Starligue

Dunkerque espère avoir mangé son pain noir

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Après être reparti d’une page blanche, ou presque, l’été dernier, Dunkerque espère que les mauvais moments sont derrière lui. Mais face à une concurrence aux dents plus aiguisées, rien ne sera donné aux Nordistes.

Dixième au soir de la dernière journée, il y avait bien longtemps que Dunkerque n’avait pas terminé si bas au classement de la première division. Il faut remonter au siècle dernier, à la saison 1999/2000 pour être précis, pour trouver trace d’une telle contre-performance. On comprendrait par conséquent qu’après avoir connu les ors d’un titre national et de la Champions League, il y a “seulement” quatre ans, certains anciens soient un peu aigris. “C’est sûr que c’est parfois frustrant. Dans ces moments, il faut faire preuve de patience quand on est entraineur. Mais on sait aussi que le projet de nouvelle salle est sur les rails et qu’à terme, cet outil va nous permettre de nous développer, mais en attendant, il faut faire le dos rond” déplore Patrick Cazal. Car, pendant l’été, une bonne nouvelle, de celle qu’on attend pendant des années, est arrivée dans les bureaux de son club. Oui, la salle de 5,000 places maintes fois reportée sortira bien de terre d’ici à quelques années. L’arrivée de cet outil devrait, selon les prévisions, aider Dunkerque à rattraper le temps perdu sur la concurrence. “Quand on voit que certains clubs ont augmenté leur budget de 50%, on est soulagé que cette décision ait été prise. Faute de cela, on n’aurait pas pu continuer à être ambitieux. Désormais, on est sur un cycle de trois ou quatre ans qui vise à préparer au mieux l’entrée dans cette nouvelle salle” continue celui qui, depuis 2011, dirige l’effectif dunkerquois.

Trois recrues jeunes mais déterminées

Les débuts de ce cycle, la saison passée, ont laissé à peu près tout le monde sur sa faim. Il faut dire que si les Dunkerquois ont été capables de venir titiller les meilleurs, ils n’ont rarement obtenu les fruits de leur travail. Les statistiques sont éloquentes. Face aux cinq premiers du classement, les Nordistes ne se sont inclinés qu’à trois reprises de plus de trois buts. Mais ce n’est pas là où la bat blesse. “On perd sept points face aux trois derniers du championnat, on n’a pas été capable de maitriser les matchs qu’on devait gagner. On a été comme un tennisman qui a le bras qui tremble au moment de conclure” déplore l’entraineur, qui continue : “Mais c’était un peu ce à quoi je m’attendais. On n’a jamais vraiment contrôlé notre sujet, on a manqué de savoir faire.” Avec une saison pleine en Starligue derrière eux, des joueurs comme Reinier Taboada ou Diego Pinheiro seront légitimement plus attendus et leur entraineur ne cache qu’il attend beaucoup mieux d’eux. Les trois recrues, Steeve Marie-Joseph (Pontault), Jan Jurecic (Celje) et Gabriel Nyembo (Selestat, photo de gauche) ne feront pas monter la moyenne d’âge mais ils apporteront des rotations bienvenues sur des postes dépourvues. Notamment à l’intérieur, où Suholeznic et Pinheiro n’ont pas vraiment convaincu l’an dernier. “A leur décharge, on a souvent joué à un seul pivot à cause des blessures et ça devient tendu quand on se fait sanctionner en cours de match. On avait, par le passé, l’habitude de fonctionner à trois pivots, et on a souhaité revenir à cet équilibre” continue l’entraineur.

Garain de retour mi-octobre

Le Réunionnais verrait surtout d’un bon oeil que ses hommes reprennent les choses là où ils les avaient laissées la saison passée. “L’été dernier, il a fallu tout reconstruire. Cette fois, il y a du boulot, mais les trois nouveaux ont une vraie envie de rentrer dans la ronde” appuie Cazal, qui n’a qu’un gadin à déplorer, et non des moindres : la blessure de Dylan Garain. Touché à l’épaule avec l’équipe de France en juin, l’arrière gauche ne fera son retour sur les terrains qu’à la mi-octobre. Et avec le départ de Wilson Davyes pour Ivry, les rotations sur la base arrière risquent d’être un peu légères en début de saison. De quoi mettre en danger les objectifs fixés ? Pas forcément, d’autant plus que, pour l’instant, le sujet n’a pas été abordé. “C’est encore un peu tôt. L’idéal serait, d’ici à deux ou trois saisons, d’arriver à se placer autour de la septième place, mais ce plan peut être anticipé” conclut l’entraineur dunkerquois. Qui, après les nuages gris, voit enfin pointer le ciel bleu à l’horizon.

Kevin Domas

HandNews nouvelle application

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Crazy Hand - le 14 août 2019 à 23h41

    Non mais à part 2-3 matchs il y a maintenant 2 ans, quelles certitudes apporte Garain à qui que ce soit…?!!

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).