc la proposition aux deux Corée, et obtient le soutien du Comité international olympique, présidé par l’Allemand Thomas Bach. L’idée est bien vue de la part de l’IHF qui donne à son Mondial une portée géopolitique. Pas celle espérée, puisque les invitations au match d’ouverture adressées à Moon Jae-in (président de la Corée du Sud), Kim Jong-un (chef de la Corée du Nord) et Angela Merkel (chancelière allemande) pour faire du match un vrai événement international ont été déclinées par les trois dirigeants. Le fait que l’événement sportif soit cette fois loin de la Corée, et le moindre intérêt porté au handball dans ces pays, n’a pas aidé l’IHF dans sa démarche.

Une des équipes les plus faibles de la compétition

Peut-être aussi que les deux dirigeants coréens savaient que leur équipe n’avait aucune chance de rivaliser avec l’Allemagne sur le terrain. La large défaite attendue a bien eu lieu (30-19), et elle n’est pas due qu’à une constitution tardive de l’effectif complet qui, par les bonnes grâces de l’IHF, comporte 20 joueurs, contre 16 pour les autres délégations. La Corée du Sud, qui a décroché le ticket qualificatif pour le Mondial, retrouve la compétition suprême après six ans d’absence, et ne compte pas de joueur ayant le talent de Yoon Kyung-shin, légende de Gummersbach et du championnat allemand où il a joué de 1996 à 2008 et dont il est le meilleur buteur absolu. Cho Young-shin a également décidé de ne pas emmener avec lui de joueurs de Sangmu, le club de l’armée sud-coréenne qu’il entraîne, alors que quatre « athlètes-soldats » nord-coréens sont dans son groupe. “Les gens ont beaucoup parlé du fait que j’entraîne des soldats nord-coréens mais ils sont tous à fait normaux” souriait d’ailleurs le coach peu avant de commencer la compétition.

L’équipe une fois au complet en Allemagne s’est préparée en affrontant deux équipes de troisième division allemande. Bilan : une défaite face à Potsdam puis une victoire contre Oranienburg. Mais face à la sélection allemande, les Coréens se sont défendus, les arrêts de leur gardien Park Jae-yong permettant de ne pas prendre trop l’eau. En tout cas, le groupe vit bien, et les joueurs nord-coréens sont intégrés à l’effectif global, comme l’a indiqué à l’AFP Ri Song-jin, un des joueurs nord-coréens, à ne pas confondre avec Ri Kyong-song, le seul nord-coréen qui a joué contre l’Allemagne jeudi soir. De son côté, le capitaine Jung Suyoung a déclaré à Handball-world que, “en tant que capitaine, j’ai encouragé tout le monde, peu importe qu’ils viennent de Corée du Nord ou du Sud”. La Corée n’aura peut-être pas de grands résultats sportifs, mais gagnera probablement beaucoup sur d’autres terrains.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos EDF

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).